Publié le 19 juillet 2018

ENVIRONNEMENT

Les cinq plus gros producteurs de viande et de lait polluent plus que les pétroliers

Selon une nouvelle étude, les cinq principaux producteurs de viande et de lait émettent, ensemble, plus de gaz à effet de serre que les plus gros producteurs pétroliers que sont Exxon, BP ou Shell. Et la courbe n'est pas prête de s'inverser, seule une petite poignée ont des objectifs concrets de réduction des émissions en concordance avec les ambitions de l'Accord de Paris.

Sur les 35 plus gros producteurs de viande et de lait, plus de la moitié n'ont pas émis d'objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Pixabay

L’industrie pétrolière a longtemps été pointée du doigt pour la pollution qu’elle générait. Aujourd’hui, il faut aussi regarder du côté des producteurs de viande et de lait. Selon un nouveau rapport de l’ONG Grain et de l’IATP (Institute for agricultural and trade policy), les cinq plus grosses entreprises de ces secteurs que sont JBS, Tyson Foods, Cargill, Dairy Famers of America et Fonterra polluent plus que Exxon, BP ou Shell. Plus préoccupant encore, les 20 premiers producteurs de viande émettent autant de gaz à effet de serre qu’un pays comme l’Allemagne et doublent presque celles de la France !

Seul Danone a un objectif de "zéro émission nette"

Pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 18 milliards de tonnes d’ici 2050. "Si tous les autres secteurs suivent cette voie mais que la croissance de l’industrie de la viande et des produits laitiers augmente au rythme actuel, le secteur pourrait absorber, d’ici 32 ans, plus de 80 % du "budget" annuel d’émission de GES", expliquent les auteurs de l’étude. Et pour l’instant, rien n’indique que la courbe va s’inverser, au contraire.

GRAIN et IATP ont passé au crible les 35 sociétés les plus importantes de la viande et du lait, 14 ont annoncé une volonté de baisser leurs émissions. Parmi elles, seulement six ont inclus les émissions de leur chaîne d’approvisionnement qui représentent pourtant 90 % des émissions totales. Quelques bons élèves sortent du lot comme Nestlé qui vise une réduction de 50 % de ses émissions d’ici 2050. Danone, de son côté, est le seul à afficher un objectif de "zéro émission nette" à la même date. Le seul donc à se conformer aux objectifs de l’Accord de Paris.

Les pays les plus consommateurs de viande sont les plus pollueurs 

"Il n’y a pas d’autres choix. La production de viande et de produits laitiers dans les pays où les 35 principales entreprises dominent doit être considérablement réduite", estime Devlin Kuyer du GRAIN. "Les entreprises font pression pour des accords commerciaux qui augmenteront les exportations et les émissions, et elles sapent les solutions climatiques réelles comme l’agroécologie qui profitent aux agriculteurs, aux travailleurs et aux consommateurs".

Cas concret : la levée de l’embargo du bœuf français en Chine. La France va y exporter 30 000 tonnes de viande bovine par an alors que le bœuf est un des aliments les plus carbo-intensifs. Pour cause, une récente étude de l’industriel allemand NU3 effectuée par ABCD Agency montre que les pays les plus consommateurs de viande ovine et bovine sont aussi les plus pollueurs. Les Argentins, Néo-Zélandais et les Américains sont les plus mauvais élèves quand la France, elle, se trouve en 17e position plombée par sa grande consommation de bœuf et de produits laitiers.

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Dont look up pop culture influence climat netflix

Mobilisation climatique : la pop culture plus efficace que le rapport du GIEC

Climat, limites planétaires, perte de biodiversité… Les rapports scientifiques se multiplient pour nous pousser à agir face à l’urgence écologique, mais peinent à toucher le grand public. Pour changer d’échelle, la culture populaire a un rôle à jouer. Dans une nouvelle étude, l’Ademe et Place to B...

Elisabeth borne Julien de rosa afp

Les ministres et haut-fonctionnaires vont être formés aux enjeux écologiques

Le gouvernement a entendu l’appel de la société civile. Alors qu’une pétition réclamait la formation des ministres aux enjeux environnementaux, la Première ministre Élisabeth Borne a approuvé leur demande. En plus des équipes ministérielles, 25 000 fonctionnaires cadres devraient être formés. Si...

Haut conseil pour le climat JULIEN DE ROSA AFP

Le Haut conseil pour le climat appelle à un "sursaut" de la France

C'est un appel à un "sursaut" qu'a lancé le Haut Conseil pour le climat dans un nouveau rapport publié le 29 juin. L'instance pointe un "risque majeur" de ne pas atteindre les objectifs climatiques renforcés pour 2030. Un message fort qui intervient au moment où la ministre de la Transition...

New normal meteoo

Réchauffement climatique : Météo France revoit à la hausse ses "normales" saisonnières

Paris prend les températures de Bordeaux, Strasbourg celles de Lyon... La mise à jour des normales de saison dessine une France plus chaude et plus sèche, particulièrement dans l'Est, et au printemps et en été. Sur la nouvelle période de référence 1990-2020, Météo-France a calculé une hausse des...