Publié le 19 novembre 2020

ENVIRONNEMENT

Décision historique : le gouvernement doit rendre des comptes au Conseil d'État sur ses actions en faveur du climat

C'est une première brèche ouverte en matière de justice climatique en France. La commune de Grande-Synthe, soutenue par Paris, Grenoble et les ONG de l'Affaire du Siècle, a gagné sa bataille. Le Conseil d'État demande au gouvernement de démontrer que ses efforts climatiques sont conformes à une baisse des émissions de 40 % d'ici 2030. La copie doit être rendue dans trois mois. Si elle n'est pas convaincante, la plus haute juridiction administrative pourra obliger l'État à agir.

Objectifs climat contraignants grande synthe affaire du siecle pixabay
Le Conseil d'Etat note dans sa décision que le gouvernement français a toujours dépassé les plafonds d'émissions fixés, reportant l'essentiel de l'effort à après 2023, malgré l'urgence climatique.
@CC0

Le Conseil d’État donne trois mois au gouvernement pour démontrer ses efforts climatiques dans le sens d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2030 et d’une neutralité carbone en 2050. La plus haute juridiction administrative, qui a rendu sa décision (1) ce jeudi 19 novembre, se prononçait pour la première fois dans un contentieux lié au changement climatique. Pour tous les acteurs environnementaux impliqués, élus et ONG, il s’agit là d’un moment historique.  

La commune côtière de Grande-Synthe (Nord) avait demandé fin 2018 au gouvernement de prendre des mesures supplémentaires pour infléchir la courbe des émissions. Le maire écologiste, Damien Carême, élu depuis député européen, estimait que sa commune et la centrale nucléaire voisine de Gravelines étaient menacées par la hausse du niveau de la mer si le gouvernement ne tenait pas ses engagements. Un refus leur ayant été opposé, ils ont saisi le Conseil d’État en janvier 2019, rejoints par les villes de Paris et Grenoble et plusieurs ONG (Oxfam France, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous, Fondation pour la Nature et l'Homme) et l’Affaire du Siècle.  

"Un rythme jamais atteint jusqu'ici"

Avant de statuer définitivement sur la requête, le Conseil d’État demande au gouvernement "de justifier, dans un délai de trois mois, que son refus de prendre des mesures complémentaires est compatible avec le respect de la trajectoire de réduction choisie pour atteindre les objectifs fixés pour 2030". Or, la haute administration note que la France "a, au cours des dernières années, régulièrement dépassé les plafonds d’émissions qu’elle s’était fixés" et qu’"une partie des efforts initialement prévus est ainsi reportée après 2023, ce qui imposera alors de réaliser une réduction des émissions en suivant un rythme qui n’a jamais été atteint jusqu’ici"

"Des mots forts pour une instance comme le Conseil d’État", souligne Célia Gautier, de la FNH. "Le Conseil d'État souligne que l'État a des obligations non pas de moyens mais de résultats. À deux reprises, il utilise le mot d'effectivité, ce qui veut bien dire que les politiques ne doivent pas être seulement de jolis engagements sur le papier", assure Corinne Lepage, avocate de la commune de Grande Synthe. "C'est pour des jours comme aujourd'hui que nous avons fondé Notre Affaire à tous en 2015, pour que la justice climatique bouscule la société", résume Marie Toussaint, députée européenne. 

D'autres recours à prévoir

Si dans trois mois, les justifications apportées par le gouvernement ne sont pas suffisantes, le Conseil d’État pourra alors annuler son refus de prendre des mesures supplémentaires. En d’autres termes, l’obliger à agir. "Ce qui va se passer, c’est une évaluation des politiques publiques mises en œuvre. D’habitude, cet exercice a lieu en commission parlementaire ou à la Cour des comptes. L’énorme différence ici, c’est que le Conseil d’État peut aller beaucoup plus loin, puisqu’il a la possibilité, à l’issue de cette évaluation, d’ordonner à l’État d’agir, sur des points précis ! C’est donc une décision qui a le potentiel d’amener des changements très concrets", analyse Guillaume Hannotin, avocat pour l’Affaire du Siècle dans le dossier de Grande-Synthe.   

L’État, pour sa part, avait choisi de ne pas envoyer d’avocat à l’audience et a demandé un rejet des demandes, pour des motifs de forme et de fond. Le ministère de la Transition écologique avait toutefois assuré qu’il serait "entièrement à disposition" pour participer à une instruction supplémentaire. Il doit par ailleurs répondre de ses engagements climatiques dans un autre dossier, l’Affaire du Siècle, dans lequel le Tribunal administratif devra prendre en compte la jurisprudence du Conseil d’État. 

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir la décision du Conseil d'Etat


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le Conseil d’État pourrait contrôler les engagements de l’État sur le climat et l’obliger à les respecter

Saisi par plusieurs ONG et le maire de Grande Synthe, le conseil d’État a examiné le 9 novembre leur recours pour "inaction climatique de l’État". Cette première juridique ouvre la possibilité de faire évaluer et contrôler les engagements de la France sur le climat, année par année, sans...

Affaire du siècle : l’État sera assigné en justice pour inaction climatique le 14 mars

C'est confirmé. Les quatre ONG qui avaient lancé la pétition la plus signée de l'histoire de France, vont déposer un recours contre l'État, le 14 mars prochain, pour inaction climatique. Elles estiment que l'État ne prend pas les mesures nécessaires pour lutter contre le réchauffement...

"L'Affaire du siècle" : Édouard Philippe réfute l’inaction climatique du gouvernement face aux ONG qui veulent porter plainte

Jeudi 14 février, Édouard Philippe a reçu dans la matinée à Matignon les quatre ONG à l'origine de la pétition pour le climat "L'Affaire du siècle". Celle-ci est devenue la plus populaire de l’histoire en France avec 2,1 millions de signatures. Mais le gouvernement veut faire état de ses...

Pétition l'Affaire du Siècle : "Le gouvernement ne sera pas condamné", selon Arnaud Gossement

La pétition l'Affaire du siècle qui porte un recours contre l'État pour inaction climatique est devenue la plus populaire de l'histoire en France avec 2 millions de signataires. Mais au-delà de l'impact politique et médiatique, le recours a peu de chances d'aboutir juridiquement. Dans...

[Infographie] L'Affaire du siècle : où en est vraiment la France sur ses engagements climatiques ?

Émissions de CO2, neutralité carbone, énergies renouvelables, agroécologie, déploiement de véhicules bas-carbone : où en est la France en matière de transition écologique ? Selon les associations, le pays est très en retard et va manquer ses objectifs. Novethic fait le point.

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Temps sablier objectif neutralite carbone retard france pixabay

Après un répit en 2020 sur les émissions de CO2, les plans de relance sont la dernière chance de sauver le climat

Les experts sont formels : si nous voulons rester sous la barre des 1,5°C, il nous reste moins de dix ans pour agir. Or, le monde n'est pas du tout sur la bonne trajectoire. Et bien que la pandémie de Covid-19 a permis une chute brutale des émissions en 2020, le répit ne devrait être que de courte...

Referendum article 1 constitution CCC conseil d etat avis pixabay

Référendum sur l'article 1er de la Constitution : le Conseil d'Etat estime le projet de loi inutile et dangereux

[Mise à jour le 22/01/21] Alors que le Conseil des ministres a adopté le projet de loi intégrant la protection de l'environnement dans le préambule de la Constitution cette semaine, le Conseil d'Etat vient de rendre un avis au vitriol. L'instance considère que le texte n'apportera rien de nouveau...

Emmanuel macron convention citoyenne pour le climat CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP

Le projet de loi issu de la Convention Climat ne suffira pas à atteindre les objectifs climatiques de la France en 2030

Le projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat devait permettre de placer la France sur une trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d'ici 2030. Or, selon l'étude d'impact associée, les mesures retenues par le gouvernement devraient permettre...

Pollution de l air dacca bangladesh Mirza Khalid

Réfugiés climatiques : un sans-papier bangladais autorisé à rester en France pour des raisons environnementales

La France a-t-elle accueilli son "premier réfugié climatique"? Dans une décision inédite, la cour d'appel de Bordeaux a annulé l'obligation de quitter le territoire français d'un Bangladais souffrant de problèmes respiratoires chroniques. Outre l'aspect médical, le tribunal a estimé que les...