Publié le 12 juin 2020

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Après Rio Tinto, BHP autorisé à détruire des sites aborigènes historiques en Australie

Le géant minier BHP vient de recevoir l'autorisation de détruire 40 sites aborigènes pour étendre une mine de fer dans l’État d’Australie-occidentale. Une annonce qui survient quelques jours seulement après la destruction de deux grottes aborigènes vieilles de 46 000 ans par l'autre géant Rio Tinto.  

Rio tinto destruction site aborigene
Rio Tinto a reçu l'autorisation de faire exploser deux grottes aborigènes historiques.
Puutu Kunti Kurrama et Pinikura Aboriginal Corporation

C’est un nouveau coup porté au patrimoine culturel australien. Le 27 mai, pour agrandir une mine de fer, l’entreprise minière Rio Tinto a fait sauter deux grottes aborigènes vieilles de 46 000 ans, provoquant l’émoi d’une partie de la population. Cette fois c’est le géant BHP qui prend le relais. L’entreprise a reçu le feu vert de Ben Wyatt, le ministre des Affaires aborigènes de l’État d’Australie-occidentale de détruire 40 sites aborigènes. 

BHP avait déposé une demande de destruction de ces sites dans le cadre de l'expansion de la mine de fer de South Flank, dans la région de Pilbara. Cette mine se situe sur les terres traditionnelles du peuple Banjima, dont les représentants avaient en 2015 conclut un accord pour l'exploitation de cette zone. Celui-ci impliquait la protection de 72 sites de grande importance culturelle et des compensations financières pour la population Banjima.

Intégrer les aborigènes dans les négociations

Celle-ci n'a pas déposé de recours contre la dernière demande de BHP. Mais en vertu des lois de l'Etat, l'accord de 2015 fait qu'elle n'est pas impliquée dans le processus d'approbation gouvernemental. Ben Wyatt, qui est lui-même aborigène, a dit qu'il travaillait à une réforme des lois sur le patrimoine afin que les groupes miniers négocient directement avec les populations aborigènes concernant l'impact de leurs projets industriels.

"Je crois fermement au droit à l'autodétermination des aborigènes et soutiens les groupes indigènes qui utilisent leurs droits chèrement acquis pour nouer des accords commerciaux avec les groupes qui exploitent les terres", a-t-il ajouté. Il a dit avoir demandé à BHP de travailler avec les populations locales pour minimiser l'impact sur un site identifié comme ayant une grande importance culturelle pour le peuple Banjima. 

Le fer, ressource la plus exportée par l'Australie

BHP n'a pas répondu aux questions de l'AFP. Mais le Sydney Morning Herald rapporte jeudi que le groupe minier compte suspendre son expansion dans l'attente d'une expertise scientifique et de consultations avec la population locale.

Le minerai de fer est la ressource la plus exportée par l'Australie. Elle a rapporté 77 milliards de dollars australiens (47 milliards d'euros) l'année dernière. L'essentiel provient de la région très peu peuplée de Pilbara, dont une grande partie des terres est la propriété des populations aborigènes. Une manifestation a notamment eu lieu cette semaine devant les bureaux de Rio Tinto à Perth (ouest) pour dénoncer les destructions de sites aborigènes.

La rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Avion de ligne Ryanair Ryanair

En pleine crise de l’aéronautique, des actionnaires de Ryanair s’opposent à la rémunération du patron de Ryanair

Plus d'un tiers des actionnaires de la compagnie aérienne Ryanair se sont opposés à la rémunération des dirigeants du groupe. Alors que le groupe est en difficulté et va supprimer 3 000 postes, le patron Michael O'Leary va recevoir un bonus de 458 000 euros.

Kim Kardashian Twitter

Kim Kardashian, Leonardo DiCaprio… Les stars américaines appellent au boycott de Facebook contre la haine en ligne

Le boycott de Facebook se poursuit. Alors que des centaines d'entreprises comme Unilever, Coca-Cola ou Patagonia ont décidé de rejoindre le mouvement StopHateForProfit, un appel à arrêter de faire des profits sur le dos de la haine fin juin, c'est au tour des célébrités de s'impliquer. Kim...

[Vidéo] Fusillade à Kenosha : le patron de Facebook reconnait une erreur

Alors que Facebook est pris pour cible par des centaines d'entreprises boycottant le réseau social pour sa trop faible modération des contenus haineux, la mort de deux militants antiracistes à Kenosha aux États-Unis remet de l'huile sur le feu. Une page créée par une milice, et signalée par les...

Tribunaux covid iStock Gebbi Mur

Les États ayant pris des mesures pour lutter contre le Covid-19 sont exposés à une vague de plaintes d’entreprises

Les États ayant pris des mesures strictes de confinement et d’arrêt de certaines activités économiques pour ralentir la propagation du Covid-19 pourraient se voir attaqués par de nombreuses entreprises s’estimant lésées. C’est ce que redoutent un collectif de 630 ONG internationales. Au Royaume-Uni,...