Publié le 07 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

Après 17 ans d'interdiction, le bœuf français retourne en Chine et ce n'est pas une bonne nouvelle pour la planète

Après 17 ans d'interdiction, les premières cargaisons de bœuf français viennent d'arriver en Chine. La France va pouvoir y exporter 30 000 tonnes de viande bovine. Une bonne nouvelle pour la filière qui subit la baisse de la consommation de viande des Français. Mais c'est plus compliqué sur le plan climatique, le bœuf étant un des aliments les plus carbo-intensifs. Cette décision "va à contre-courant des engagements de l'Accord de Paris", souligne un expert. 

La France a produit 1,5 tonne de viande bovine en 2017.
Pixabay

[Mise à jour le 7 novembre 2018] Bonne nouvelle pour la filière française bovine. Après plus de 17 ans d’embargo chinois sur le bœuf français à la suite du scandale de la vache folle, le deuxième plus gros importateur de viande bovine a rouvert ses portes. Les premières cargaisons de bœuf français viennent d'arriver en Chine. Il fait suite à la signature d'un protocole d'accord avec le Premier ministre Édouard Phillipe et le président Xi Jinping le 25 juin.

"C’est une très grande nouvelle", "une date historique", a déclaré à l’AFP le président de la filière Interbev Dominique Langlois. Au total, la France pourra exporter 30 000 tonnes de viande bovine de moins de 30 mois désossées congelées ou réfrigérées, entières ou hachées. La France représentera donc environ 5 % des 700 000 tonnes de viande bovine importée en Chine en 2017, en hausse de 20 % par rapport à 2016.

Un engagement "à contre-courant de l'Accord de Paris"

Cette annonce va permettre à la filière française de renouer avec la croissance. La consommation de viande des Français est en baisse ces dernières années. Mais cette levée de l'embargo est aussi une mauvaise nouvelle pour l’environnement. L’élevage industriel de bœuf est très énergivore. Un kilogramme de viande bovine nécessite 15 000 litres d’eau. L’élevage mondial représente plus de 15 % des émissions de gaz à effet de serre de la planète, soit davantage que le secteur du transport.

"Le bœuf est l’aliment le plus carbo intensif", un expert du secteur. "Cette annonce va à contre-courant des engagements de l’Accord de Paris. Le sens de la transition est de se tourner vers une production plus locale et moins carnée".

Les intérêts commerciaux et économiques prioritaires

De manière générale, "l'ambition climatique a tendance à s'arrêter là où commence l'intérêt commercial et économique", dénonce Morgane Creach, directrice du RAC, réseau action climat. Aujourd’hui, la France, contrairement aux principaux importateurs que sont l’Amérique du Sud, l’Australie ou encore la Nouvelle-Zélande, ne connaît pas d’élevage industriel massif. Un argument que met en avant le président de la fédération qui vante "la qualité de nos races, le fait que nous ayons un système de traçabilité remarquable, que nous n’avons pas un mode d’élevage extensif mais à taille humaine".

Reste à savoir si l'Hexagone pourra tenir cette politique face à la demande croissante de la Chine. En 30 ans, la consommation annuelle de viande dans le pays est passée de 13 kg par personne à 63 kg, représentant ainsi 28 % de la consommation mondiale.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Place de la concorde vide mardi 17mars coronavirus LudovicMarin AFP

Coronavirus : le confinement d’un tiers de l’humanité réduit la pollution de l’air de façon très nette... y compris à Paris

Avec la mise en place de mesures de confinement à l'échelle planétaire, de la Chine aux Etats-Unis, en passant par l'Inde et l'Europe, la qualité de l'air commence nettement à s'améliorer. Cela a été mesuré en Chine, dans le nord de l'Italie et en France. Dans la région parisienne, l'air n'avait pas...

Microplastique machine a laver textile

Contre les microplastiques, les fabricants devront équiper les machines à laver de filtres d’ici 2025

Lors du lavage, les vêtements fabriqués avec des fibres synthétiques libèrent des microparticules de plastiques qui se déversent dans les océans. Pour y remédier, une nouvelle mesure émanant de la loi économie circulaire oblige les fabricants de machines à laver de les doter d'un filtre d'ici 2025....

Incendie Lubrizol Philippe LOPEZ AFP 0897628754

Lubrizol mis en examen pour les dégâts environnementaux du sinistre suite à l’incendie de son usine à Rouen

Cinq mois après le gigantesque incendie qui a ravagé l'usine Lubrizol à Rouen, le groupe a été mis en examen pour sa responsabilité dans les dégâts environnementaux causés par le sinistre, dont l'origine reste encore inconnue.

Autoroutes A41 A43

Haute-Savoie : le gouvernement valide un projet autoroutier qui doublonne un train express

Quelques semaines après la mise en service du Léman Express, le gouvernement français a donné son feu vert à un vieux projet autoroutier dont le tracé s'avère quasi identique. Craignant une mise en concurrence en défaveur du train, la ville de Genève et deux associations françaises ont déposé un...