Publié le 27 mars 2019

ENVIRONNEMENT

[Danger plastique] Quand les déchets plastiques deviennent carburant

L’association française Earthwake finalise un démonstrateur qui va permettre de fabriquer chaque jour 100 à 150 litres de diesel à partir de 200 kilogrammes de déchets en plastique. Une façon d’éviter que ceux-ci ne se retrouvent dans l’océan tout en fournissant de l'électricité aux citoyens des pays émergents. Face au danger mortel qu’est le plastique pour l’environnement et la biodiversité, Novethic vous propose chaque semaine de découvrir une nouvelle facette de ce matériau omniprésent.

Ce démonstrateur à petite échelle a été présenté en septembre dernier dans le sud de la France par l'association Earthwake.
@Earthwake

La majorité des plastiques sont fabriqués à partir de pétrole, alors pourquoi ne pas faire le chemin inverse et fabriquer du carburant à partir de déchets plastiques ? C’est ce que propose de faire un chercheur niçois, Christopher Costes. Avec le soutien de l’association Earthwake, cofondée par l'acteur Samuel Le Bihan, il a mis au point une machine qui permet de transformer les déchets plastiques (sacs, emballages, barquettes...) en diesel. 

Baptisée "Chrysalis", elle a été présentée au grand public en septembre dernier. Elle permet pour l’instant de transformer 50 kilogrammes de déchets plastiques en 50 litres de carburant en un peu plus d’une heure. Comment ? Grâce à la pyrolyse du plastique qui donne 65 % de gazole (pour les générateurs électriques, tracteurs, moteurs de bateaux...) 18 % d’essence (pour le chauffage, lampe...), 10 % de gaz (réutilisé dans le système pour le chauffage) et 7 % de résidus carbonés (pour les mines de crayon, colorants...). Un démonstrateur à plus grande échelle devrait voir le jour fin juin. Son coût final est estimé à 50 000 euros.

Logique de transition

"Notre objectif était de trouver une solution pour les pays émergents qui ne disposent pas de système organisé de collecte des déchets plastiques et qui sont encore très dépendants du diesel comme source d’électricité à travers les générateurs, explique François Danel, directeur d’Earthwake. La machine Chrysalis est d'inspiration low tech : elle se présente sous la forme d’un container, facilement transportable et réparable. C'est très simple à utiliser."

Mais est-ce bien responsable d’investir dans une solution qui produit du diesel alors que plusieurs pays sont en train de tourner le dos à ce carburant très polluant ? "Pour moi, il n’y a pas photo, répond sans hésiter François Danel. Nous nous intégrons dans une logique de transition pendant dix ou quinze ans dans des pays qui n’ont pas encore accès à l’électricité et qui sont inondés par les déchets plastiques. Le diesel que nous produisons n’a pas vocation à alimenter nos véhicules, soyons clairs là-dessus."

Donner un prix au déchet

L’association a déjà noué un partenariat avec une startup africaine qui a mis au point une application incitant à collecter des déchets plastiques en échange de crédits téléphoniques. "L’idée est de donner un prix aux déchets plastiques afin de pousser à leur collecte et générer des ressources localement, poursuit François Danel. Pour le porteur de projet, les gains se feront ensuite sur la génération d’électricité grâce au diesel produit." 

Les premiers pilotes seront testés en fin d’année en Afrique. Ils seront soutenus par des entreprises de la filière plastique. D’ici 2020, Eartwake ambitionne  de recycler 15 000 tonnes de déchets plastiques et de créer 4 000 emplois dans trois pays d’Afrique de l’Ouest. Ailleurs dans le monde, des projets similaires existent déjà.

Une start-up norvégienne, Quantafuel, soutenue par le géant pétrolier Vitol Group, s'est elle aussi spécialisée dans la transformation de déchets plastiques en carburant. Sur une tonne de déchets, elle recycle 900 kilogrammes en carburant. L'entreprise estime que sa production pourrait être multipliée par 100 dans les dix prochaines années, soit entre 30 000 et 40 000 barils par jour. Selon une étude de Transparency Market Research, le secteur du "plastic to oil" atteindra 1,7 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2024 contre 470 millions d’euros en 2014.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Dechets parcs Guillaume Semene

Parcs, canaux, quais... Quand le déconfinement rime avec déchets

La réouverture des parcs et jardins dans la capitale a été une bouffée d'air pour tous les Parisiens en mal de nature. Mais cette bonne nouvelle a été de courte durée. Des internautes ont photographié des espaces verts jonchés de paquets de chips, bouteilles, sacs... Une situation similaire a été...

Masque Foret MF 01

450 ans pour disparaître, non-recyclable… Avec les incivilités, l'utilisation des masques vire au désastre écologique

Ce sont les nouveaux mégots. Partout en France, les éboueurs retrouvent des masques chirurgicaux qui jonchent les trottoirs. Une association vient même d'en retrouver au fond de la Méditerranée. Cette situation est un vrai désastre écologique : les masques mettent 400 à 450 ans à se dégrader et ne...

Retour du plastique coronavirus afp

Avec le Covid-19, le retour en force du plastique et du tout jetable

Le plastique est de nouveau fantastique. Depuis la crise sanitaire, face au risque de contamination, la demande en bouteilles d'eau, produits alimentaires emballés, gants, surblouses ou visières connaît un véritable boom. Une situation qui inquiète les associations qui se battent depuis des années...

Confinement collage

Couture, bricolage, sport... Novethic tente de se confiner de manière responsable

Comme il se doit, la rédaction de Novethic s’est confinée afin de télétravailler en toute sécurité et sans prendre de risques pour les autres. L’occasion aussi pour nos journalistes de changer un peu leurs habitudes. L’une fait ses crèmes cosmétiques avec les produits de sa cuisine, l’autre mange...