Publié le 16 juillet 2021

ENVIRONNEMENT

Climat : la Chine lance son propre marché carbone

La Chine rejoint le rang des pays ayant adopté un marché carbone. Le système consiste à réduire les émissions de gaz à effet de serre par le biais d'échanges de "droits à polluer" par les entreprises. L'enjeu est colossal : le marché devrait couvrir un septième des émissions mondiales de carbone dues à la combustion d'énergies fossiles. Mais des interrogations subsistent quant à l'efficacité du système.

Centrale charbon chine Kleineolive
Centrale à charbon à Shuozhou, à l'Est de la Chine. 57% de la consommation d'électricité du pays provient du charbon, très polluant.
Istock / @Kleineolive

La Chine, première émettrice de gaz à effet de serre, a lancé le 16 juillet son "marché carbone". Ce dernier devrait l'aider à réduire ses émissions de CO2 dans un contexte où Pékin s’est engagé à atteindre un pic d'ici 2030 puis la "neutralité carbone" d'ici 2060.

Concrètement, il fixe pour la première fois des plafonds de pollution pour les entreprises. Si ces dernières sont incapables de respecter ces quotas, elles doivent acheter des "droit de polluer" à d'autres entreprises ayant une empreinte carbone plus faible. Ce système obligera des milliers d'entreprises du pays à réduire leurs émissions polluantes, sous peine de subir des pertes économiques.    

Un septième des émissions couverte

Le système couvrira initialement 2 162 producteurs chinois d'électricité, a annoncé le ministre de l'Environnement, Huang Runqiu. Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), ces compagnies génèrent environ un septième des émissions mondiales de carbone dues à la combustion d'énergies fossiles.

La banque américaine Citigroup estime que 800 millions de dollars de "permis de polluer" seront achetés cette année en Chine, puis 25 milliards d'ici 2030. Le marché carbone chinois devrait alors représenter en valeur commerciale environ un tiers de celui de l'Union européenne , actuellement le plus important. Selon l'agence de presse Chine nouvelle, le nouveau système chinois d'échanges de quotas d'émissions est toutefois déjà "le plus grand du monde" en termes de quantité d'émissions couvertes.

Des ambitions revues à la baisse

Des interrogations subsistent cependant quant à l'ampleur réduite par rapport au projet initial et à l'efficacité du système, avec un faible prix attribué à la pollution, qui risque de ne pas assez dissuader les industriels. Le prix moyen ne devrait tourner qu'aux alentours de 4,60 dollars cette année, soit bien moins que les 49,40 dollars dans l'UE, selon une récente note de la banque chinoise Citic Securities.  De plus, d'après l'organisation britannique TransitionZero, la distribution de permis de polluer gratuits et l'imposition d'amendes modestes en cas de non-respect des règles vont maintenir les prix à un niveau bas.

À l'origine, le dispositif mis en place par Pékin devait avoir une portée beaucoup plus large en couvrant sept secteurs, dont l'aviation et la pétrochimie. Mais le gouvernement a "revu ses ambitions à la baisse", la croissance économique étant considérée comme prioritaire dans le contexte de la relance post-Covid, note Lauri Myllyvirta, analyste du Centre de recherche sur l'énergie et l'air pur (CREA).

Mais Pékin a souligné que le marché carbone n'en est qu'à ses balbutiements. Le programme sera étendu aux producteurs de ciment et aux fabricants d'aluminium dès l'année prochaine, a indiqué Zhang Xiliang, concepteur du nouveau système. "L'objectif est de couvrir jusqu'à 10 000 entreprises émettrices, responsables d'environ 5 milliards de tonnes de carbone d'émissions supplémentaires par an", a-t-il souligné.

La rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Phytoplankton @FotoshopTofs Pixabay

La géoingénierie pour sauver la planète : fertiliser les océans pour augmenter le captage du CO2

La solution serait simple et peu coûteuse, il s'agirait de transformer l'océan en une gigantesque pompe à CO2 en boostant le développement de microalgues, capteurs de gaz carbonique, grâce à un engrais : le sulfate de fer. Si la méthode semble prometteuse, elle est aujourd'hui interdite à grande...

Convention des entreprises pour le climat 150 dirigeants

Avec ses 150 dirigeants, la Convention des entreprises pour le climat est désormais lancée

Heineken France, Kaporal, Greenweez, Seafoodia... 150 dirigeants d'entreprises du secteur de la construction, de la culture, de l'alimentation ou encore de l'énergie, viennent d'être recrutés pour intégrer la Convention des entreprises pour le climat. L'objectif est que les dirigeants construisent...

Terre soleil atmosphere Nasa

La géoingénierie pour sauver la planète : déployer des ombrelles solaires dans l’espace

Rien n’y fait : le CO2 continue à monter et l’effet de serre s’emballe. En dernier recours, l’humanité pourrait essayer de diminuer la quantité de rayonnement solaire reçu par la Terre. 1 à 2 % en moins suffirait à reprendre le contrôle du mercure. Mais pour cela, ce sont des parasols qu’il faudrait...

IStock 1044227380

COP26 : À moins de cent jours de l'évènement, l’échec inquiétant des négociations climatiques

Alors que les catastrophes naturelles en chaîne rappellent l'urgence de lutter contre le réchauffement climatique, les discussions censées préparer la COP26, grand rendez-vous international sur le climat, capotent. Les États ne parviennent pas à se mettre d'accord, ni sur des objectifs clés, comme...