Publié le 25 août 2014

ENVIRONNEMENT

Les fuites de pétrole coûtent cher à la Russie

Des centaines de milliers de tonnes de pétrole sont perdues dans la nature chaque année en Russie. Ces fuites dues à un matériel obsolète coûtent cher au pays. Mais comment convaincre les entreprises de prendre le temps d’entretenir leurs pipelines quand elles sont lancées dans la course à la rentabilité ? C’est le nouveau combat des ONG sur place.

En Russie, opération de pompage de pétrole dans la république des Komis.
© Denis Sinyakov / Greepeace

Six fois la marée noire du Deepwater Horizon, qui a explosé dans le golfe du Mexique en 2010: c’est ce que la Russie déverse accidentellement chaque année sur son sol et dans ses eaux.

Des experts indépendants comme Andreï Ilinitchev et Valery Tchernonojkine de l’Institut des problèmes technico-écologiques l’affirment. Ils évaluent les pertes des compagnies pétrolières locales à 30 millions de barils, soit 4,5 millions de tonnes par an. Les entreprises, de leur côté, estiment le volume des fuites à moins de… 10 000 tonnes.

L’organe du ministère des Ressources naturelles, le Rospridnadzor, constate  pas moins de 50 000 tonnes de déversement, qui contaminent une zone s’étendant jusqu’à 10 000 hectares (ha). Il a enregistré en 2013 des violations graves de la législation dans la moitié des 500 entreprises du secteur énergétique contrôlées. Pour la plupart, il s’agit de ruptures des pipelines.

Une seule semaine de nettoyage, à la mi-août, sur le territoire d’Ousinsk, dans la République des Komis, a permis aux patrouilles de Greenpeace de découvrir 125 mares de pétrole dans la nature. Leur superficie variant de quelques dizaines de mètres à plus de 1 km de large. Elles ont récupéré 50 tonnes à traiter.

Les fuites sont dues principalement à l’équipement, obsolète. Experts et ONG évaluent l’usure à plus de 60% toutes compagnies confondues, avec une moyenne d’âge des pipelines de 30 ans. Or, les conduites en acier sans protection contre la corrosion peuvent être exploitées en général de dix à quinze ans, jusqu’à vingt ans dans de rares cas.

 

Le camouflage sévèrement sanctionné

 

Le 19 août dernier, Greenpeace Russie et le Comité Save the Pechora ont présenté aux représentants de la République des Komis et des compagnies pétrolières 17 propositions pour combler les lacunes de la législation.

Ces ONG (organisations non gouvernementales) souhaiteraient faire interdire l’exploitation des pipelines au-delà de leur durée de vie, déterminer les conditions d’exercices pour tester les plans d’intervention et instaurer des peines plus dissuasives, jusqu’à la responsabilité pénale, en cas de camouflage.

Les politiques ont promis de proposer officiellement au niveau fédéral des amendements afin de résoudre ces problèmes. "C’est un grand progrès dans notre relation, se félicite Vladimir Tchouprov, chef du département Energie de Greenpeace Russie. J’espère qu’il sera suivi d’effet." Sans surprise, les compagnies pétrolières ont estimé au contraire que la législation actuelle était suffisante.

 

Un investissement plus qu’un coût

 

Depuis deux ans, les autorités commencent à prendre conscience de l’ampleur des fuites. La "compensation" environnementale coûte 2 millions de roubles par hectare (plus de 40 000 euros). Le ministre des Ressources naturelles Sergueï Donskoï a estimé, dans un discours le 25 février dernier, que les entreprises n’investissaient pas assez dans la modernisation du réseau.

Une remise à niveau nécessiterait selon lui 27 milliards d’euros par an – soit leur bénéfice total annuel. "Il est plus facile pour elles de masquer les accidents, en mélangeant le pétrole à du sable ou de la terre, que de les prévenir", souligne Vladimir Tchouprov. Et d’investir dans de nouveaux gisements risqués.

Le plus gros producteur, Rosneft, compte dépenser 300 milliards d’euros dans l’Arctique ces vingt prochaines années. Le PDG de l’entreprise, Igor Setchine, demande par ailleurs au gouvernement une aide de plus de 30 milliards d’euros pour amortir le choc des sanctions occidentales, a dévoilé la presse le 14 août.

Greenpeace le met au défi de rationaliser sa production, plutôt que de quémander de l’argent à l’Etat. En évitant ses 7000 fuites officiellement déclarées par an, la société économiserait déjà 4,5 millions de tonnes de pétrole. Soit plus de 900 millions d’euros par an.

Jeanne Cavelier, correspondante en Russie
© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Rosneft et ExxonMobil menacent le berceau des ours polaires en Russie

L’or noir de l’Arctique vaut-il de mettre en danger la pouponnière des ours blancs ? L’Etat russe a accordé en catimini des licences d’exploitation à Rosneft et ExxonMobil qui empiètent sur la "zone tampon" de l’île Wrangel, classée au patrimoine mondial. Sans en informer l’Unesco. L’enjeu...

Russie : la fin de l’impunité pour les compagnies pétrolières ?

Dans la République des Komis, une région subarctique de Russie, un peuple autochtone veut bouter Lukoil hors de ses terres. L’entreprise a violé plusieurs lois environnementales et ignorer totalement les villageois et les autorités locales. Elle est désormais contrainte de prendre en...

En Russie, des panneaux solaires dans le cercle polaire

La Russie, première puissance énergétique du globe, n’était pas attendue sur le terrain du photovoltaïque. Et pourtant: la Yakoutie a approuvé un projet de loi sur les énergies renouvelables et prévoit d’équiper plus de 150 sites en centrales solaires. Un défi matériel dans la zone habitée...

Armes chimiques: la Russie dans les eaux troubles de la Crimée

Alors que la situation ne cesse de s’envenimer entre La Russie et l’Ukraine, le sort de la Crimée ne fait aujourd’hui plus débat. En annexant cette province russophone, Moscou a hérité de ses munitions et barils d’armes chimiques. Des produits hautement toxiques jetés dans la mer Noire et...

Russie : la chasse au gaspillage énergétique dans l'habitat a commencé

La Russie a décidé de se pencher sérieusement sur l'efficacité énergétique. Vladimir Poutine a évoqué le thème en début d'année, lors de son discours devant l'Assemblée fédérale. C'est dans le secteur du bâtiment résidentiel que les économies d'énergies sont les prometteuses.

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

IStock poissons morts

"Pollution du siècle" de l’Escaut : le sucrier Tereos condamné à une sanction inédite

Le deuxième plus gros groupe sucrier au monde, Tereos, a été condamné à plus de 9 millions d'euros de dommages et intérêts. Il est responsable de la mort de tonnes de poissons après qu'une de ses digues se soit rompue entre le 9 et 10 avril 2020 provoquant le déversement de milliers de litres de...

Echantillon eau polluants chimiques scientifique pipette istock Smederevac

Cancers, infertilité : les "polluants éternels" contaminent les eaux françaises sans limite

C'est une pollution généralisée et largement sous-estimée, alerte l'association Génération futures dans un nouveau rapport. Celle aux PFAS, aussi appelés "polluants éternels" en raison de leur très faible dégradation dans l'environnement, présents dans les poêles, les emballages alimentaires, les...

Zones a faibles emissions CC0 Sebleouf

Chasse aux voitures polluantes : quand l'écologie se heurte au social

Depuis le 1er janvier, les zones à faibles émissions sont devenues obligatoires dans une dizaine d'agglomérations françaises. Il s'agit de restreindre l'accès à une zone délimitée aux véhicules les plus polluants. Une mesure qui inquiète sur le plan social. Après la crise des Gilets jaunes, qui...

Vetements fibres synthetiques istock

Primark, Zara, Boohoo... Le secteur de la mode reste accro au plastique malgré l’urgence climatique

Omniprésentes dans les collections de fast fashion, les fibres synthétiques ont encore de beaux jours devant elles. C’est la conclusion d’un nouveau rapport diffusé par l’ONG No Plastic in My Sea et la fondation Changing Markets. L’usage toujours plus important de ces matières renforce la dépendance...