Publié le 22 juin 2016

ENVIRONNEMENT

Fusion Bayer/Monsanto : une menace pour la santé et l’environnement

L’annonce par Bayer de racheter Monsanto pour 62 milliards de dollars est une mauvaise nouvelle pour la santé et l'environnement. L'alliance des semences et de la chimie conduit à spécialiser la recherche sur des variétés tolérantes aux pesticides produits par les firmes. Et elle se traduit par une augmentation de l'utilisation de ces produits toxiques. Un marché prometteur, qui justifie l'offre généreuse de Bayer pour acquérir le groupe le plus contesté de la planète : à eux deux, ils domineront le marché des OGM et pesticides.

Le 21 mai 2016, à Paris, des manifestants protestent contre l'annonce d'un éventuel rapprochement entre les géants Bayer et Monsanto.
Jan Schmidt-Whitley / NurPhoto

Fin mai 2016, l’entreprise chimique allemande Bayer a proposé 62 milliards de dollars pour racheter Monsanto. Si les négociations entamées depuis aboutissent, la fusion du géant de l'agrochimie et de la multinationale des OGM renforcera encore la stratégie du secteur de développer conjointement semences et pesticides.

Avec l’acquisition de Monsanto, Bayer accélère sa transformation vers une multinationale de ce qu’elle appelle les sciences de la vie, explique Antonio Michelmann, de l’ONG Coordination contre les méfaits de Bayer. Elle suit exactement la même stratégie que Monsanto a un temps adoptée. Fondé en 1901, Monsanto était d’abord un producteur majeur de plastiques. C’est dans les années 1980 que l’entreprise entreprend son virage dans les biotechnologies agricoles. "En reprenant l’Américain, Bayer deviendrait un leader mondial dans ce domaine et hisserait cette activité au même niveau que la pharmacie dans son portefeuille. Une alliance extrêmement dangereuse pour la santé publique et l’environnement", souligne le militant allemand.

 

Une recherche focalisée sur la résistance aux pesticides

 

En effet, Monsanto est le premier à avoir adapté sa recherche sur les semences transgéniques à l’utilisation de son herbicide phare le Roundup. Une majorité des OGM commercialisés aujourd'hui dans le monde sont des semences "Roundup Ready", c'est à dire résistantes à l'herbicide total. Cette stratégie a conduit à une envolée de l'utilisation du Roundup en Amérique. Et aujourd'hui, les milieux et les individus sont contaminés par la substance active du Roundup, le glyphosate, reconnu cancérogène par l'OMS.

Pour de nombreuses organisations paysannes et écologistes, l'alliance des semences et de la chimie a fait beaucoup de dégâts dans le secteur de la sélection des plantes. Car les géants de l'agrochimie concentrent leurs recherches sur une poignée de cultures (mais, soja, coton...) sélectionnées pour leur tolérance aux produits chimiques. Une stratégie loin des aspirations à l'agroécologie ou à l'adaptation au changement climatique.

L'explosion des nouvelles techniques de sélection (NBT) permet aujourd'hui aux industries des biotechnologies de produire rapidement des variétés génétiquement modifiées résistantes aux herbicides. Et si le refus des OGM, notamment en Europe, avait fermé de nombreux marchés, les industriels se mobilisent pour que les semences issues de NBT échappent à la réglementation sur les OGM.

 

Pour Bayer et Monsanto, un marché potentiel de... 23 milliards de dollars

 

L’enjeu économique est énorme dans une branche où la concurrence est rude. Le secteur est actuellement en proie à une concentration sans précédent. Deux fusions sont en cours : celle de Dow Chemical avec DuPont, et celle de Syngenta avec ChemChina. En arrière-plan de cette course au gigantisme : la baisse des prix des matières agricoles. Mais pas seulement.

"Le développement des biotechnologies, OGM en tête, nécessite un budget recherche de plus en plus élevé. Et plus on est grand, mieux on peut amortir les coûts de recherche", explique un courtier à la bourse de Francfort. Il avance un autre facteur de concentration, capital pour les multinationales agrochimiques : la course aux brevets et aux semences. "Plus une entreprise possède de brevets et plus elle possède de semences, plus elle contrôle le marché", résume froidement l’expert financier. Aussi, racheter Monsanto pour Bayer "est une chance unique de dominer le marché mondial agricole", analyse Peter Spengler, analyste chez DZ Bank, cité par l’agence de presse DPA. "On parle de 23 milliards d'euros de ventes combinées." 

Une manœuvre d’autant plus prometteuse aux yeux de Bayer que les industriels de l'agrochimie bénéficient également de règlementations nationales de plus en plus favorables, conséquence des accords bilatéraux passés entre l'Europe et les États-Unis avec le reste du monde. Ces accords de libre-échange entérinement en effet la reconnaissance de la propriété intellectuelle ou l'adoption d'un catalogue officiel des semences, autant de mesures qui garantissent un recours aux semences industrielles au Sud.

 

Un seul recours, le droit de la concurrence ?

 

La protestation contre cette fusion ne s'est pas fait attendre, avec la mobilisation des nombreux opposants à Monsanto. En Allemagne, une pétition lancée le 24 mai a recueilli d’ores et déjà plus de 368 000 signatures. Dans une lettre ouverte au PDG de Bayer, des personnalités comme l'activiste indienne Vandana Shiva ou l'ancienne ministre allemande de l'agriculture Renate Künast demandent déjà des comptes : "Est ce que la Bayer AG est disposée à prendre en charge, après le rachat de la société Monsanto, les dégât causés partout dans le monde par cette compagnie et la réhabilitation des sites contaminés du passé ?" 

Les opposants comptent sur les règles de la concurrence, qui pourraient jouer contre la très forte concentration à l'oeuvre dans le secteur. L'ONG ETC Group propose même un soutien aux individus et aux organisations voulant faire pression auprès des autorités de la concurrence en Europe, aux États-Unis et ailleurs.

Magali Reinert et Claire Stam
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les NBT : des OGM qui ne disent pas leur nom

Les nouvelles techniques du génie génétique permettent depuis quelques années d'obtenir des plantes qui présentent les mêmes propriétés que les OGM, mais qui échappent à leur cadre règlementaire. Ce vide juridique a alerté de nombreuses associations qui réclament que le statut de ces...

Bataille pour les semences en Amérique latine

Les multinationales étendent leur contrôle sur le marché latino-américain des semences. Les accords de libre-échange avec les États-Unis et l'Europe poussent en effet les pays de la région à adopter des lois favorables aux droits de propriété intellectuelle sur les graines. Et à réduire...

Glyphosate : Conflits d’intérêt en Allemagne, danger pour la santé publique en Europe

La Commission européenne doit se prononcer cette année sur le renouvellement d’autorisation du très controversé pesticide glyphosate. Elle s’appuiera sur la décision d’un comité d’experts, qui se réunira les 18 et 19 mai prochain, au sein duquel figure l’Institut fédéral allemand...

Perturbateurs endocriniens : comment "faire dérailler une décision publique"

Intoxication, l'enquête de la journaliste Stéphane Horel, montre comment le lobby de l’industrie chimique a bloqué toute réglementation européenne des perturbateurs endocriniens, malgré le large consensus qui prévaut dans la communauté scientifique sur leur danger pour la santé publique....

A Bruxelles, le lobbying intensif de l'industrie pharmaceutique ne faiblit pas

40 millions d'euros pour la seule année 2015. C'est le montant dépensé par les firmes pharmaceutiques et leurs représentants dans le cadre de leurs activités de lobbying à Bruxelles. Les rencontres avec les fonctionnaires européens de la commission Junker se comptent par dizaines. La seule...

Perturbateurs endocriniens : les coulisses du lobbying à Bruxelles

Glyphosate : l’inquiétante cécité des agences d’évaluation

L’Union européenne avait le feu vert pour renouveler cette année l’autorisation du glyphosate. Or, cette substance vient d’être classée comme cancérigène par l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Comment expliquer une telle divergence dans l’évaluation de cet herbicide le plus utilisé...

Les OGM ne sauveront pas le climat

Des cultures qui fixent l’azote ou le méthane, des variétés résistantes à la sècheresse pour adapter l’agriculture au réchauffement... Les industries des biotechnologies mettent en avant de nombreuses innovations pour répondre aux défis du changement climatique. Une stratégie qui...

Glyphosate : pour l'EFSA, le risque cancérigène du Roundup est "improbable"

Le verdict de l’Autorité européenne de sécurité des aliments est tombé : le glyphosate, la substance active du Roundup, l’herbicide vedette mais controversé du géant américain Monsanto, ne présente pas de risque cancérigène pour l’homme. L’évaluation des scientifiques européens ouvre ainsi...

Brevets sur le vivant : les grands semenciers européens privatisent la couleur des tomates

Les producteurs de semences de légumes vont pouvoir faire leur marché : ils sont désormais en mesure d'acheter le droit d’utiliser la couleur d’une tomate, la douceur d’un oignon ou la stérilité d’une aubergine. En effet, tous ces "traits" qui existent à l’état naturel mais qui ont été...

Etats-Unis : des super-OGM pour doper les ventes des herbicides

Une nouvelle génération d’organismes génétiquement modifiés (OGM) arrive aux États-Unis : des semences capables de résister à deux herbicides. L’un d’eux est le 2,4-D, un puissant défoliant utilisé pendant la guerre du Vietnam. Scientifiques et écologistes dénoncent une escalade.

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Maree noire bresil mysterieuse benevoles nordeste ANTONELLO VENERI AFP

Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d'être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se...

Sargasses wikipedia Patrice78500

Pour lutter contre les sargasses, le gouvernement mise sur des solutions innovantes plutôt que sur un nouveau plan d’aides

Les sargasses étaient au menu de la visite d’Édouard Philippe en Guadeloupe le 26 octobre. Le chef du gouvernement assure prendre le problème à bras-le-corps mais n’a pas annoncé le renouvellement d’un plan d’aides pour la région. Il faut, selon lui, miser avant tout sur des solutions innovantes et...

Produits chimiques test labo

Incendie de Lubrizol à Rouen : une liste de 5 253 tonnes de produits chimiques détruits à décrypter

Cinq jours après l'impressionnante explosion de l'usine Lubrizol de Rouen, la préfecture a dévoilé la liste des 5 253 tonnes de produits chimiques qui ont été détruits dans l'incendie. Pour les installations Seveso, le nom des produits stockés est en effet gardé secret en raison du risque...

Danger amiante proces penal citation directe collective pixabay

Scandale de l’amiante : vers un procès au pénal

Un millier de victimes de l’amiante vont déposer dans les prochains jours une citation directe collective devant le tribunal de Grande instance de Paris dans l’affaire du scandale de l’amiante. Plus de vingt ans après les faits, et alors que les non-lieux se sont multipliés ces dernières années,...