Publié le 27 mai 2019

ENVIRONNEMENT

Européennes 2019 : malgré le succès des populistes, les Verts gagnent la bataille des idées

Si la montée populiste continue en Europe avec les nombreuses victoires de ces partis lors de l'élection 2019, les Verts ont fait de spectaculaires percées dans plusieurs pays, à commencer par la France et l’Allemagne. Jamais le Parlement n’aura compté autant d’élus verts. Mais au-delà de ces scores, les questions écologiques se sont imposées dans tous les programmes et dans tous les débats.

Yannick Jadot, tête de liste d'EELV aux élections européennes, a atteint la troisième place du scrutin en France.
@StephanedeSakutin/AFP

Les partis Verts d’Europe ne sont pas arrivés en tête des élections européennes de 2019. Ce sont, incontestablement, les grands partis populistes qui ont gagné à l’image du Rassemblement national en France (23,3 %), de Fidesz de Viktor Orban en Hongrie (56 %), de la Ligue du Nord de Matteo Salvini en Italie (31 %). Mais dans de nombreux pays, on a assisté à une forte montée des parties écologistes, très largement portés par les appels venus de la rue visant à répondre à l’urgence écologique.

En France, le parti EELV, emmené par Yannick Jadot, prend la troisième place du scrutin avec 13,1 % des voix, derrière le RN et LREM. L’ensemble des partis Français avaient inclus l’écologie dans leur programme, à commencer par La République en Marche (LREM) qui avait même placé l'ex-EELV Pascal Canfin, numéro deux de la liste Loiseau, et se prévalait du soutien de Daniel Cohn-Bendit. Mais, "il n'y a pas eu d'évasion du vote écolo", analyse le politologue Daniel Boy. "Les électeurs ont préféré ceux qui ont toujours défendu l'écologie".

Vague Européenne

"C'est une vague verte européenne dont nous sommes les acteurs (…) Les Françaises et les Français nous ont envoyé un signal très clair : ils veulent que l'écologie aussi soit au cœur du jeu politique, et ce message a été lancé dans toute l'Europe", assure de son côté Yannick Jadot. Le Premier ministre, Édouard Philippe fait le même constat : "Nous avons reçu le message de nombreux Français sur l’urgence écologique. Partout en Europe, surtout les plus jeunes nous demandent d’agir".

L’autre immense percée est en Allemagne où les Verts arrivent en deuxième position avec 22 % des voix, doublant leur score de 2014. Ils sont devancés par l’Alliance CDU-CSU d’Angela Merkel (28,6 %) en recul. En Irlande, le Green Party arrive en deuxième position avec 15 % des voix, tout comme en Finlande où la Ligue verte réunit 15,8 % des électeurs. Pays-Bas, Autriche ou Portugal enverront également des élus écologistes au Parlement.

Une France affaiblie

Les deux principaux pourvoyeurs de parlementaires en Europe sont la France et l’Allemagne. Fort de leur succès dans ces pays, les Verts européens auront le plus grand groupe de leur histoire à Bruxelles avec une projection de 69 élus, contre 52 pour le parlement actuel. "La nuit sera merveilleuse et la nuit sera verte !", s’est réjoui Baz Eickhout, chef de file néerlandais des Verts au niveau européen. Pour l’eurodéputé belge, Philippe Lamberts, qui a vertement critiqué le virage vert d’Emmanuel Macron : "L’écologie politique n’est pas un satellite, c’est une force politique autonome".

Toutefois, les Verts ne resteront que la quatrième force derrière le centre droit du parti populaire européen (PPE, 182 sièges), les socialistes et démocrates (S&D, 147 sièges*) et les centristes de l’Alliance des démocrates et des libéraux (ADLE, 109 sièges). Notons d’ailleurs que les très faibles scores des partis français historiques, les Républicains (8,4 %) et les socialistes (6,6 %), vont lourdement pénaliser le poids de la France au Parlement, en étant faiblement représentée dans les deux partis européens majoritaires.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Ursula von den Leyen COP25 UE

Green Deal européen : 1 000 milliards d’euros sur les dix années à venir pour le climat

Mercredi 11 décembre, la nouvelle commission européenne révélera son Pacte vert. Tandis que sa présidente Ursula von der Leyen en a donné un avant-goût au cours de la COP25 en annonçant 1 000 milliards d’euros d’investissements sur 10 ans, le commissaire en charge de ce dossier, Frans Timmermans, a...

Manif climat changer le systeme

[Génération climat] Précarité étudiante et urgence climatique : les jeunes veulent changer de modèle

Alors que 20 % des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté, l'immolation du jeune Anas K., 22 ans, devant le Crous de son université, pour dénoncer sa précarité financière, a marqué les esprits. Et relancé la question d'une transition juste. Plusieurs étudiants mobilisés dans des collectifs ou...

Inondations pixabay 01

Événements climatiques extrêmes : la France, quatrième pays le plus touché au monde en termes de décès

Les Philippines de nouveau balayées par un typhon, l’Australie en proie à d’incontrôlables incendies, l’Afrique de l’Est touchée par des pluies torrentielles et le sud-est de la France noyée par des inondations meurtrières. Les impacts du changement climatique touchent désormais tant les pays riches...

Valerie Masson Delmote Giec JungYeon Je

Trois questions à Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du GIEC : "Les femmes ont moins de capacité à réagir en cas d’aléas climatiques"

C'est un angle mort des politiques climatiques des États. Les femmes subissent de plein fouet les effets du changement climatique, elles ont 14 fois plus de risques de mourir en cas de catastrophe naturelle que les hommes. Valérie-Masson Delmotte, climatologue et co-présidente du Giec s'est plongée...