Publié le 11 avril 2018

ENVIRONNEMENT

Le coût des catastrophes a représenté 337 milliards de dollars en 2017

Le réassureur suisse Swiss Re a revu à la hausse les coûts des catastrophes en 2017. Après une première estimation qui les chiffrait à 306 milliards de dollars, le montant mis à jour atteint 337 milliards de dollars, un record.

Trois ouragans sont à l'origine de la majorité des destructions sur la planète en 2017.
Pixabay

L'an passé, les pertes économiques engendrées par les catastrophes naturelles et les désastres causés par l'homme (tels que les incendies ou les accidents industriels) se sont montées à 337 milliards de dollars (273 milliards d'euros), a indiqué le réassureur suisse Swiss RE suisse, dans sa nouvelle étude intitulée Sigma qui a revu les sommes à la hausse.

Les pertes prises en charge par les assureurs après les catastrophes ont, elles, atteint 144 milliards de dollars, ce qui en fait l'année la plus coûteuse enregistrée jusqu'à aujourd'hui, a précisé Swiss Re. Le spécialiste possède des données sur les 50 dernières années.

Trois ouragans destructeurs

En décembre, le groupe suisse avait déjà procédé à une première estimation, évaluant les pertes économiques à 306 milliards de dollars et les coûts pour les assureurs à 136 milliards, mais avait d'emblée précisé que ces premiers chiffres étaient appelés à être ajustés compte de l'ampleur des dégâts liés en particulier aux ouragans.

Les trois ouragans Harvey, Irma et Maria, qui se sont abattus sur les Caraïbes et le Sud-Est des États-Unis, ont à eux seuls engendrés 217 milliards de pertes économiques et 92 milliards de frais pour les assureurs, ce qui en fait la deuxième année la plus coûteuse pour les assureurs depuis les ouragans Katrina, Rita et Wilma en 2005.

Les coûts des incendies ont, quant à eux, atteint un niveau record pour les assureurs qui ont couvert 14 milliards de dollars de demandes de dédommagements, entre les feux qui se sont propagés en Californie mais aussi au Canada et au Portugal.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Preserver climat planete IvanJesusCruzCivieta

Les investissements favorables au climat ont résisté malgré la crise

Les investissements en faveur du climat ont progressé de 10 % en 2020, malgré la crise sanitaire. C'est ce que relève le panorama dressé par le think tank I4CE. Les véhicules électriques et hybrides rechargeables en ont principalement profité. Mais les experts alertent sur de possibles tensions à...

Dispositifs medicaux empreinte carbone secteur sante ibrahim boran unsplash

Le secteur de la santé représente 8 % des émissions de gaz à effet de serre en France

Le Shift Projet poursuit son Plan de transformation de l’économie française (PTEF) avec la publication d'un quatrième rapport consacré cette fois à la santé. Le secteur, jusque-là rarement pointé du doigt, représente tout de même 8 % des émissions de gaz à effet de serre dans l'Hexagone. Le think...

Forces militaires francaises 2 minsiterearmees 01

CIA, FBI, Pentagone, OTAN… Quand le changement climatique devient un enjeu de sécurité

Pénurie d'eau, catastrophes climatiques, émeutes... les armées sont en première ligne face au changement climatique. L'enjeu a pris une nouvelle dimension ces derniers mois alors que les services de renseignements américains et le Pentagone estiment qu'ils pourraient même provoquer l'effondrement de...

IMG ours renne @Izabela Kulaszewicz

Réchauffement climatique : les images inédites d'un ours chassant un renne

C'est une scène inhabituelle. Pour la première fois, un ours polaire a été filmé en train de chasser et se nourrir d'un renne dans l'archipel du Svalbard, au nord de la Norvège. Un phénomène qui semble se multiplier à mesure que la banquise, terrain de chasse des ours, disparaît.