Publié le 08 août 2018

ENVIRONNEMENT

L’incroyable photo de la Nasa qui montre l’ampleur des incendies en Californie

Dix fois la superficie de Paris, telle est la taille de l’incendie qui fait rage actuellement en Californie. Il est formé par des feux qui se sont rejoints. La Nasa publie des clichés qui montrent de monstrueux panaches de fumée depuis l’espace. Si, selon les experts, ces phénomènes extrêmes sont aggravés par le réchauffement climatique, Donald Trump les attribuent aux lois de protection de l’environnement.

L'incendie qui ravage actuellement la Californie a dévoré 114 078 hectares.
@Nasa

Le record du feu le plus destructeur en termes de superficie brûlée est tombé lundi 6 août. Il appartient désormais au "Mendocino Complex", qui continuait sa course folle dans les collines boisées, escarpées et difficilement accessibles autour de Clear Lake, au nord de San Francisco.

Malgré la mobilisation de quelque 14 000 pompiers venus de tous les Etats-Unis et même d'Australie et de Nouvelle-Zélande, l’incendie a détruit 117 638 hectares depuis le 27 juillet. À titre de comparaison, la superficie de Paris est de 10 540 hectares.

Ce brasier est composé en réalité de deux foyers mitoyens : le "Ranch Fire", circonscrit à 20 %, et le "River fire", circonscrit à 78 %. Le record était détenu depuis décembre 2017 par l'incendie "Thomas" et ses 114 078 hectares réduits en cendres.

Depuis plusieurs jours la Nasa poste des photos prises depuis l’espace qui donne une idée de la dimension de cet immense incendie. "La Terre, dans toute sa majesté et sa tragédie, fait l'objet d'images prises à bord de la Station spatiale internationale (…) La Californie brûle. Ces incendies sont effrayants à regarder, même de l'espace", écrit l’agence.

 

Donald Trump nie l’effet du réchauffement

Le président américain Donald Trump a déclaré l'état de catastrophe naturelle. Pour lui, c’est aussi l’occasion de remettre en cause les lois environnementales. Dans plusieurs tweets postés lundi 6 août, il a incriminé le manque d'eau pour combattre les brasiers et a recommandé de "couper des arbres", s'en prenant aux lois de protection de la nature plutôt qu'au changement climatique.

Selon lui, les incendies californiens sont "amplifiés" par "les mauvaises lois environnementales qui ne permettent pas d'utiliser correctement d'énormes quantités d'eau facilement accessibles". "C'est détourné dans l'océan Pacifique. Il faut aussi couper des arbres pour empêcher le feu de se propager", a-t-il poursuivi.

 

Dans le New York Times, le résident de la maison Blanche a été corrigé par Daniel Berland, directeur adjoint de Cal Fire, agence californienne de lutte contre les incendies : "Nous avons beaucoup d’eau pour lutter contre ces incendies, mais soyons clairs : le changement de notre climat mène à des incendies plus graves et plus destructeurs".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles