Publié le 08 juillet 2020

ENVIRONNEMENT

Le Haut conseil pour le climat torpille la politique climatique de la France dans un nouveau rapport

La France n'est toujours pas sur la bonne trajectoire climatique pour atteindre la neutralité carbone en 2050, alerte une nouvelle fois le Haut conseil pour le climat. Installée par Emmanuel Macron fin 2018, en pleine crise des Gilets jaunes, l'instance est la vigie de l'action climatique du gouvernement. Un an après un premier rapport sévère, elle n'hésite pas à revenir à la charge et interpelle le gouvernement pour que le plan de relance s'insère dans les limites climatiques.

Les émissions de gaz à effet de serre de la France ont baissé en 2019, mais pas à un rythme suffisant pour être aligné avec la neutralité carbone en 2050.
@iStock

Certes, les émissions de gaz à effet de serre de la France ont reculé de 0,9 % entre 2018 et 2019, mais c’est encore loin d’être suffisant pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Un an après son premier rapport cinglant, le Haut conseil pour le climat (HCC) ne note pas de changement de cap de la part du gouvernement (1). "Le réchauffement climatique induit par les activités humaines continue de s’aggraver, alors que les actions climatiques de la France ne sont pas à la hauteur des enjeux ni des objectifs qu’elle s’est donnés", résume l'instance installée par Emmanuel Macron fin 2018 pendant la crise des Gilets jaunes.

"Nous sommes encore très loin des –3 % attendus à partir de 2025", écrivent les auteurs. Et "la baisse temporaire des émissions de CO2 résultant du confinement (environ –13 % entre janvier et mai) ne répond pas aux enjeux de la transition bas-carbone et reste marginale par rapport aux efforts structurels à accomplir", ajoute l'instance. Le HCC condamne également le pilotage de la SNBC (Stratégie nationale bas-carbone), qui, dans sa dernière version, revoit à la hausse ses émissions de CO2 autorisés jusqu'en 2023, accentuant l’effort à fournir après cette date.

Quatre secteurs encore trop émetteurs

Le HCC insiste sur les quatre principaux secteurs émetteurs que sont le transport (30 %), l’agriculture, le bâtiment et l’industrie (entre 18 et 20 % chacun) et propose d’intégrer leur transition bas-carbone dans le plan de relance de sortie de crise qui doit être présenté à l’automne. "Si une seule recommandation devait être conservée de ce rapport, elle serait de bannir tout soutien aux secteurs carbonés du plan de reprise et de l’orienter le plus possible sur des mesures efficaces pour la baisse des émissions de gaz à effets de serre", insistent les experts. "Dans ce cadre, l’enjeu n’est pas d’intégrer le climat au cadre du plan de reprise, mais d’insérer le plan de reprise dans les limites du climat."

Le transport est le seul secteur dont les émissions ont augmenté depuis trente ans. Or "les plans de soutien à l’automobile annoncés à ce jour ne s’inscrivent pas dans une stratégie globale compatible avec la SNBC et omettent des critères comme celui du poids des véhicules" pointe le rapport. Dans le secteur du bâtiment, "la rénovation énergétique doit être massifiée" et l’industrie manufacturière et de la construction doit être accompagnée vers des "procédés industriels bas-carbone". L’agriculture quant à elle "n’est pas structurellement engagée vers la trajectoire bas-carbone" souligne le HCC.

Concernant la taxe carbone, évacuée des propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) et reportée sine die par Emmanuel Macron, l’instance appelle à la relancer, tout en corrigeant "ses effets redistributifs". Sur les propositions de la CCC justement, le Haut conseil pour le climat recommande "qu’y soit donnée une suite à la hauteur du travail collectif effectué." Enfin, dernière critique adressée au gouvernement, "l’évaluation des grandes lois d’orientation promises après un an [qui] n’a pas été communiquée". Reste à savoir si la nouvelle ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, aura le poids et la volonté de changer le cap donné par le gouvernement jusqu'ici. 

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir le rapport du Haut conseil pour le climat


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Ministre de la Transition écologique : Barbara Pompili, une fidèle de la première heure, pour être le visage écologique d'Emmanuel Macron

Barbara Pompili, députée LREM de la Somme et présidente de la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire, succède à Élisabeth Borne au ministère de la Transition écologique. Secrétaire d'état à la biodiversité sous le gouvernement Cazeneuve, elle n'avait pas...

Feuille de route climat : la France abaisse ses ambitions sur les émissions de CO2

Le gouvernement vient de publier sa Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et sa Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), toutes deux révisées à l’aune de l’objectif de neutralité carbone en 2050 fixé par la France. Ces documents, qui jouent le rôle de boussole climatique, sont mis...

"Au rythme actuel, la France a peu de chances de tenir ses engagements climatiques", selon le Haut Conseil pour le climat

La sentence est tombée : la France n’est pas sur la bonne voie pour lutter efficacement contre le changement climatique. C’est la conclusion sévère du premier rapport du Haut conseil pour le climat sur l’évaluation des politiques publiques remis en plein épisode caniculaire. L’instance a...

À quoi va servir le Haut conseil pour le climat ?

Emmanuel Macron a installé mardi le Haut conseil pour le climat. Composé d'experts, cette instance est chargée de produire chaque année un "éclairage indépendant" sur la politique de la France en matière de lutte contre le changement climatique.

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Couv rob hopkins 01

[Les livres du changement] Et si on libérait notre imagination pour créer le futur que nous voulons ? de Rob Hopkins, chiche !

Replacer l'imagination au cœur de notre système de pensée et de décision. C’est le postulat de Rob Hopkins, le fondateur du mouvement des Villes en transition, pour gagner la bataille climatique et environnementale. Alors, osons imaginer le monde que nous voulons voir émerger. Le chemin sera moins...

À La Réunion, les climatiseurs d'un hôpital tourneront bientôt à l’eau de mer

Dans un territoire insulaire et non interconnecté comme La Réunion, l'une des clés sur le terrain énergétique est la maîtrise de la consommation. C'est pourquoi EDF a développé plusieurs solutions spécifiques. Parmi ses projets les plus innovants, le SWAC (Sea Water Air Conditioning), un système qui...

Baie de Balikpapan risque tsunami bnu khoirul fajar

Contraint de changer de capitale à cause du changement climatique, l’Indonésie choisit Bornéo menacée par les tsunamis

Jarkata s'enfonce peu à peu dans les eaux en raison d'une urbanisation galopante, combinée au pompage des nappes phréatiques et au réchauffement climatique. Face à cette situation, le Président indonésien a décidé de déplacer la capitale sur l'île de Bornéo. Mais une nouvelle étude met en avant un...

Ville permafrost degl MARC GARANGER AURIMAGES VIA AFP

La fonte du permafrost détruit les villes et les infrastructures industrielles de l'Arctique

La fonte du permafrost, sol gelé toute l'année au nord du globe, en particulier en Sibérie, menace des villes entières. En premier lieu Yakoutsk, la plus grande cité construite sur du permafrost. Plusieurs immeubles ont déjà été détruits par le dégel et des infrastructures industrielles se sont...