Publié le 02 décembre 2015

Cop21 les negociations

ENVIRONNEMENT

COP21 : l'assurance climat, enjeu clé des négociations

Avec ses innombrables crochets et un usage intensif du conditionnel, la lecture du texte actuellement en cours de négociation est particulièrement ardue. Difficile de discerner les implications concrètes d’un texte aussi alambiqué. Pourtant, derrière les formules diplomatiques se cachent des enjeux très concrets. C’est le cas de l’article 5 du brouillon, le mécanisme des pertes et dommage. Décryptage.

Dhaka au Bangladesh est sous les eaux après que des pluies torrentielles se sont abattues sur la ville. CITIZENSIDE SUVRA KANTI DAS AFP
Dhaka, au Bangladesh, est sous les eaux après que des pluies torrentielles se sont abattues sur la ville.
Suvra Kanti Das / Citizenside / AFP

La région du Sirajgani, au Bangladesh, est le théâtre régulier d'inondations. A chaque fois, elles engloutissent sous les eaux les petites parcelles cultivables. Elles sont les seules sources de revenu pour les familles d’agriculteurs. Que faire ? Attendre un soutien financier de l’extérieur prend trop de temps. Il ne répond pas à l’urgence de la situation. C’est ici qu’intervient l’assurance climat pour les pays en développement.   

"Une assurance climat permet de fournir une aide ciblée, rapide et efficace", explique Saleemul Huq, directeur du Centre international pour les changements climatiques au Bangladesh et conseiller du groupe 77.

 

Remettre sur pied une économie locale dévastée  

 

Et l’expert sait de quoi il parle, son pays a mis en place un projet pilote d’assurance climat. Et les retours d’expériences sont, selon lui, plus que satisfaisants. C’est pour cette raison qu’il est venu à Paris : pour prouver que c’est un levier économique efficace. Il est capable de relancer une activité économique locale réduite à néant.   

De quoi s’agit-il ? D’une assurance calculée sur des indices météorologiques. "On détermine un seuil d’inondation par exemple. Quand il est dépassé, les assurés touchent leurs primes. Et ils peuvent se remettre à pied d’oeuvre immédiatement". Au Bangladesh, le financement de cette assurance climat est assurée par des fonds publics allemands. Berlin verse son enveloppe à un assureur national, en l’occurrence Pragati. Les populations locales ne sont en effet pas en mesure de payer les mensualités.  

Elles ne sont pas non plus nécessairement familières avec ce concept. "C’est le défi majeur du projet : faire connaître cet instrument économique auprès des ménages", poursuit Saleemul Huq. C’est l’ONG Oxfam qui se charge de ce travail pédagogique, en partenariat avec l’assureur bengali. Une fois connu, l’assurance fait rapidement des émules, assure-t-il.  

 

L’article 5 dans les négociations : tout ou rien    

 

L’idée d’une assurance climat n’est pas nouvelle. En juin dernier, le G7 l’avait officiellement soutenue avec l’objectif d’en faire bénéficier 400 millions de personnes à travers le monde d’ici 2020.   

Surtout, elle figure actuellement dans le brouillon du texte, sous l’article 5 intitulé "pertes et dommages". C’est le fruit d’un travail diplomatique acharné des pays en voie de développement. Et tout particulièrement du groupe de négociation G77+Chine. "Il s'agit d'un groupe très hétérogène. Il est plus facile pour lui de dire non à des propositions. Mais sur un point, le groupe est unanime : que le mécanisme des pertes et dommage figure dans le texte définitif de l’accord", explique l’universitaire bengali. Avec des poids lourds comme la Chine, l’Inde ou encore le Brésil, le G77 pèse dans les négociations.   

Question prégnante lors de cette première semaine de discussions : les chance d'aboutir sur ce point sont-elles bonnes ? Pour Saleemul Huq, deux options sont aujourd'hui sur la table. La première qui décrit dans le détail les modes d’application du mécanisme des pertes et dommages. Cette option est soutenue par les pays en développement. La deuxième : que le mécanisme ne figure pas dans l’accord final. Elle est soutenue par les pays de l’ombrelle. "C’est tout ou rien", résume l’expert.   

Les négociations autour de la question sont actuellement en cours. A huis clos. Ce sont les chefs d’Etat et de gouvernement qui trancheront.

Le rendez-vous est donc pris à la fin de la semaine prochaine. 

Claire Stam
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP21 : l’aide du Nord, une question de "vie ou de mort" pour les pays du Sud

En tapant du poing sur la table dès l’ouverture des dernières négociations préparatoires avant la conférence de Paris, les pays en développement ont profondément modifié la donne dans le jeu complexe de la diplomatie climatique. Ils ont rappelé qu’ils font déjà face aux dévastations...

COP21 : La Chine, l’Inde et les pays en développement réclament une véritable "justice climatique"

Dans son discours inaugurant la 21ème Conférence onusienne du climat, le président de la République, François Hollande, appelle à un accord ambitieux placé sous le signe de la justice climatique. Un appel entendu. La Chine, l’Inde, les pays émergents et en développement s’unissent pour...

COP21 : un marathon de deux semaines pour trouver un accord sur le climat

La Conférence climat de Paris, dont on parle depuis des mois, va s’ouvrir un peu en avance à 17 heures aujourd’hui. Pendant deux semaines, plus de 10 000 délégués du monde entier vont négocier d’arrache-pied...

Négociations climatiques : la balle est renvoyée dans le camp des politiques

Au terme d’une semaine de difficiles négociations, les délégués des 195 pays se sont accordés sur un nouveau texte long de 54 pages aux options encore trop nombreuses pour le rendre...

Lima : accord a minima sur fond de tensions Nord-Sud

Sur le papier, la conférence onusienne sur le climat de Lima avait tout pour réussir. Mais au fil des deux semaines de négociations, les discussions se sont grippées entre le Nord et le Sud. Un enlisement qui se ressent dans le texte final. Celui-ci reste flou et laisse beaucoup de points...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Assemblee nationale PLFR3

PLFR3 : Les entreprises aidées publiquement sont désormais soumises à des engagements écologiques

L'Assemblée nationale vient d'adopter en première lecture le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR3). Demandée depuis le début du confinement par de nombreux élus et ONG, l'écoconditionnalité des aides versées aux grandes entreprises est entérinée. Les grandes entreprises dans...

Action greenpeace notre dame climat

Greenpeace dénonce "l'écologie de façade" du gouvernement en déployant une banderole au-dessus de Notre-Dame

L'ONG Greenpeace a déployé ce matin à 6h une banderole en haut de la grue de Notre-Dame de Paris pour dénoncer l'inaction climatique du gouvernement. Une action vue par la nouvelle ministre de l'Écologie, Barbara Pompili, comme un "cadeau de bienvenu". La pression monte sur les épaules de la...

Jeanne barseghian maire ecolo de Strasbourg PATRICK HERTZOG AFP

État d’urgence climatique déclaré à Strasbourg et Bordeaux, deux villes emportées par des écologistes

C'est leur premier acte en tant que maire : à Strasbourg et Bordeaux, Jeanne Barseghian et Pierre Hurmic, deux écologistes tout juste élus, déclarent l'état d'urgence climatique sur leur territoire. Des centaines de conseils municipaux à travers le monde ont pris le même engagement. Mais celui-ci...

Le Haut conseil pour le climat torpille la politique climatique de la France dans un nouveau rapport

La France n'est toujours pas sur la bonne trajectoire climatique pour atteindre la neutralité carbone en 2050, alerte une nouvelle fois le Haut conseil pour le climat. Installée par Emmanuel Macron fin 2018, en pleine crise des Gilets jaunes, l'instance est la vigie de l'action climatique du...