Publié le 23 octobre 2020

ENVIRONNEMENT

Nucléaire, solaire, éolien... : Comment la Chine veut atteindre la neutralité carbone en 2060

L'annonce a fait l'effet d'une bombe et remis l'Accord de Paris sur les rails. En septembre, lors de l'Assemblée générale des Nations, le président chinois Xi Jinping s'engageait à atteindre la neutralité carbone en 2060. Selon plusieurs experts, cette mesure est réaliste bien qu'elle implique des transformations radicales. En outre, elle mettrait l'objectif de limiter la température à 1,5°C à la portée du monde. 

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP
Le président chinois Xi Jinping lors de l'Assemblée générale des Nations Unies le 22 septembre 2020.
Brian Smith Sputnik / AFP

En septembre, aux Nations-Unies, la Chine créait la surprise en s'engageant à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060 et le pic de ses émissions avant 2030. "C’est la première fois que le pays se fixe un objectif concret à long terme" s'est réjoui le World Resources Institute (WRI). Ces mesures, si elles étaient tenues, entraîneraient une baisse du réchauffement planétaire comprise entre 0,2°C et 0,3°C à l’horizon 2100, soit la plus importante réduction jamais calculée pour un seul et même pays, selon Climate Action Tracker.

Mais pour y arriver, la Chine, 1er émetteur mondial avec 28 % des émissions mondiales, va devoir accélérer sa transition énergétique. Une ébauche de trajectoire de neutralité carbone a été publiée fin septembre par l’université Tsinghua, qui travaille en relation étroite avec le ministère de l’Ecologie. Elle prévoit le développement encore plus important des énergies renouvelables mais aussi du nucléaire, et en parallèle, la suppression quasi intégrale du charbon. 

Le solaire : + 587 % d'ici 2060

La Chine devrait ainsi porter sa part d'énergie non fossile à 20 % d'ici 2025 et à 84 % d’ici 2060. Cela implique que sur cet intervalle, la part du charbon aura diminué de 96 % tandis que l’éolien devra croître de 346 %, le solaire de 587 % et le nucléaire de 382 %. La production énergétique d’origine nucléaire serait ainsi multipliée par quatre entre 2025 et 2060. Et l’investissement requis devrait atteindre 15 000 milliards de dollars sur les trois prochaines décennies.

Les émissions de CO2 devraient encore augmenter d’environ 10 milliards de tonnes par an jusqu’en 2030, pour ensuite décliner pour atteindre 200 millions de tonnes d'ici à 2060. La compensation des émissions restantes étant alors assurée via les technologies de captage, stockage et utilisation de carbone. Mais une étude publiée dans Nature Sustainability estime que le pic des émissions pourrait même se situer entre 2021 et 2025. La Chine, en fixant le plafond à 2030, se laisse ainsi une marge de manœuvre.

"Le pic de la Chine avant 2030 devrait pouvoir se produire naturellement car elle a plus ou moins attendu de devenir un pays développé" confirme Thomas Spencer, chercheur associé à l’Iddri, dans une note consacrée au sujet (1). "Ces dernières années, la Chine a augmenté sa capacité de production dans les secteurs à forte teneur en carbone à un rythme effréné. Il lui faudra alors soit mettre au rebut une part importante de ses actifs économiques avant la fin de leur durée de vie, soit innover pour adapter les options zéro carbone au capital social existant. C’est tout aussi important pour la neutralité carbone que la croissance des sources d’approvisionnement décarbonées" note le spécialiste.  

L'objectif 1,5°C à notre portée

Le voile devrait être en partie levé l’an prochain au moment de la publication du futur plan quinquennal, qui fixe les grandes orientations du pays. Le résultat des élections présidentielles américaines va également jouer un rôle clé car le candidat démocrate, Joe Biden, a promis qu’en cas de victoire, il réintégrerait l’Accord de Paris en se fixant comme objectif la neutralité carbone en 2050. Dès lors, l’engagement des trois premiers émetteurs mondiaux – Chine, Etats-Unis et Union européenne – qui représentent 45 % des émissions, pourrait mettre à la portée du monde l’objectif de l’Accord de Paris.

Selon le scénario "cascade" imaginé par Axa IM, la hausse de la température pourrait se limiter à 1,5°C (avec 50 % de probabilité) si la Chine atteignait la neutralité carbone en 2060 et le reste du monde en 2050. "Il sera beaucoup plus difficile pour les autres pays de continuer à hésiter, estime Thomas Spencer. L’objectif de zéro émission nette de la Chine n’est pas moins difficile à atteindre que celui de l’Union européenne, bien que le délai soit prolongé de dix ans. Il ne représente rien de moins que la refondation d’une économie développée prospère. En un mot : une nouvelle révolution industrielle, mais avec un compte à rebours déclenché."

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La Chine s'engage à la neutralité carbone d'ici 2060 et relance l’Accord de Paris

Le Président chinois Xi Jinping a annoncé sa décision d'atteindre la neutralité carbone en 2060, lors de l'Assemblée générale des Nations-Unies. Une déclaration inattendue qui permet de relancer l'Accord de Paris, mais aussi de pointer l'attitude de retrait climatique des États-Unis, sur...

Le jour où la Chine a pris le leadership sur le climat

Avec l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, le retrait américain sur les questions climatiques ouvre le champ à un leadership de la Chine. Une situation inimaginable il y a encore quelques mois ! Mais jusqu’à quand ? La Chine n’acceptera pas longtemps d’être la seule à faire des...

L’Accord de Paris n’aurait pas survécu sans la Chine, selon Emmanuel Macron

Emmanuel Macron plaide pour une vaste alliance entre France, Europe et Chine, notamment sur le climat. Il juge que, après le retrait américain, l’action chinoise en matière de baisse des émissions de CO2 a permis à l’Accord de Paris de rester vivant. 

À la veille de la COP25, la Chine pointée du doigt pour son addiction au charbon

Après la sortie officielle des Etats-Unis de l'Accord de Paris, c'est un bien mauvais signal envoyé à la communauté internationale à quelques jours de la COP25. Dans un nouveau rapport du Global Energy Monitor, la Chine est de nouveau pointée du doigt pour sa production électrique au...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

John Kerry le secretaire d Etat americain au Bourget lors de la COP21 le 9 decembre 2015 STEPHANE MAHEPOOLAFP

Avec John Kerry, Joe Biden nomme pour la première fois un représentant spécial pour le climat des États-Unis

Joe Biden, nouveau président des États-Unis, vient de dévoiler les premières nominations de son futur gouvernement. Il a choisi l'ancien secrétaire d'État John Kerry pour être représentant spécial pour le climat, une première aux États-Unis. Un symbole fort alors que c'est John Kerry qui, en 2015,...

Eric Dupond moretti ministre de la justice XoseBouzas HansLucas AFP

Le gouvernement renonce au crime d’écocide, mais crée un délit général de pollution

Punir sévèrement les atteintes à l’environnement. C’est ce que demandait la Convention Citoyenne sur le Climat avec la création d’un crime d’écocide. Le gouvernement accède à cette demande mais crée un simple délit général de pollution et un délit de mise en danger de l’environnement. Des avancées...

Objectifs climat contraignants grande synthe affaire du siecle pixabay

Décision historique : le gouvernement doit rendre des comptes au Conseil d'État sur ses actions en faveur du climat

C'est une première brèche ouverte en matière de justice climatique en France. La commune de Grande-Synthe, soutenue par Paris, Grenoble et les ONG de l'Affaire du Siècle, a gagné sa bataille. Le Conseil d'État demande au gouvernement de démontrer que ses efforts climatiques sont conformes à une...

Vladimir Poutine Nations Unies septembre 2015 Kremlin

La Russie entre (timidement) dans la course climatique

Jusqu'ici connue pour ses positions de blocage, ou au mieux attentistes, la Russie multiplie depuis plusieurs mois les signaux positifs à l'égard de la bataille climatique. Il y a un an, Moscou ratifiait finalement l'Accord de Paris. Et alors que les États-Unis s'en retiraient officiellement le 4...