Publié le 26 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

L’ONU alerte sur l'urgence climatique et dénonce dix ans de procrastination

La mise en garde lancée mardi 26 novembre par l'ONU est plus claire que jamais : si le monde remet encore à plus tard les actions immédiates et radicales nécessaires pour réduire les émissions de CO2, la catastrophe climatique ne pourra plus être évitée. L’organisation internationale dénonce aussi les années perdues depuis 2010.

Usine carbone climat TomasSereda
@ThomasSerada
Il faut baisser les émissions d'ici 2030 pour espérer limiter le réchauffement climatique à 2°C.

Pour garder un espoir de limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C, ambition idéale de l'accord de Paris, il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,6 % par an, chaque année dès l'an prochain et jusqu'à 2030, selon le rapport annuel du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Soit un total de 55 % de baisse entre 2018 et 2030.

Tout retard, au-delà de 2020, rendrait "rapidement l'objectif de 1,5°C hors de portée". Et même pour espérer limiter le réchauffement à +2°C, il faudrait réduire les émissions de 2,7 % par an de 2020 à 2030. Mais ces émissions, générées en particulier par les énergies fossiles ont augmenté de 1,5 % par an ces dix dernières années et "il n'y a aucun signe (qu'elles) atteignent leur pic dans les prochaines années", souligne le PNUE, notant le nouveau record de 55,3 gigatonnes de CO2 en 2018.

Le monde a déjà gagné environ +1°C depuis l'ère préindustrielle, entraînant une multiplication des catastrophes climatiques. Et chaque demi-degré supplémentaire va aggraver l'impact des dérèglements climatiques. Or selon le PNUE, si les émissions se poursuivent au rythme actuel, la planète pourrait se réchauffer de 3,4 à 3,9°C d'ici la fin du siècle. Et même si les États signataires de l'accord de Paris respectent leurs engagements, le mercure montera de 3,2°C.

Objectifs en passe d’être manqués

L'ONU assure malgré tout qu'il est encore possible de rester sous +2°C, et même sous +1,5°C. Les signataires de l'accord de Paris doivent multiplier leurs ambitions par trois pour atteindre le premier objectif, par cinq pour le second. Et ces engagements doivent être suivis d'actions immédiates. "Dix ans de procrastination climatique nous ont menés là où nous sommes", a déclaré à l'AFP Inger Andersen, patronne du PNUE.

Ce constat "sombre" envoie un message clair à quelques jours de la réunion climat de l'ONU (COP25) à Madrid. "Si nous ne prenons pas des mesures urgentes maintenant (...) nous allons manquer l'objectif de +1,5°C", a insisté Inger Andersen. Alors que l'accord de Paris prévoit une révision des engagements des États pour la COP26 à Glasgow fin 2020, pour l'instant, seuls 68 pays se sont engagés à augmenter leur ambition, et parmi eux aucun des plus émetteurs du G20.

Certains de ces derniers, qui représentent 78 % des émissions de la planète sont d'ailleurs pointés du doigt par le PNUE. Si la Chine, l'Union européenne ou l'Inde devraient respecter leurs engagements actuels de réduction du CO2, au moins sept membres, dont les États-Unis ou le Japon, n'y sont pas.

Investissements massifs

Les efforts passeront par des investissements massifs. Ainsi, dans un scénario à +1,5°C, le PNUE évoque pour le seul secteur énergétique des investissements de 1 600 à 3 800 milliards de dollars par an entre 2020 et 2050. Et si les coûts financiers ou sociétaux de cette transition peuvent sembler pharaoniques, tergiverser sera encore pire: "chaque année de retard à partir de 2020 nécessitera des réductions d'émissions plus rapides, ce qui deviendra de plus en plus cher, improbable et difficile", insiste le PNUE.

La preuve, si le monde avait commencé à agir sérieusement dès 2010, il n'aurait fallu réduire les émissions que de 0,7% par an pour +2°C et 3,3% pour +1,5°C. Mais pour John Ferguson, analyste à l'Economist intelligence Unit, il est déjà probablement déjà trop tard en raison des écarts entre les promesses des États et ce qu'ils font réellement. "Cet écart explique mon pessimisme sur le fait qu'on ne pourra pas limiter le réchauffement à +1,5°C", se désole-t-il.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Manif climat changer le systeme

[Génération climat] Précarité étudiante et urgence climatique : les jeunes veulent changer de modèle

Alors que 20 % des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté, l'immolation du jeune Anas K., 22 ans, devant le Crous de son université, pour dénoncer sa précarité financière, a marqué les esprits. Et relancé la question d'une transition juste. Plusieurs étudiants mobilisés dans des collectifs ou...

Inondations pixabay 01

Événements climatiques extrêmes : la France, quatrième pays le plus touché au monde en termes de décès

Les Philippines de nouveau balayées par un typhon, l’Australie en proie à d’incontrôlables incendies, l’Afrique de l’est touchée par des pluies torrentielles et le sud-est de la France noyée par des inondations meurtrières. Les impacts du changement climatique touchent désormais tant les pays riches...

Valerie Masson Delmote Giec JungYeon Je

Trois questions à Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du GIEC : "Les femmes ont moins de capacité à réagir en cas d’aléas climatiques"

C'est un angle mort des politiques climatiques des États. Les femmes subissent de plein fouet les effets du changement climatique, elles ont 14 fois plus de risques de mourir en cas de catastrophe naturelle que les hommes. Valérie-Masson Delmotte, climatologue et co-présidente du Giec s'est plongée...

Inondations Nice ValeryHache Afp

[Décryptage] Inondations, climat et prix de l'immobilier

Ces derniers jours, le sud-est a connu deux épisodes méditerranéens meurtriers et destructeurs. Des phénomènes extrêmes accentués par une bétonisation à outrances de zones inondables. Des milliers de personnes, endettées, voient leur bien immobilier perdre toute leur valeur.