Publié le 31 janvier 2019

ÉNERGIE

La Chine ne fait pas assez d’efforts pour réduire ses émissions de méthane

Les émissions de méthane issues de l’extraction de charbon demeurent à des niveaux élevés, selon une étude de la Whiting school of engineering Johns Hopkins. La Chine s’était pourtant fixé des objectifs ambitieux de réduction des émissions.

L'exploitation du charbon représente l'une des principales sources d'émissions de méthane en Chine, selon l'étude.
@GregBaker/AFP

La Chine reste l’un des grands émetteurs de méthane, ce gaz à effet de serre (GES) très dommageable pour le climat. Une étude de l’université américaine Whiting school of engineering Johns Hopkins démontre que, malgré des réglementations strictes imposées aux mines de charbon, celles-ci continuent d’émettre toujours plus de méthane.

L'extraction de charbon est la première source d'émission de méthane dans ce pays, premier émetteur global de gaz à effet de serre, soulignent ces recherches parues dans Nature Communications. Accumulé dans les veines de charbon au fil des temps géologiques, ce gaz est relâché quand le minerai est extrait.

Le méthane est le 2e grand gaz à effet de serre à l'origine du dérèglement climatique, après le CO2. S'il persiste moins longtemps dans l'atmosphère, il est beaucoup plus réchauffant. Les scientifiques ont constaté une forte augmentation des émissions de méthane dans le monde depuis les années 2000, résultat notamment de l'exploitation des énergies fossiles et des activités agricoles.

Des réglementations inefficaces

Le 12e plan quinquennal chinois, adopté en 2010, imposait aux mines de le recycler dans la production d'électricité ou de chauffage, ou bien de le brûler ("torcher") pour le transformer en CO2, plus persistant mais moins puissant. Avec pour objectif d’en capter 5,6 téragrammes (8,4 milliards de m3) d'ici à 2015, et plus du double d'ici à 2020.

Dans les faits, le captage reste très en dessous de l'objectif et, au final, les émissions ont crû de 1,1 téragramme par an entre 2010 et 2015. Selon l'étude qui pointe "l'inefficacité" des régulations, les émissions en 2015 étaient de 50 % supérieures à celles de 2000. Ces travaux se basent sur les observations du satellite japonais Gosat (Greenhouse gases observing), lancé en 2009, dont les données sont utilisées pour la première fois pour étudier le méthane chinois.

"Les efforts de la Chine pour réguler ses GES et devenir un leader climatique ont été abondamment couverts par la presse ces dernières années, mais les chiffres montrent que ses réglementations en matière de méthane n'ont pas eu d'impact mesurable", souligne Scot Miller l'auteur principal de l’étude. "Sur le méthane, le gouvernement chinois parle mais ne fait pas", ajoute-t-il.

Pas assez d’infrastructures

En cause notamment, l'usage de technologies ne pouvant recueillir ce gaz à un niveau de qualité suffisant, ou encore le manque de pipelines pour le convoyer vers des centrales de production électrique, notent les auteurs, se référant notamment à des rapports de l'Agence internationale de l'énergie. La Chine est le premier producteur et premier consommateur mondial de charbon, qui lui fournit environ 72 % de son électricité.

Des chercheurs de l’université Johns Hopkins étudient désormais la façon dont Pékin pourrait faire mieux appliquer ses mesures. Une possibilité consisterait à faire un meilleur usage du méthane dans la production d'électricité et le chauffage des habitations. "La Chine pourrait ainsi réduire à la fois ses émissions de GES et la pollution de l'air en utilisant ce méthane plutôt que ses centrales électriques actuelles, tellement plus sales", relève Scot Miller.

La rédaction avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

BNP PARIBAS flickr

Devoir de vigilance : la pression monte sur BNP Paribas après sa mise en demeure

C'est désormais à travers le devoir de vigilance que les ONG ont décidé de s'attaquer aux grandes entreprises. Après Total Energies, dont le procès s'est tenu en décembre, BNP Paribas a été mise en demeure de cesser ses financements dans les nouveaux projets d'énergies fossiles. A deux jours de la...

Mine souterraine charbon UK west cumbria mining

Le Royaume-Uni envoie un très mauvais signal en validant l'ouverture d'une mine de charbon

Pays hôte de la COP26, le Royaume-Uni s'est imposé comme l'un des leaders sur le climat, faisant la guerre aux énergies fossiles et enjoignant les pays du Sud à en sortir. Mais le gouvernement britannique vient d'envoyer un bien mauvais signal en validant un projet de mine de charbon dans le...

Un puits de petrole onshore en fonctionnement a la peripherie de Muanda a la pointe sud ouest de la Republique democratique du Congo ALEXIS HUGUET AFP

COP27 : L’Afrique, eldorado pour le développement de nouveaux projets fossiles qui profitent aux autres

En pleine COP27 sur le climat, une COP africaine qui se déroule en Egypte, un nouveau rapport de l'ONG Urgewald vient pointer le niveau très élevé de projets d'énergies fossiles sur le continent. TotalEnergies apparaît comme le premier développeur de projets fossiles en Afrique. Des projets le plus...

Antilope eacop

"Le pipeline de Patrick" scrute les avancées du mégaprojet Eacop

Impossible de se cacher. "Le pipeline de Patrick" cartographie les avancées du mégaprojet pétrolier Eacop, dénoncé par de nombreuses ONGs et par le Parlement européen pour ses atteintes à l'environnement et aux droits humains. Les données numériques deviennent un outil puissant non seulement de...