Publié le 21 février 2019

ENVIRONNEMENT

[Vidéo] L’effondrement d’un des plus grands glaciers de l’Antarctique augmenterait le niveau des mers de plus de deux mètres

La situation est bien pire que prévue. La NASA vient de découvrir un trou géant dans un des plus grands glaciers de l'Antarctique nommé Thwaites. Si celui-ci venait à s'effondrer, il augmenterait de 65 centimètres le niveau des océans. Pire, il aurait un effet domino sur tous les glaciers de la zone avec pour conséquence une élévation de 2,4 mètres du niveau des océans. 

Les scientifiques s'inquiètent de l'accélération de la fonte de Thwaites, un des plus grands glaciers de l'Antarctique ouest.
NASA/OIB/JEREMY HARBECK

Sa taille représente un quart de la France. Thwaites est un des plus gros glaciers de l’antarctique Ouest et il est en train de se séparer de ce continent glacé. Depuis trois ans, il a perdu 14 milliards de tonnes de glace. En cause : le réchauffement climatique.

 

Fin janvier, dans le cadre de l’opération IceBridge, la Nasa a en effet découvert une énorme cavité qui ronge actuellement le glacier et ne cesse de s’agrandir. Elle est longue de 10 kilomètres sur quatre de large et mesure 350 mètres de hauteur. Elle est due à l’eau, de plus en plus chaude, qui s’infiltre dans le glacier.

 

Un effet domino

"La taille d’une cavité sous un glacier joue un rôle important dans la fonte", a déclaré l’auteur principal de Pietro Milillo du Jet Propulsion Laboratory de la NASA. "Au fur et à mesure que la chaleur et l’eau pénètrent sous le glacier, il fond plus rapidement".

Aujourd’hui, le glacier Thwaites est responsable d’environ 4 % de l’élévation du niveau des mers dans le monde. Selon la NASA, il contient suffisamment de glace pour provoquer une hausse de 65 centimètres des océans. Mais ce n’est pas le pire. En s’effondrant, Thwaites pourrait créer un effet domino et détruire toute la glace de cette zone entraînant une augmentation de 2,4 mètres du niveau de l’eau.

Les chercheurs ont sous-estimé la rapidité à laquelle la glace disparaît 

"Ce phénomène est un impact direct du réchauffement climatique sur le glacier", analyse pour le New York Times Éric Rignot, co-auteur de l’étude et professeur à l’Université de Californie. "Le comportement de Thwaites surprend les scientifiques de la NASA. Cela suggère que les chercheurs sous-estiment probablement la rapidité avec laquelle la glace disparaît".

Selon le chercheur, depuis 1973, la glace dans l’Antarctique ouest a perdu 77 % de leur volume. Et pour cause, une étude publiée dans la revue PNAS fin janvier a montré que la fonte des glaces dans l’Antarctique était six fois plus rapide aujourd’hui qu’il y a quarante ans. Or, selon les scientifiques, quels que soient les efforts réalisés, la fonte est inéluctable, on ne peut que la ralentir.  

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La Nasa observe un iceberg parfaitement rectangulaire au milieu de l’Antarctique

Habituellement, les nouvelles qui viennent de nos pôles glacés ne sont pas bonnes : fonte accélérée, fractures d’immenses glaciers, libération de substances dangereuses enfermées depuis des éons… Mais cette fois-ci, ce sont des beautés géométriques que nous révèle la Nasa, avec en...

Un trou géant est apparu au milieu de l’Antarctique et personne ne sait pourquoi

Changement climatique ou pas ? Trop tôt de le dire. Mais le trou, grand comme six fois l’Île-de-France ou trois fois la Bretagne, apparu au milieu de la glace de l’Antarctique, n’est pas pour rassurer. Son existence aura des conséquences néfastes pour le climat, craignent les...

Sous la glace de l’Antarctique, une centaine de volcans menacent de se réveiller sous l’effet du réchauffement

La découverte de 91 volcans sous l’Antarctique, en plus des 47 déjà connus, est inquiétante. La fonte de la couche de glace en cours, sous l’effet du changement climatique, pourrait favoriser leur réveil. L’éruption d’un seul d’entre eux suffirait à déstabiliser toute la partie occidentale...

[Le chiffre] La fonte des glaces dans l'Antarctique est six fois plus rapide qu'il y a quarante ans

Le phénomène de fonte de glace est plus grave encore que ce que les scientifiques estimaient jusqu'ici. L'Antarctique fond en réalité six fois plus vite que dans les années 80. Un problème grave qui provoque une hausse du niveau des océans et de la température de l'eau. 

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Abeilles robots pollinisatrices

Abeilles robots, viande synthétique, puits de carbone… quand la technologie remplace la nature

Face à la destruction de la nature par les activités anthropocènes, les humains misent en partie sur la technologie. Des drones pollinisateurs pourraient remplacer les abeilles, en déclin, la sécheresse serait résolue par de la pluie artificielle et des puits de carbone artificiels pourraient être...

Ursula von der leyen PE

Élection d'Ursula von der Leyen : l'Union européenne à l'ère de l'urgence climatique

L'élection de l'Allemande Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne, était loin d'être gagnée. Elle confirme pourtant le nouveau virage pris par les institutions européennes depuis les dernières élections de mai et la percée des Verts car la fidèle d'Angela Merkel est passée de...

[Science] Dans l’Arctique, le permafrost fond 70 ans plus tôt que prévu et c’est une catastrophe

"Ce que nous avons vu était incroyable". Des chercheurs viennent de découvrir que le permafrost, l'épaisse couche de glace qui couvre 25 % de l'hémisphère nord, a fondu 70 ans plus tôt que prévu dans l'Arctique canadien. Or le permafrost abrite du carbone, du méthane et même du mercure. Il en libère...

Urgenda justice climatique Urgenda Chantal Bekker

Changement climatique : 1 300 actions en justice contre les États et les entreprises

C'est une nouvelle arme citoyenne. De plus en plus de d'associations et de personnes poursuivent États et entreprises pour leur implication dans la crise climatique. Depuis 1990, la London School of Economics en compte plus de 1 300. Si cette démarche était concentrée jusqu'ici aux États-Unis, elle...