Publié le 22 septembre 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Déforestation en Amazonie : Casino mis en demeure de renforcer son devoir de vigilance

Des ONG viennent de mettre en demeure le groupe Casino de respecter son devoir de vigilance relatif à la déforestation en Amazonie. En se basant sur un travail de terrain réalisé par des associations locales et internationales qui établit des liens entre ses approvisionnements en viande et sa filiale brésilienne, elles estiment que le distributeur doit mieux évaluer les risques et assurer la traçabilité de l’ensemble de sa chaine de valeur. 

Deforestation betail bresil elevage intensif iStock Paralaxis bf
L'élevage est la première cause de déforestation de l'Amazonie. Le groupe Casino est accusé par des ONG d'y contribuer indirectement.
@paralaxis

Alors que l’élevage est considéré comme la principale cause de la déforestation de l’Amazonie, les entreprises de l’agroalimentaire sont de plus en plus dans le viseur des ONG. Après JBS, le numéro 1 mondial de la viande, une coalition d’associations - Sherpa, Envol Vert, Mighty Earth Notre Affaire à tous et des associations brésiliennes – vient d’épingler le groupe Casino qui réalise près de la moitié de son chiffre d’affaires en Amérique du Sud. Avec sa filiale Grupo Pao de Açùcar (GPA) qui détient 15 % de part de marché, celui-ci est même le leader de la distribution au Brésil.  

Comme JBS, Casino serait en lien avec quatre fermes impliquées dans la déforestation illégale et l’accaparement de terres dans le Cerrado et l’Amazonie. Celles-ci représentent à elles seules près de 5 000 hectares de déboisement pour du pâturage bovin, précise Envol vert. Ce dernier avait publié en juin dernier une enquête sur laquelle se base le collectif d’ONG pour mettre le groupe en demeure de rectifier sa politique en la matière. Des liens ont été établis entre ces fermes et 52 produits vendus en rayon et dans les étals de boucher de deux magasins du groupe. Et cela de manière "régulière".

Une action judiciaire en ligne de mire

"Le problème vient du manque de traçabilité car Casino ne prend pas en compte les fermes indirectes dans son plan de vigilance, or celles-ci représentent 59 % de la déforestation", assure Elie Favrichon, d’Envol vert. Un manque inacceptable pour Sandra Cossart, directrice de l’association de juristes Sherpa. "Comment expliquer que malgré ses moyens, Casino n’arrive pas à assurer la traçabilité de ses produits alors que de petites associations réussissent à le faire en quelques mois ?", s’interroge la juriste. 

"Dans son plan de vigilance, Casino se limite à parler de ses fournisseurs principaux. Ce n’est pas suffisant : il faut s’assurer que même de manière indirecte, aucune viande ne provient de zone contribuant à la déforestation", assure François de Combiaire, l’avocat de Seattle avocats qui assiste les ONG dans leur procédure. Celle-ci a débuté lundi 21 septembre par un courrier au PDG du groupe le mettant en demeure de revoir son plan de vigilance. Une étape pré-contentieuse nécessaire pour enclencher l’action judiciaire. Le groupe a désormais trois mois pour formuler sa réponse en modifiant son plan de vigilance.

Si les ONG estiment le travail insuffisant, l’affaire sera portée devant la justice, à l’image de ce que plusieurs d’entre elles ont déjà fait à l’encontre de Total. Le groupe lui nie ces accusations auxquelles il avait déjà répondu dans un courrier adressé à Envol Vert lors de la parution de son rapport. Dans un entretien avec l’AFP, l’avocat de Casino affirme que le groupe "se conforme scrupuleusement à ses obligations légales" et "ne cesse, en partenariat avec des ONG locales, d'améliorer les procédures de contrôle des fournisseurs et des fermes". Il met aussi en cause le procédé utilisé par ces dernières : "Certaines ONG ont fait le choix contestable de porter sur un plan polémique et inutilement contentieux cette problématique" qui nécessite au contraire une "collaboration constructive et apaisée" entre parties prenantes dans un "contexte géopolitique complexe".

Béatrice Héraud @beatriceheraud 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Zemmour Eric CNEWS

Mineurs isolés : le groupe SOS dépose plainte contre CNews pour injures et incitation à la haine raciale

À la suite des propos tenus par Éric Zemmour sur CNews sur le fait que les jeunes issus de l’immigration soient "tous des voleurs et des assassins", le Groupe SOS a annoncé porter plainte contre le polémiste et la chaîne télévisée. En tant qu’accompagnateur de plus de 2500 mineurs isolés chaque...

Thomas cook

En pleine crise du tourisme, Thomas Cook renaît de ses cendres

Fini les centaines d'agences de voyage à travers le monde, les milliers d'employés, les avions... le voyagiste Thomas Cook, déclaré en faillite il y a un an, renaît de ses cendres et se transforme. Le groupe opère enfin son virage numérique et promet de ne pas encaisser le paiement des voyageurs...

BNP Paribas

BNP Paribas sous le coup d’une enquête judiciaire pour complicité de crime contre l’humanité au Soudan

Près d’un an après le dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile par la FIDH, la Ligue des droits de l’homme (LDH) et neuf militants soudanais, une information judiciaire a été ouverte au tribunal de Paris contre la banque. Les associations plaignantes accusent la banque d’avoir fourni...

Mignonnes netflix cuties Netflix

[Édito] Netflix : le passage du risque de réputation à la "cancel culture" se paie cher

La polémique américaine sur la diffusion par Netflix de Mignonnes, le film de Maimouna Doucouré, a entraîné un mouvement de boycott cristallisé sur le hashtag #CancelNetflix. Cela lui a fait perdre des abonnés et a aussi entrainé une chute boursière de cette valeur digitale dont le modèle repose sur...