Publié le 20 février 2019

ENVIRONNEMENT

Affaire du siècle : l’État sera assigné en justice pour inaction climatique le 14 mars

C'est confirmé. Les quatre ONG qui avaient lancé la pétition la plus signée de l'histoire de France, vont déposer un recours contre l'État, le 14 mars prochain, pour inaction climatique. Elles estiment que l'État ne prend pas les mesures nécessaires pour lutter contre le réchauffement climatique. La date n'a pas été choisie au hasard. Du 14 au 17 mars, plusieurs mobilisations pour le climat vont être organisées, notamment par les jeunes, pour créer un Printemps climatique.  

Un Printemps climatique se tiendra du 14 au 17 mars en France.
©Laliguedesanimaux/Twitter

Sans surprise, les quatre ONG qui voulaient attaquer l’État pour inaction climatique ont confirmé, mardi 19 février, déposer leur recours le 14 mars prochain auprès du Tribunal administratif de Paris. "Face à l'attentisme du gouvernement, notre détermination est inchangée : pour mettre fin à l'inaction climatique de l'État, l'Affaire du siècle se réglera devant les tribunaux", ont-elles indiqué dans un mail envoyé aux 2,1 millions de signataires et publié sur le site de la pétition devenue la plus populaire de l’histoire de France.

Les quatre associations (Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous et Oxfam France) avaient adressé le 17 décembre une requête préalable au gouvernement, accusant l'État de "carence fautive" par son "action défaillante" pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Alors que l'État avait deux mois pour répondre, le ministère de la Transition écologique a publié vendredi une lettre accompagnée de dix pages d'argumentaires détaillant les actions de l'État en matière de lutte contre le changement climatique.

La réponse du gouvernement est "à côté de la plaque"

"Le gouvernement actuel est sans doute celui qui a poussé l'ambition le plus haut en fixant dès le début du quinquennat l'objectif d'atteindre zéro émissions nettes de CO2, soit la neutralité carbone, d'ici à 2050", défendait alors François de Rugy. "L'État français est parmi les plus actifs pour lutter contre le dérèglement climatique".

Une réponse qui n’a pas convaincu les ONG. "C'est un coup de communication", a réagi Antonin Laurent, chargé de mission pour Notre Affaire à tous. "Le gouvernement se rend compte que l'Affaire du siècle est un phénomène de société, il s'est donc senti obligé de répondre mais derrière, il n'y a rien de concret". "Sa réponse est à côté de la plaque", analyse l'avocat en droit de l'environnement Arnaud Gossement, "on lui demande de respecter ses objectifs, il répond par de nouveaux objectifs et une compilation des lois, stratégies et programmations déjà annoncées... La question est de savoir quels sont les moyens de les atteindre".

Une plainte et un printemps climatique

Les ONG plaident de leur côté pour "six grandes mesures prioritaires", notamment "une fiscalité socialement juste au service de la lutte contre le changement climatique", des actions en faveur de la rénovation énergétique des bâtiments, ou encore le développement des énergies renouvelables, de transports plus propres et d'une agriculture plus durable.

La date du 14 mars, jour du dépôt du recours n’a pas été choisie au hasard. Les ONG, en collaboration avec le collectif Citoyens pour le Climat veulent créer un Printemps climatique du 15 au 17 mars. Il débutera avec la mobilisation des jeunes, le vendredi 15 mars, née sous l’impulsion de Greta Thunberg, figure du mouvement, et se poursuivra, le 16 et le 17 avec une grande mobilisation dans les rues de France et des événements festifs ouverts à tous (carnaval, concert, plogging, plantation d’arbres, etc). "Le gouvernement manque d’ambition ? Nous non ! Notre capacité collective à répondre à la crise climatique déterminera ni plus ni moins les conditions de la vie sur Terre", pointent les quatre ONG.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Manifestation climat australie JennyEvans Getty AFP 01

L'éco-anxiété, un moteur de mobilisation pour sauver la planète

Colère, tristesse, abattement… Une nouvelle étude révèle l’accélération du phénomène d’éco-anxiété, l’inquiétude liée à la crise écologique, chez les jeunes du monde entier. Si ce phénomène paraît dramatique de prime abord, il est porteur d’espoir tant la nouvelle génération a une conscience aigüe...

080 Quentin Hulo / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP Congrès UICN

Congrès de la nature 2021 : un bilan salué malgré des réserves

Après une semaine intense de négociations et de conférences, le Congrès de la nature a pris fin. Le bilan général est positif : les 1 200 membres de l'UICN ont voté une vingtaine de motions qui doivent rehausser l'ambition en matière de protection de la biodiversité. Pour la première fois, les...

Climat manifestation ouganda ISAAC KASAMANI AFP

Cop26, UICN : sans les populations non vaccinées, les négociations internationales sont réservées aux pays riches

Le pass sanitaire, indispensable pour participer aux conférences internationales organisées en Europe, manque cruellement aux populations qui n’ont pas accès au vaccin. Cela empêche les délégations africaines, asiatiques ou sud-américaines d’espérer participer aux débats qui les concernent au...

Convention des entreprises pour le climat

Avec ses 150 dirigeants, la Convention des entreprises pour le climat est officiellement lancée

Heineken France, Kaporal, Greenweez, Seafoodia... 150 dirigeants d'entreprises du secteur de la construction, de la culture, de l'alimentation ou encore de l'énergie, viennent d'être recrutés pour intégrer la Convention des entreprises pour le climat. À partir de ce jeudi 9 septembre et jusqu'au 18...