Publié le 13 novembre 2020

ENVIRONNEMENT

Les eurodéputés augmentent à 40 % la part du plan de relance dédiée au climat et à la biodiversité

En début de semaine, les eurodéputés ont relevé, dans le plan de relance européen, le seuil de dépenses favorables à l'environnement et à la biodiversité à 40 %,  contre 30 % actuellement. Une bonne nouvelle qui est pourtant critiquée. Les ONG pointent du doigt une duplicité dans le discours, les eurodéputés ayant laissé la voie ouverte pour le financement de certains projets gaziers. 

Parlement europeen CC0 David Iliff
ont relevé le seuil de dépenses du plan de relance en faveur de l'environnement à 40 %, dont 10 % seront dédiées à la biodiversité.
@CC0/ David Iliff

En début de semaine, deux influentes commissions du Parlement européen, les commissions Budget et Environnement, ont relevé le seuil de dépenses du plan de relance en faveur du climat et de la biodiversité à 40 %. Jusqu’à présent, il était convenu que 30 % du fonds serait directement attribué à la lutte contre le réchauffement climatique afin de respecter l’objectif de neutralité carbone de l’Union européenne d’ici 2050. Ils y ajoutent 7,5 % des dépenses annuelles consacrées aux objectifs de biodiversité à partir de 2024 et 10 % à partir de 2026.  

Ces modalités doivent désormais être discutées directement entre Parlement et Etats membres alors que les deux commissions parlementaires ont décidé de sauter l'étape d'une discussion et d'un vote en séance plénière au Parlement afin d'engager directement des négociations et trouver un compromis définitif sur le mécanisme de relance. Mais pour les ONG écologiques, le compte n'y est pas car les 40 % de financements "verts" seront définis selon une taxonomie "encore floue", laissée à l'appréciation des Etats et n’excluant pas explicitement les hydrocarbures.  

"Une trahison pour la jeune génération"

"Il y a duplicité des eurodéputés : tout en déclarant l'urgence climatique, ils ouvrent les vannes pour davantage de subventions européennes à la rescousse des énergies fossiles", se désole Markus Trilling, coordinateur de la fédération Climate Action Network (CAN) Europe. Peu avant le vote, Silvia Pastorelli, de Greenpeace, s'inquiétait déjà. "Les eurodéputés ratent leur chance de garantir une reprise verte qui exclut les énergies fossiles, ils laissent les lobbyistes (des hydrocarbures) écrire les règles", s'indignait-elle, dénonçant "une trahison pour la jeune génération".  

Une vision contestée par l’eurodéputé Pascal Canfin, président de la commission parlementaire environnement (ENVI). "Le Parlement européen a voté pour l’exclusion du gaz du plan de relance européen, ce qui est aussi la position de la France", écrit-il sur Twitter.

Le 16 septembre, les députés européens avaient confirmé en plénière que les projets de gaz naturel pourraient être soutenus dans certains cas particuliers pour des régions dépendant d'énergies encore plus polluantes (charbon, lignite, schiste bitumineux ou tourbe) et engagées dans la neutralité carbone (tous sauf la Pologne).  

"Sous ces conditions on ne parle que de quelques projets gaziers susceptibles d’être éligibles dans la quinzaine de régions, sur 280 en Europe, qui entrent dans la catégorie 'fortement dépendantes du charbon", avait alors souligné Pascal Canfin, qui avait voté pour l’inclusion du gaz. Les eurodéputés souhaitent par ailleurs que les fonds soient disponibles pendant quatre ans (au lieu des trois ans initialement proposés), et que les États puissent demander un préfinancement jusqu'à 20 % (au lieu des 10 % proposés) pour leurs plans de reprise.     

Concepcion Alvarez @conce1, avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Dispositifs medicaux empreinte carbone secteur sante ibrahim boran unsplash

Le secteur de la santé représente 8 % des émissions de gaz à effet de serre en France

Le Shift Projet poursuit son Plan de transformation de l’économie française (PTEF) avec la publication d'un quatrième rapport consacré cette fois à la santé. Le secteur, jusque-là rarement pointé du doigt, représente tout de même 8 % des émissions de gaz à effet de serre dans l'Hexagone. Le think...

Forces militaires francaises 2 minsiterearmees 01

CIA, FBI, Pentagone, OTAN… Quand le changement climatique devient un enjeu de sécurité

Pénurie d'eau, catastrophes climatiques, émeutes... les armées sont en première ligne face au changement climatique. L'enjeu a pris une nouvelle dimension ces derniers mois alors que les services de renseignements américains et le Pentagone estiment qu'ils pourraient même provoquer l'effondrement de...

IMG ours renne @Izabela Kulaszewicz

Réchauffement climatique : les images inédites d'un ours chassant un renne

C'est une scène inhabituelle. Pour la première fois, un ours polaire a été filmé en train de chasser et se nourrir d'un renne dans l'archipel du Svalbard, au nord de la Norvège. Un phénomène qui semble se multiplier à mesure que la banquise, terrain de chasse des ours, disparaît.

Cow Pixabay vaches

Le méthane devient (enfin) un sujet majeur de la lutte contre le changement climatique

Si la réduction du CO2 dans l'atmosphère occupe le devant de la scène, la lutte contre les émissions de méthane s'est progressivement imposée comme une mesure indispensable et prometteuse pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Si la problématique émerge depuis...