Publié le 27 mai 2019

ENVIRONNEMENT

Européennes 2019 : malgré le succès des populistes, les Verts gagnent la bataille des idées

Si la montée populiste continue en Europe avec les nombreuses victoires de ces partis lors de l'élection 2019, les Verts ont fait de spectaculaires percées dans plusieurs pays, à commencer par la France et l’Allemagne. Jamais le Parlement n’aura compté autant d’élus verts. Mais au-delà de ces scores, les questions écologiques se sont imposées dans tous les programmes et dans tous les débats.

Yannick Jadot, tête de liste d'EELV aux élections européennes, a atteint la troisième place du scrutin en France.
@StephanedeSakutin/AFP

Les partis Verts d’Europe ne sont pas arrivés en tête des élections européennes de 2019. Ce sont, incontestablement, les grands partis populistes qui ont gagné à l’image du Rassemblement national en France (23,3 %), de Fidesz de Viktor Orban en Hongrie (56 %), de la Ligue du Nord de Matteo Salvini en Italie (31 %). Mais dans de nombreux pays, on a assisté à une forte montée des parties écologistes, très largement portés par les appels venus de la rue visant à répondre à l’urgence écologique.

En France, le parti EELV, emmené par Yannick Jadot, prend la troisième place du scrutin avec 13,1 % des voix, derrière le RN et LREM. L’ensemble des partis Français avaient inclus l’écologie dans leur programme, à commencer par La République en Marche (LREM) qui avait même placé l'ex-EELV Pascal Canfin, numéro deux de la liste Loiseau, et se prévalait du soutien de Daniel Cohn-Bendit. Mais, "il n'y a pas eu d'évasion du vote écolo", analyse le politologue Daniel Boy. "Les électeurs ont préféré ceux qui ont toujours défendu l'écologie".

Vague Européenne

"C'est une vague verte européenne dont nous sommes les acteurs (…) Les Françaises et les Français nous ont envoyé un signal très clair : ils veulent que l'écologie aussi soit au cœur du jeu politique, et ce message a été lancé dans toute l'Europe", assure de son côté Yannick Jadot. Le Premier ministre, Édouard Philippe fait le même constat : "Nous avons reçu le message de nombreux Français sur l’urgence écologique. Partout en Europe, surtout les plus jeunes nous demandent d’agir".

L’autre immense percée est en Allemagne où les Verts arrivent en deuxième position avec 22 % des voix, doublant leur score de 2014. Ils sont devancés par l’Alliance CDU-CSU d’Angela Merkel (28,6 %) en recul. En Irlande, le Green Party arrive en deuxième position avec 15 % des voix, tout comme en Finlande où la Ligue verte réunit 15,8 % des électeurs. Pays-Bas, Autriche ou Portugal enverront également des élus écologistes au Parlement.

Une France affaiblie

Les deux principaux pourvoyeurs de parlementaires en Europe sont la France et l’Allemagne. Fort de leur succès dans ces pays, les Verts européens auront le plus grand groupe de leur histoire à Bruxelles avec une projection de 69 élus, contre 52 pour le parlement actuel. "La nuit sera merveilleuse et la nuit sera verte !", s’est réjoui Baz Eickhout, chef de file néerlandais des Verts au niveau européen. Pour l’eurodéputé belge, Philippe Lamberts, qui a vertement critiqué le virage vert d’Emmanuel Macron : "L’écologie politique n’est pas un satellite, c’est une force politique autonome".

Toutefois, les Verts ne resteront que la quatrième force derrière le centre droit du parti populaire européen (PPE, 182 sièges), les socialistes et démocrates (S&D, 147 sièges*) et les centristes de l’Alliance des démocrates et des libéraux (ADLE, 109 sièges). Notons d’ailleurs que les très faibles scores des partis français historiques, les Républicains (8,4 %) et les socialistes (6,6 %), vont lourdement pénaliser le poids de la France au Parlement, en étant faiblement représentée dans les deux partis européens majoritaires.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Le jour d apres plateforme

Coronavirus : donnez votre vision citoyenne de l’après-crise sur la plateforme "le jour d'après"

En quelques heures, le site "le jour d'après" a accueilli plus de deux millions de visiteurs. Lancé le samedi 4 avril par une soixantaine de députés, il invite les Français à présenter leur vision du monde d’après crise pour un monde plus durable. Parmi les premières propositions, on trouve le...

CO2 pollution budget carbone pixabay

Après deux semaines de confinement, l’empreinte carbone des Français a baissé de 62 %

Il aura suffi de seulement deux semaines de confinement pour que l’empreinte carbone des Français chute drastiquement. La réduction des déplacements y est pour beaucoup. Mais qu’en sera-t-il quand nous reviendrons à la vie "normale" ?

Test planete cop26

La COP26 sur le climat est reportée mais les États seront jugés sur la durabilité de leur plan de relance

Après la COP15 biodiversité, c'est désormais la COP26 sur le climat qui a été officiellement reportée en raison du coronavirus. L'année 2020 devait être charnière pour avancer sur ces deux sujets cruciaux. En échange, les experts et les ONG appellent les États à ne pas laisser de côté...

Football 1274661 1280

[Certifié sans coronavirus] Pour la première fois, un club de football français vise la neutralité carbone

C'est assez inédit pour être signalé. Le LOSC a rejoint en début d'année la Climate Neutral Now, une initiative portée par l'ONU Changements climatiques. Le club de football de Lille s'engage ainsi à être neutre en carbone d'ici 2050. Une première dans le monde du foot en France.