Publié le 04 janvier 2020

ENVIRONNEMENT

[À l’origine] Quand Margaret Thatcher et Ronald Reagan ont créé le GIEC

Aujourd’hui, le GIEC est un pilier essentiel de la lutte mondiale contre le changement climatique. La pertinence des alertes lancées par ces scientifiques est unanimement reconnue. Pourtant son origine vient d’un organe international dont l’engagement environnemental n’a pas toujours été salué : le G7, le groupe des sept premières puissances économiques de la planète.

Thatcher Reagan Camp David 1984 Whitehouse
Margaret Thatcher et Ronald Reagan ensemble à Camp David en 1984.
@WhiteHouse

Depuis plus de trente ans, le groupe d’experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le fameux GIEC, alerte le monde sur les réalités du changement climatique et sur ses dangereuses conséquences. L’origine de ce groupe de scientifiques spécialistes du climat et d’autres domaines de recherches est loin d’être évidente.

Dès le début des années 80, l’essentiel de l’impact des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique était connu. Mais le GIEC ne voit le jour qu'en 1988, et son organisation a été confiée à l’Organisation météorologique mondiale et au Programme des Nations unies pour l'environnement. C’est le G7, comprenant alors le Canada, la France, l’Allemagne de l’Ouest, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis, qui a proposé ce concept. Plus précisément, ce sont deux dirigeants qui vont pousser cette création : la Première ministre britannique Margaret Thatcher et le Président américain Ronald Reagan.

Charbon contre nucléaire

Le Président américain avait pour motivation de ne pas laisser le sujet du climat à des groupements écologistes et de le mettre dans les mains de scientifiques. La Dame de fer de son côté avait des motivations plus complexes. Elle aurait été très tôt sensibilisée à la question climatique. Le 27 septembre 1988, dans un discours à la Royal Society, elle dit : "L'augmentation des gaz à effet de serre (…) a conduit certains à craindre (…) une instabilité climatique. On nous dit qu'un effet de réchauffement de 1°C par décennie dépasserait largement la capacité de notre habitat naturel".

Dans le même discours, elle évoque la fonte des glaces, la hausse du niveau de la mer, le trou dans la couche d’ozone et la dégradation des sols. Mais son action en faveur de la création du G7 avait aussi un objectif de politique interne alors qu’elle était en conflit depuis des années avec les syndicats des mineurs du charbon et qu’elle voulait plutôt favoriser le nucléaire pour le Royaume.

Depuis 1988, le GIEC a publié cinq rapports qui ont permis de convaincre le monde entier - ou presque - de l’origine du réchauffement climatique et de l’impérieuse nécessité d’engager une transition, en particulier énergétique, pour limiter au maximum nos émissions de CO2 dans l’atmosphère. Le prochain rapport du groupe d’experts est attendu pour 2022.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Convention des entreprises pour le climat 150 dirigeants

Avec ses 150 dirigeants, la Convention des entreprises pour le climat est désormais lancée

Heineken France, Kaporal, Greenweez, Seafoodia... 150 dirigeants d'entreprises du secteur de la construction, de la culture, de l'alimentation ou encore de l'énergie, viennent d'être recrutés pour intégrer la Convention des entreprises pour le climat. L'objectif est que les dirigeants construisent...

Terre soleil atmosphere Nasa

La géoingénierie pour sauver la planète : déployer des ombrelles solaires dans l’espace

Rien n’y fait : le CO2 continue à monter et l’effet de serre s’emballe. En dernier recours, l’humanité pourrait essayer de diminuer la quantité de rayonnement solaire reçu par la Terre. 1 à 2 % en moins suffirait à reprendre le contrôle du mercure. Mais pour cela, ce sont des parasols qu’il faudrait...

IStock 1044227380

COP26 : À moins de cent jours de l'évènement, l’échec inquiétant des négociations climatiques

Alors que les catastrophes naturelles en chaîne rappellent l'urgence de lutter contre le réchauffement climatique, les discussions censées préparer la COP26, grand rendez-vous international sur le climat, capotent. Les États ne parviennent pas à se mettre d'accord, ni sur des objectifs clés, comme...

IStock @Artem Peretiatko

Nouvel activisme climatique : les scientifiques sortent de leur réserve et poussent à l'action

Face à l'urgence climatique, les scientifiques sortent de la réserve prônée dans la discipline pour s'investir dans le débat public. Certains misent sur les réseaux sociaux et la sensibilisation, alors que d'autres n'hésitent pas à appeler à la désobéissance civile face à l'inaction des...