Le réassureur suisse Swiss Re a revu à la hausse les coûts des catastrophes en 2017. Après une première estimation qui les chiffrait à 306 milliards de dollars, le montant mis à jour atteint 337 milliards de dollars, un record.

L’an passé, les pertes économiques engendrées par les catastrophes naturelles et les désastres causés par l’homme (tels que les incendies ou les accidents industriels) se sont montées à 337 milliards de dollars (273 milliards d’euros), a indiqué le réassureur suisse Swiss RE suisse, dans sa nouvelle étude intitulée Sigma qui a revu les sommes à la hausse.
Les pertes prises en charge par les assureurs après les catastrophes ont, elles, atteint 144 milliards de dollars, ce qui en fait l’année la plus coûteuse enregistrée jusqu’à aujourd’hui, a précisé Swiss Re. Le spécialiste possède des données sur les 50 dernières années.
Trois ouragans destructeurs
En décembre, le groupe suisse avait déjà procédé à une première estimation, évaluant les pertes économiques à 306 milliards de dollars et les coûts pour les assureurs à 136 milliards, mais avait d’emblée précisé que ces premiers chiffres étaient appelés à être ajustés compte de l’ampleur des dégâts liés en particulier aux ouragans.
Les trois ouragans Harvey, Irma et Maria, qui se sont abattus sur les Caraïbes et le Sud-Est des États-Unis, ont à eux seuls engendrés 217 milliards de pertes économiques et 92 milliards de frais pour les assureurs, ce qui en fait la deuxième année la plus coûteuse pour les assureurs depuis les ouragans Katrina, Rita et Wilma en 2005.
Les coûts des incendies ont, quant à eux, atteint un niveau record pour les assureurs qui ont couvert 14 milliards de dollars de demandes de dédommagements, entre les feux qui se sont propagés en Californie mais aussi au Canada et au Portugal.
La Rédaction avec AFP

Découvrir gratuitement l'univers Novethic
  • 2 newsletters hebdomadaires
  • Alertes quotidiennes
  • Etudes