Publié le 11 juillet 2018

ENVIRONNEMENT

Roundup : vers des centaines de procès aux États-Unis contre Monsanto

Après deux semaines et demi d’audiences, un juge fédéral californien a estimé que suffisamment d’éléments étaient réunis pour juger une plainte contre Monsanto devant un jury. Le Roundup, un herbicide à base de glyphosate, fabriqué par le géant américain est accusé de provoquer des cancers. Cette décision pourrait ouvrir la voie à des centaines de procès à travers le pays.

Roundup global justice now
L'entreprise Monsanto vend presque 5 millliards de Roundup chaque année, cela représente 4,2 milliards d'euros.
@GlobalJusticeNow

Après la plainte d'un citoyen américain, Dewayne Johnson, contre Monsanto devant un tribunal de San Francisco, le juge fédéral a estimé mardi 10 juillet qu’il existait suffisamment d’éléments pour qu’un jury puisse entendre l’affaire. Cette décision ouvre la voie à des centaines de procès à travers le pays contre le géant américain.

Selon ce jardinier de 46 ans, atteint d'un cancer en phase terminale, son état de santé est dû au Roundup, herbicide phare de la firme américaine à base de glyphosate, qu’il a vaporisé pendant des années dans des quantités importantes. Comme lui, plus de 400 familles ont porté plainte contre la firme américaine et vont désormais pouvoir être entendues par la justice.

Monsanto continue de nier

La société, qui vient d'être rachetée par l'allemand Bayer, a rejeté ces accusations et a déclaré dans un communiqué qu’elle continuerait à défendre sa cause avec des éléments solides prouvant qu’il "n’y a absolument aucune connexion entre le glyphosate et le cancer ". Monsanto rappelle ainsi que "plus de 800 études et analyses ont conclu que les herbicides à base de glyphosate ne provoquaient pas le cancer".

Le sujet est controversé parmi la communauté scientifique. L’agence américaine de protection de l’environnement a conclu en septembre dernier, après des dizaines d’années d’études, que le glyphosate n’était probablement pas cancérigène pour les humains. C’est le cas également des agences européennes, l'Efsa (sécurité des aliments) et l'Echa (produits chimiques). En revanche, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé le glyphosate parmi les produits "probablement cancérigènes pour les humains ".  

Concepcion Alvarez @conce1


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Agnes Buzyn LCI RTL

Agnès Buzyn et François de Rugy lancent une nouvelle enquête pour lever le mystère des bébés sans bras en France

Le mystère demeure sur plusieurs cas groupés de bébés nés sans bras ces dernières années en France. L’absence de réponse sur l’identification d’une cause est "insupportable" pour les ministres de la Santé et de l'Ecologie qui lancent de nouvelles investigations, comme le réclamaient des...

Emmanuel Macron Martinique Chlordecone ThomasSamson AFP

En Martinique, Emmanuel Macron qualifie la contamination au chlordécone de maladie professionnelle

Emmanuel Macron a annoncé lors de son déplacement aux Antilles, que l'État devait "prendre sa part de responsabilité" dans la pollution au chlordécone et "avancer sur le chemin de la réparation" de ses ravages. Il ouvre ainsi la voie à la reconnaissance de la contamination à cet insecticide comme...

Amiante autorisation etats unis trump

L'amiante fait son "come-back" aux États-Unis

L'Agence de protection de l'environnement aux États-Unis vient de changer les règles d'évaluation de l'amiante. La réglementation pourrait désormais autoriser la fabrication de nouveaux produits contenant cette substance cancérigène.

Michael Bloomberg Bloomberg

Michael Bloomberg met 20 millions de dollars sur la table pour démonter "les pratiques trompeuses" de l'industrie du tabac

La fondation du milliardaire et ancien maire de New York, Michael Bloomberg, a dévoilé les noms des organisations choisies pour diriger STOP, une ONG dotée de 20 millions de dollars sur trois ans, chargée de dénoncer les "pratiques trompeuses" de l'industrie du tabac.