Publié le 05 octobre 2018

FINANCE DURABLE

TCFD : Plus de 500 organisations soutiennent les principes de transparence sur les risques financiers liés au climat

513 organisations ont exprimé à date leur soutien aux recommandations de la TCFD, la task force sur la transparence des risques financiers liés au climat, publiées en 2017. La majorité d’entre elles publient déjà des informations allant dans ce sens. Mais il reste encore du chemin pour fournir des informations réellement utiles à la prise de décision, selon le premier état des lieux publié par la task force. 

Transparence climatique
La transparence sur les risques climat est de plus en plus intégrée par les entreprises.
@pixabay

La transparence en matière de risques financiers liés au climat gagne du terrain dans les entreprises et chez les investisseurs. La TFCD - la task force mise en place par le Conseil de stabilité financière du G20 pour pousser les entreprises à fournir des informations harmonisées en la matière - recense 513 organisations "soutiens" à ses recommandations. Elles étaient 237 lors du premier One Planet Summit en décembre 2017. Ce sont les structures financières qui sont majoritaires. On en compte 287 regroupant 100 000 milliards de dollars d’actifs. La plupart sont situées en Europe (249) ou en Amérique du Nord (119).

Dans son premier état des lieux (1) publié à l’occasion du One Planet Summit et du Global Business forum, elle a épluché les rapports 2017 de près de 1 800 entreprises, dans 8 secteurs d’activité. Quatre concernent le milieu financier (banques, assurances, gestionnaires d’actifs, détenteurs d’actifs), les quatre autres concernent l’énergie, les transports, l’immobilier et l’agriculture.

La majorité des entreprises publient déjà des informations en ligne avec les recommandations pourtant publiées en 2017."Cependant, un travail supplémentaire est requis pour publier des informations climatiques plus utiles à la prise de décision", note la TCFD. "Relativement peu" d’entreprises publient ainsi les impacts financiers que fait peser le changement climatique sur leur business model. De même que l’information sur la résilience des entreprises face aux différents scénarios climatiques.

Plus de transparence, plus de bonnes décisions

Par ailleurs ces informations sont souvent données dans les rapports RSE (responsabilité sociétale des entreprises) et non dans les rapports financiers comme le recommande pourtant la TCFD. Un bon début qui doit être confirmé par des informations plus complètes et pertinentes dans les prochains rapports, précise la TCFD dans un communiqué.

Elle compte notamment sur la diffusion de ces recommandations par les nombreuses organisations internationales qui la soutienne. Parmi eux, on trouve les Principes pour l’investissement responsable (PRI), le World Business Council for Sustainable Developement (WBCSD) ou l’Institute of International Finance (IFF). Le CDP, une coalition d’investisseurs qui pousse depuis 2002 les entreprises à publier des informations liées au climat et autres données environnementales (eau et forêt), assure que les 6 800 entreprises qui fournissent ces données aux CDP les aligneront sur les recommandations de la TCFD cette année.

"Plus les entreprises ont connaissance des risques qui pèsent sur elles, plus vite et plus efficacement elles pourront y répondre. Et plus elles fourniront cette information et plus les investisseurs seront équipés pour prendre les bonnes décisions. Cela permettra de rendre l’économie mondiale plus résiliente et d’orienter plus de capitaux vers des projets qui aident à réduire les émissions et à protéger les habitants sont le réchauffement", a déclaré Michael Bloomberg, qui préside la task force.

Pour autant, une étude publiée récemment par HSBC montre que moins de 10 % des entreprises et investisseurs dans le monde connaissent les recommandations de la TCFD.

Béatrice Héraud @beatriceheraud

(1)    Le rapport est consultable ici 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles




FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable. Actuellement, l’attention est focalisée sur le climat. Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et suite à l’Accord de Paris, des rendez-vous internationaux liés à la finance climat sont prévus en décembre dans la capitale française.

Travailleurs impact social Silhouettes Rawpixel

La société de gestion Meeschaert se lance dans le calcul de l’empreinte sociale de ses investissements

La société de gestion Meeschaert veut mieux connaître l’impact de ses investissements sur les salariés. Elle a développé sa propre méthode pour calculer l’empreinte sociale de son portefeuille et s’en sert désormais pour dialoguer avec les entreprises. Accidents du travail, turnover des salariés,...

Alexandria Ocasio Cortez Green New Deal SaulLoeb AFP

Appels tous azimuts pour mobiliser massivement les capitaux au service du climat

Des élus, des économistes, des scientifiques, des universitaires… Tous proposent des plans différents, mais tous n’ont qu’un seul et même but : faire en sorte que plus un seul euro ou un seul dollar ne finance le réchauffement climatique, en particulier à travers le développement des énergies...

Transition énergétique économie décarboné basculement istock

Pour mieux flécher les investissements verts, France Stratégie propose de doubler l'objectif 2030 de la valeur du carbone

France Stratégie, préconise dans un rapport publié lundi 18 février de plus que doubler l'objectif pour 2030 de la "valeur tutélaire" de la tonne de carbone. Ce référentiel permet d'évaluer les investissements et les décisions publiques pour dégager les actions prioritaires de réduction de CO2.

Bono 2 wikimedia commons

Bono veut mesurer les effets concrets de l’investissement à impact

Le leader du groupe U2 a participé au lancement de Y Analytics, une société spécialisée dans la mesure des bénéfices sociaux et environnementaux des fonds à impact. Cette filiale de The Rise Fund, le fonds co-fondé par Bono, veut amener la preuve des bénéfices engendrés par cette pratique...