Publié le 21 mai 2015

ENVIRONNEMENT

Climate Business Summit : un consensus et des promesses à tenir

Le Climate and Business Summit s'est achevé ce jeudi 22 mai sur un consensus : les entreprises sont conscientes du risque climatique, et constituent désormais une véritable force pour lutter contre le réchauffement de la planète. Les dirigeants ont martelé l'importance de voir émerger un prix du carbone, mais sans s'accorder réellement sur les détails de sa mise en œuvre. Les gouvernements ont quant à eux appelé les entreprises à rendre publics leurs engagements. Le tout sur fond d'appel à l'équilibre dans les relations Nord/Sud.

Business Climate summit, à l'Unesco, à Paris. Photo d'illustration.
Antonin Amado / Novethic

"Le climatofatalisme est de plus en plus injustifié. Le climatovolontarisme est de plus en plus indispensable". C'est par ces mots que Laurent Fabius a clos le Business and Climate summit organisé ces 20 et 21 mai à Paris. Pour le ministre des Affaires étrangères, ce sommet, le premier du genre, constitue un "momentum", un tournant. Le chef de la diplomatie française s'est montré "raisonnablement optimiste" sur l'obtention d'un accord à l'issue de la COP21.

Mais pour y parvenir, il compte fermement sur les entreprises, les appelant à "créer un réflexe climat dans les décisions d'investissement". Il souhaite également qu'elles rendent publiques leur contribution à la lutte contre le changement climatique, et qu'elles rejoignent des structures de coordination agissant contre le réchauffement global.

Laurent Fabius a malicieusement formulé ses attentes, rappelant à son audience réunie au siège de l'UNESCO que les demandes du secteur privé à l'égard de la puissance publique ont été nombreuses au cours de ce sommet.

 

Le grand flou sur le prix du carbone

 

Tous les PDG présents, qu'ils soient indiens, chinois ou français, ont réclamé l'émergence d'une tarification du carbone. Pour Jean-Pierre Clamadieu, le patron de Solvay, l'existence d'un tel prix constituerait un élément important "dans la prise de décision des entreprises" pour opérer une transition vers une économie bas carbone. "Nous avons besoin d'un accord ambitieux sur ce sujet", abonde Peter Bakker, le président du World Business Climate Council for sustainable development.

Si le principe d'un prix du carbone fait l'unanimité, c'est beaucoup moins le cas des conditions de sa mise en œuvre. Les dissensions ont été fortes sur la question, notamment entre les industriels du charbon et ceux opérant dans les énergies renouvelables, lors d'une table ronde sur la question. Les détails de sa mise en œuvre, par le biais d'une taxe ou d'un système d'échange de quotas notamment, mais aussi le montant le plus efficace et le plus juste, font encore largement débat.

 

La lutte contre le changement climatique, une opportunité pour les entreprises

 

Pour Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, la nécessité de lutter contre le changement climatique n'est pas qu'une malédiction. C'est également "une opportunité de croissance". Jean-Pascal Tricoire, le patron de Schneider Electric, y voit même un facteur d'innovation.

De fait, les entreprises estiment que les objectifs scientifiques d'un pic d'émissions aux alentours de 2020 et une cible de zéro émissions nettes bien avant la fin du siècle "sont atteignables et compatibles avec une croissance économique continue et un développement humain, si tous les acteurs s'allient dans cette bataille climatique urgente et de long terme". C'est en tout cas ce qu'indique le communiqué de presse officiel publié à l'issue du sommet.

Pour cela, les coalitions signataires appellent les dirigeants politiques à prendre plus de mesures nationales et internationales sur le climat, parmi lesquelles, outre une tarification du carbone, l'élimination des subventions aux énergies fossiles, la mise en place d'une alliance entre le secteur privé et les gouvernements pour intégrer des politiques climatiques dans l'économie, ou encore la création d'un fonds public surpassant les 100 milliards de dollars promis à Copenhague, destiné à faire levier sur la finance privée et à réduire le risque des investissements envers les actifs bas carbone, spécialement dans les pays développés.

Cette déclaration de bonne intention a été signée par 25 coalitions d'entreprises et d'investisseurs, représentant plus de 6 millions d'entreprises, de 130 pays (dont le Consumer goods forum, le Pacte mondial des Nations Unies, la Chambre de commerce internationale, l'IIGCC - groupe des investisseurs institutionnels sur le changement climatique -, le conseil mondial économique sur le développement durable (Wbcsd), We mean business, mais aussi BSR, le Shift Project, l'Afep, le Medef, le CDP, etc). Les négociations se sont poursuivies jusqu'au dernier moment pour trouver un consensus sur les termes à adopter.

Une autre déclaration intitulée cette fois "Les propositions du secteur privé en vue d'un accord international sur le changement climatique à Paris" appelle, là encore, à un accord ambitieux ainsi qu'à la fixation d'un prix du carbone, à un cadre incitatif au développement des solutions bas carbone, et à un dialogue public-privé (mis officiellement en place cette semaine à l'initiative du gouvernement français, et intitulé Business dialogue). Mais cette initiative, endossée par 59 entreprises (Areva, Bouygues, Engie, Kering, Lafarge, Michelin, Nestlé ou Kingfisher) et 7 organisations (Afep, Medef, le cercle de l'industrie, wbcsd...), reste essentiellement française et ne semble pas avoir été adoubée par l'ensemble des partenaires du Business summit.

Sans doute un avant-goût des tractations tout aussi intenses qui devraient se dérouler du côté des États lors de la COP de décembre...

 

Équilibre nord-sud, condition sine qua non d'un accord

 

Autre fait marquant de ce sommet, le discours des représentants des pays émergents. Concrètement, si les entreprises de Chine ou de l'Inde sont visiblement prêtes à s'engager, des signaux forts des économies développées sont attendues. En particulier le fait d'abonder le fonds vert des Nations Unies à hauteur de 100 milliards d'euros par an à partir de 2020.

Mahendra Singhi, le PDG indien du cimentier Dalmia, s'est quant à lui déclaré heureusement surpris de recevoir une invitation pour ce Business and Climate Summit : il y voit le signe que "les économies émergentes sont aussi importantes que les économies développées pour lutter contre le réchauffement climatique". Une phrase prononcée avec le sourire, qui traduit bien la méfiance de ces acteurs avant la COP 21. Car "nous connaissons bien les mécanismes onusiens destinés à lutter contre le réchauffement climatique. Ils n'ont jusqu'à présent pas profité à l'Afrique", a tenu à souligner Hakima El Haité, la ministre marocaine de l'Environnement, comme une mise en garde aux pays du Nord.

Un sommet similaire devrait avoir lieu l'an prochain. Si le lieu reste à déterminer, il s'agira pour les acteurs économiques de faire le point sur la mise en œuvre de leurs engagements.

Antonin Amado et Béatrice Héraud, avec Concepcion Alvarez
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Pierre-René Lemas : "Mettre la pression sur les acteurs privés"

Le groupe Caisse des Dépôts (dont Novethic est une filiale) est l’un des co-organisateurs du Climate Finance day, qui aura lieu ce vendredi 22 mai à l’Unesco. En pleine Climate and Business week, Pierre-René Lemas, le directeur général de la CDC, détaille les engagements d’investissements...

Pascal Canfin : "Nous sommes à un point de basculement vers l'économie bas carbone"

À 192 jours de la Conférence de Paris sur le climat, plus d'un millier de leaders économiques et financiers sont réunis dans la capitale française pour parler de la prise en compte du changement climatique dans la sphère business. Décryptage des enjeux avec Pascal Canfin, ancien ministre...

Business and Climate Summit : Hollande demande aux entreprises une feuille de route

Le Business and Climate Summit s’est ouvert à Paris ce mercredi 20 mai en présence de François Hollande. Le président de la République a fortement incité les entreprises à fournir une feuille de route d’ici la COP21 (qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre), avec des objectifs de...

Crédit Agricole met un frein à ses financements dans le charbon

À quelques mois de la COP21, Crédit Agricole fait un geste fort en annonçant son désengagement dans les projets liés à l’extraction de charbon. Si la banque, en revanche, continuera de financer des centrales thermiques, le temps de la transition, elle affirme qu’elle sera plus restrictive...

Comptabilité environnementale : Kering partage sa méthodologie

773 millions d’euros, c’est le coût estimé de l’impact du groupe Kering sur l’environnement en 2013. Le géant du luxe a publié le 19 mai son premier Compte de Résultat Environnemental, qui traduit son empreinte et celle de ses fournisseurs en valeur monétaire. Kering a également partagé sa...

EDF accusé de polluer avec ses centrales à charbon

Après les banques, les Amis de la Terre s’attaquent désormais au gouvernement français à travers son engagement dans EDF. Avec Oxfam, l’ONG publie un rapport accablant sur les dégâts climatiques provoqués par les centrales à charbon que détient l’entreprise dans le monde.

Climat : le Canada s’engage a minima sur ses réductions d’émissions de gaz à effet de serre

Dans la lutte contre le changement climatique, le Canada traîne les pieds. Vendredi 15 mai, le gouvernement conservateur du pays a publié ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. D’ici 2030, Ottawa s’engage à réduire ses émissions de 30 % par rapport à 2005. Des promesses...

Les actionnaires de Shell lui demandent de s’orienter vers une stratégie bas carbone

Et de deux ! Les actionnaires de Shell ont voté aujourd’hui à 98,9 % en faveur de la résolution lui demandant d'effectuer une transition vers une économie bas carbone. L’AG (assemblée générale) de BP avait, quelques semaines auparavant, connu les mêmes débats et les mêmes scores. Les...

Risque climatique : les 500 plus grands investisseurs mondiaux sous pression

Dans le cadre de la Climate Week, l'ONG AODP (Asset Owner Disclosure Project) présente son "Global Climate 500", un classement annuel des 500 plus gros investisseurs institutionnels mondiaux, portant sur leur gestion du risque climatique. Près de la moitié de ces investisseurs ont reçu,...

Climat : le prix du carbone au cœur de la climate week

La question du prix du carbone sera au cœur des discussions que vont avoir cette semaine les acteurs économiques du Business & Climate Summit, puis du Climate Finance Day. Sur la table depuis plus de dix ans, la monétarisation de la tonne de CO2 au niveau mondial et national, voire au sein...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Appli wag

Le WWF lance WAG, une appli web pour devenir un vrai écolo

Réussir son compost, bien recycler, optimiser l’utilisation de son frigo, trouver un restaurant engagé ou fabriquer sa propre cire à épiler… Ce ne sont que quelques exemples de ce que vous pourrez trouver sur WAG, acronyme de We Act for Good (Nous agissons pour le bien), la nouvelle appli lancée par...

Les six presidents des conferences episcopales continentales catholiques Comece

COP24 : l’Église catholique appelle à un profond changement financier, social et agricole

À quelques semaines de la COP24 début décembre en Pologne et après le nouveau rapport alarmant du GIEC, les dirigeants de l’Église catholique appellent les gouvernements à marquer un tournant lors des prochaines négociations climatiques. Ils demandent des mesures concrètes et immédiates pour changer...

Urne cremation pixabay

Les Français optent de plus en plus pour la crémation, mais est-ce vraiment plus écolo ?

[Mise à jour le 29 octobre 2018] 63 % des Français affirment préférer la crémation pour leurs obsèques. Un choix motivé notamment par des préoccupations environnementales. Mais son impact environnemental est-il vraiment moins important que les rites funéraires traditionnels ? Une étude de la...

Centrale Solaire Photovoltaique Zagtouli AFD

L’AFD veut transformer les systèmes financiers en faveur du climat... et met 750 millions de dollars sur la table

Un mois après le One Planet Summit 2 et à quelques mois de la COP24, l’Agence française de Développement (AFD) lance, avec le Fonds vert pour le climat, le plus important programme de son histoire en partenariat avec le fonds vert pour le climat. L’objectif affiché est d’accélérer la réorientation...