Publié le 15 août 2018

ENVIRONNEMENT

Jusqu’en 2022, des années exceptionnellement chaudes vont s’enchaîner, selon le CNRS

Les années 2018 à 2022 devraient être encore plus chaudes que ne le présageaient les modèles climatiques, selon une étude par le CNRS, l’Ifremer, l’IRD, l’Université de Bretagne occidentale et l'Université de Southampton. Elle met en évidence les sautes d'humeurs du réchauffement.

En plus du réchauffement anthropique, le réchauffement naturel est très actif.
@CreativeCommons

Les variations de la température moyenne annuelle dépendent du changement climatique provoqué par les activités humaines mais aussi de la variabilité intrinsèque du climat, qui rend les prévisions d'une année sur l'autre d'autant plus difficiles. Pour affiner ces prédictions, une équipe de scientifiques a inventé un nouveau système de prévisions baptisé ProCast (Probabilistic forecast), basé sur une méthode statistique et des modèles climatiques existants.

Pour 2018-2022, cet algorithme prédit "une période plus chaude que la normale" qui va "temporairement renforcer" le réchauffement, selon l'étude publiée dans Nature Communications, qui souligne que le réchauffement climatique "n'est pas un processus lisse et monotone".

Le réchauffement n’est pas un long fleuve tranquille

En raison du changement climatique, la planète a déjà gagné 1°C depuis l'ère pré-industrielle, ce qui correspond en moyenne à +0,01°C par an. Mais cette hausse peut être, selon les années, contrebalancée ou au contraire renforcée par la variabilité naturelle du climat.

Pour 2018-2022, l'impact lié à la variabilité naturelle du climat sera "équivalent au réchauffement climatique anthropique", ce qui aboutira ainsi à une hausse de température moyenne deux fois plus élevée qu'avec le seul réchauffement provoqué par l'homme, a précisé à l'AFP l'auteur principal Florian Sévellec, du Laboratoire d'océanographie physique et spatiale (CNRS/Ifremer).

Une situation propice aux ouragans

"Nous sommes entrés dans une phase de chaleur, poussée par la variabilité naturelle, qui devrait durer cinq ans ou plus", a-t-il ajouté. Selon l'étude, les risques d'épisodes de températures anormalement élevées de la surface de la mer seront également plus importants, situation propice aux ouragans.

Le nouveau système ne prévoit pour l'instant que la température moyenne annuelle de la planète, mais les chercheurs espèrent pouvoir développer des prévisions régionales et aussi des tendances de précipitations ou de sécheresse, pour répondre à une "demande sociétale toujours croissante de prévisions précises et fiables d'une année sur l'autre".

Trois années exceptionnelles

Les trois dernières années ont déjà été les plus chaudes jamais enregistrées. Et malgré les engagements des États signataires de l'accord de Paris de 2015 à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, la planète se dirige vers un monde à +3°C par rapport à l'ère préindustrielle, avec son lot annoncé de sécheresses, ouragans ou territoires submergés par les eaux.

Les chaleurs de l’été ont été particulièrement impressionnantes. Des records absolus de température ont ainsi été battus en Norvège avec 33,7°C le 18 juillet à Drag. Au même moment, en pleine nuit à Makkaur, sur les bords de la mer de Barents, le mercure n'est pas descendu sous les 25,2°C. Le lendemain, à Lakselv, on a enregistré 33°C, soit plus de 15°C au-dessus des normales, selon l'institut météorologique norvégien.

51°C en Algérie

Le 17 juillet ou en Laponie finlandaise, le mercure a atteint 33,4°C à Utsjoki Kevo, selon Météo-France. En Sibérie, le mercure a également atteint des sommets avec 37,2°C à Tompo le 9 juillet ou 35,5°C à Vanavara le 26 juin, selon l'Agence nationale océanique et atmosphérique des Etats-Unis (NOAA).

L'Algérie a enregistré 51,3°C le 5 juillet à Ouargla, dans le Sahara, probablement la température "la plus élevée jamais relevée en Algérie par des instruments fiables", indique l'OMM. Selon Météo-France, il s'agit même du record "pour l'ensemble du continent (...) depuis qu'on dispose de relevés fiables".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Monument girondins bordeaux

Montée des eaux : les simulations chocs des villes côtières englouties

Prendre conscience de la réalité derrière les chiffres n'est pas chose aisée. Une étude sur la montée des eaux publiée mi-octobre a été accompagnée de simulations pour se représenter l'impact de la hausse du niveau de la mer sur les villes côtières en fonction du degré de réchauffement. Des villes...

Inondations Shanxi China OUT AFP

Partout dans le monde, le changement climatique exacerbe la crise énergétique

Le changement climatique est une sérieuse menace pour le secteur de l'énergie. De la sécheresse en Amérique du Sud aux inondations en Chine et en Inde en passant par les canicules records au Canada... les évènements climatiques extrêmes exacerbent la hausse des prix de l'énergie. Or, ces crises vont...

Laurent Vincenti Total

Depuis un demi-siècle, Total sait qu'il participe au réchauffement climatique mais a sciemment minimisé le danger

Depuis 1971, le géant pétrolier était au courant que ses activités contribuaient au changement climatique. Or, il a semé le doute en finançant des organisations climato-sceptiques sans modifier sa stratégie, révèle une enquête publiée dans la revue Global Environmental Change. Si Exxon, BP et Shell...

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP

Climat : l’absence du président chinois Xi Jinping peut-elle faire échouer la COP26 ?

Le président Xi Jinping ne devrait pas se rendre à Glasgow, au Royaume-Uni, pour la COP26 qui s'ouvre à la fin du mois. Beaucoup y voient un signal inquiétant de la part du premier émetteur de gaz à effet de serre au monde, avec un risque d'effet boule de neige sur les autres puissances. Mais pour...