Publié le 15 février 2020

ENVIRONNEMENT

[À l’origine] Le protocole de Kyoto, 1er accord international sur le climat, n’a que quinze ans

Si la reconnaissance des problèmes liées au changement climatique date des années 80, le premier accord international sur le climat, le Protocole de Kyoto, n'est entré en vigueur qu'en 2005, sans la plupart des plus gros pollueurs comme les États-Unis, le Canada, la Chine ou l'Inde. 15 ans plus tard, la COP26 qui se tiendra en fin d'année est décisive pour que l'Accord de Paris, qui a succédé au Protocole de Kyoto, ne soit pas à son tour un échec.

Protocole de kyoto NB ina
En 1997, les États du monde entier s'accordent pour mettre en place des objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, dans le cadre du Protocole de Kyoto. Mais celui-ci n'entre en vigueur qu'en 2005.
@INA

Il aura fallu attendre huit ans entre l’adoption du Protocole de Kyoto en 1997 et son entrée en vigueur le 16 février 2005. Et même 17 ans si l’on prend comme date de départ la naissance du Giec, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Après un premier rapport sonnant l’alerte, le Sommet de la Terre de 92 à Rio lance la Convention cadre des Nations-Unies sur le changement climatique (Ccnucc), première tentative mondiale pour faire face au réchauffement climatique. Elle est à ce jour ratifié par 196 pays et l’Union européenne, soit la totalité de la planète.

Mais elle ne comporte aucune mesure juridiquement contraignante. C’est pourquoi les États membres s’accordent pour adopter le Protocole de Kyoto qui fixe des objectifs individuels de réduction des émissions pour les pays industrialisés sur le principe d’une "responsabilité commune, mais différenciée". Il devient ainsi le premier accord international sur le climat avec deux périodes d’engagements, entre 2008 et 2012, puis entre 2013 et 2020. 36 pays et les membres de l’Union européenne se sont engagés à réduire collectivement les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 5 % d’ici 2012 par rapport à 1990. 

L'amendement de Doha toujours pas ratifié

Son application va être un long chemin semé d’embûches. Si les objectifs sont atteints haut la main sur la première période, avec une baisse des émissions de 24 %, c'est sans compter sur les deux plus gros pollueurs puisque les États-Unis ne ratifient jamais le texte et le Canada s'en retire à la dernière minute. Il faut aussi préciser que le bilan inclut les États de l’ancien bloc de l’Est, qui ont vu leur économie s’effondrer autour de 1990, entraînant une chute drastique de leurs émissions. En prenant en compte ces trois facteurs, la baisse réelle des émissions ne serait que de 4 %.

L’amendement de Doha au Protocole de Kyoto, adopté en 2012, était censé le prolonger jusqu’en 2020. Mais à ce jour, il n’est pas encore entré en vigueur, faute de ratifications suffisantes. La France ne l’a ratifié qu’en novembre 2017. Paradoxalement, l’accord de Paris signé en décembre 2015, qui succède au Protocole de Kyoto et qui s'adresse cette fois à tous les pays, est entré en vigueur avant, un an seulement après son adoption.

La COP26 de novembre à Glasgow, au Royaume-Uni, sera décisive pour que l’Accord de Paris ne subisse pas le même sort que le Protocole de Kyoto. "Ce que je peux garantir c'est que c'est absolument notre priorité numéro un en tant que gouvernement", a martelé le Premier ministre britannique Boris Johnson. "100% de nos efforts sont engagés pour que ça marche. Nous prenons cette responsabilité très au sérieux", a-t-il assuré. Il vient de désigner un nouveau président pour la COP26 après le limogeage controversé, début janvier, de Claire Perry O'Neill. Alok Sharma, ancien secrétaire d'État au développement international, lui succédera.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Inondations Jakarta Indonesie avril 2019 DasrilRoszandi NurPhoto 01

À cause du changement climatique, l’Indonésie déménage officiellement sa capitale

Jakarta, engloutie par les eaux en raison du changement climatique et de l'urbanisation galopante, va bientôt perdre son titre de capitale indonésienne. Les députés viennent officiellement d'approuver le projet du Président Joko Widodo de la transférer sur l'île de Bornéo. Il promet que Nusantra, la...

Doomsday Clock 2022

Horloge de l’Apocalypse : il est minuit moins cent secondes avant la fin du monde

Il ne reste plus que cent secondes à l'humanité avant la fin du monde, selon l'Horloge de l'Apocalypse, qui vient d'être réactualisée. Celle-ci a été créée il y a 75 ans pour alerter sur les crises mondiales qui mettent en péril l'humanité. Changement climatique, armes nucléaires, pandémie et...

Justice pixabay cco

Justice climatique : Après la condamnation de Shell aux Pays-Bas, une trentaine de multinationales dans le viseur

BP, RWE, Unilever... 30 gros groupes carbo-intensifs sont visés par l'ONG Milieudefensie. Cette dernière, qui a réussi, pour la première fois au monde, à contraindre une multinationale à rehausser ses ambitions climatiques en passant par la voie judiciaire, compte bien continuer sur sa lancée. Elle...

+50°C en Australie, +43°C en Argentine, +44°C en Uruguay : la planète brûle

Une chaleur étouffante s'abat dans l'hémisphère sud, de la côte ouest de l'Australie jusqu'à l'Argentine, en passant par l'Uruguay où un nouveau record vient d'être battu. Les températures dépassent la barre des 40°C, voire même des 50°C comme ce fut le cas en Australie, menaçant la santé des...