Publié le 11 mai 2018

ENVIRONNEMENT

Tourisme de masse : voyage au pays de la pollution

Le tourisme représente presque un dixième des émissions de gaz à effet de serre mondiales. C'est la conclusion d'une nouvelle étude publiée le 7 mai. Les chercheurs ont pris en compte le transport, l'hébergement et la nourriture. Résultat : chaque année, le tourisme émet 3,9 milliards de tonnes de CO2. 

Une nouvelle étude prend en compte le coût global du cycle de vie du tourisme.
Pixabay

C'est une nouvelle étude choc que viennent de publier des chercheurs de multiples nationalités lundi 7 mai dans la revue Nature Climate Change. Selon leurs estimations, le tourisme représente désormais 8 % des émissions de gaz à effet de serre mondiale. Jusqu'ici, l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) estimait à 5 % ces émissions, soit 1,3 milliard de tonnes de CO2 par an. Contre 3,9 milliards calculés aujourd'hui.

Les Américains les plus pollueurs 

Pourquoi une telle différence ? D'abord parce que le tourisme s'est considérablement développé. En 2017, il a progressé de 7 %, et il devrait croître de 4 % en 2018. Mais surtout parce que la nouvelle étude prend en compte une multitude de critères et non plus seulement le transport. Les chercheurs ont en effet comptabilisé l'empreinte carbone de l'hébergement (dont la climatisation ou le chauffage), l'alimentation, les souvenirs de vacances... Le but étant de prendre en compte le coût global du cycle de vie du tourisme.

"L'essentiel de ces empreintes carbones vient des vols intérieurs", affirment les chercheurs. Ainsi les Américains se trouvent sur la première place du podium et comptabilisent 23 % des émissions. Suivis de loin par les Chinois (11 %), les Allemands (6 %) et les Indiens (5,9 %).

Seule solution : une taxe carbone 

"Poussé par le désir d'expériences de voyage exotiques et une dépendance croissante à l'aviation et aux commodités de luxe, l'affluence a fait du tourisme une catégorie de consommation intensive en carbone", expliquent les auteurs. Et de poursuivre : "L'augmentation rapide de la demande touristique dépasse la décarbonisation de la technologie liée au tourisme. Nous prévoyons qu'en raison de son intensité élevée en carbone et de sa croissance continue, le tourisme constituera une part croissante des émissions mondiales de gaz à effet de serre."

Pour ralentir le phénomène, les chercheurs proposent de mettre en place une taxe carbone. Ce que plusieurs pays ont déjà mis en place depuis la signature de l'Accord de Paris. En 2017, la tarification du carbone a généré 32 milliards de dollars de revenus

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Silence animaux ville confinement covid AntoninBurat HansLucas AFP

[Bonne Nouvelle] Avec le reconfinement, le retour du silence

Chacun d’entre nous a pu expérimenter le calme et de nouveaux bruits venus de la nature durant le premier confinement au printemps dernier. Mais ce n’était pas qu’un ressenti. Une vaste étude menée à travers le monde a montré que le "bruit sismique" a baissé de 50 % pendant plusieurs mois à la...

Embouteillage pollution voiture

En France, la pollution de l’air coûterait 1 000 euros par habitant et par an

Si vous êtes Parisien, la pollution de l'air vous coûte cher : 1 602 euros par an. À Lyon, comptez 1 134 euros et à Nice, 1 128 euros. C'est ce qu'a calculé l'Alliance européenne de santé publique dans une nouvelle étude. Des montants élevés qui répondent aux coûts socio-économiques de cette...

Unilever Rotterdam iStock Poulssen

Unilever va consacrer 1 milliard de dollars pour supprimer les fossiles de ses produits d’entretien

Depuis quelques mois Unilever multiplie les annonces liées à la réduction de son empreinte environnementale. Après avoir annoncé 1 milliard de dollars pour des projets liés à la biodiversité, le géant de la grande consommation assure qu’il va consacrer un autre milliard à l’élimination des dérivés...

Uber congestion pollution climat TE

Uber chasse les véhicules diesel de son parc et prend le chemin de la neutralité carbone

Uber veut faire sa "révolution électrique". Dès 2024, plus aucun véhicule diesel ne roulera pour la plateforme en France. Pour cela, le groupe prévoit un fonds de 75 millions d'euros sur cinq ans, dont la moitié sera payée par les usagers, pour aider financièrement les chauffeurs à acheter une...