Publié le 01 mai 2021

ENVIRONNEMENT

Récifs coralliens : une barrière naturelle qui fait économiser des milliards de dollars

En brisant l’effet des vagues, les récifs coralliens permettent de réduire l’impact les cyclones et ouragans de plus en plus nombreux qui frappent les côtes américaines. Des chercheurs californiens ont modélisé le rôle de ces coraux et l’ont croisé avec des modèles économiques. Selon eux, les récifs américains permettent d’économiser près de deux milliards de dollars par an.

Floride tempete CCO
La saison des ouragans a causé 43 milliards de dollars de dégâts en 2020 aux États-Unis.
@CCO

Les services économiques rendus par la nature à l’économie sont peu et difficiles à quantifier. Une étude de l’Université de Californie Santa Cruz et de l’Institut d’études géologiques des États-Unis s’est cependant intéressée à un phénomène particulier, celui du rôle joué par les récifs coralliens dans la protection des côtes américaines. Les auteurs de l’étude évaluent le bénéfice de la protection côtière aux États-Unis par les quelque 325 km de récifs coraliens à plus de 1,8 milliard de dollars par an.

Si ces récifs américains perdaient seulement un mètre de hauteur, les dégâts potentiels seraient très élevés pour les habitants et les commerces proches du littoral, particulièrement en Floride et à Hawaï. Cela engendrerait une augmentation de 23 % de la zone inondable centennale et de 62 % des populations potentiellement à risque. Cette perte d'un mètre de corail se traduirait par un surcoût des catastrophes naturelles de l’ordre de 5,3 milliards de dollars.

Modéliser les vagues

Les coraux permettent en effet de casser les vagues et d’éviter que l’eau ne remonte trop haut sur les rivages. Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont modélisé l’impact des événements climatiques côtiers, tels que les ouragans et les vagues, avec la barrière de corail et sans. Ils les ont combinés avec des modélisations économiques et sociales pour évaluer les coûts économisés grâce aux coraux lors de catastrophes naturelles.

"Ce travail quantifie le rôle critique des récifs dans l’atténuation des inondations et fournit la preuve nécessaire qu’il faut investir dans la gestion des risques, la reprise après une catastrophe et les fonds d’assurance dans ces défenses naturelles", estime Michael Beck, co-auteur de l’étude et dirigeant de la chaire Axa sur la résilience côtière à l’université de Californie Santa Cruz.

La multiplication du nombre d’événements climatiques affectant les côtes américaines pèse de plus en plus lourd dans les comptes du pays. Selon le réassureur Munich Re, l’année 2020 a connu un nombre record de tempêtes, d’ouragans et de cyclones, qui ont causé pour 43 milliards de dollars de dégâts. Dans une tribune dans le Los Angeles Times, Michael Beck s’étonne : "nous dépensons des centaines de milliards de dollars tous les ans sur la gestion des catastrophes et la reprise après sinistre, et moins de 3 % de cela sur les défenses naturelles qui pourraient réduire les dégâts causés par ces catastrophes".

Avec cette étude, les chercheurs espèrent pouvoir inciter à financer davantage la protection et la restauration des écosystèmes naturels côtiers. "Valoriser le service de réduction d’innovation des écosystèmes existants est un pas en avant vers leur gestion en tant qu’infrastructure naturelle", déclare Borja Reguero, chercheur associé à l’Université de Californie Santa Cruz.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

IStock @ratpack223 exploitation minière abysse océan fonds marin

Exploitation minière : la ruée dangereuse vers le trésor des abysses

Les grands fonds marins, riches en minerais nécessaires à la transition énergétique, sont des espaces de plus en plus convoités. Fin juin, l'île de Nauru, au coeur du Pacifique, a notifié à l'ONU sa volonté de débuter l'exploitation de ces ressources. Alors qu'aucune réglementation n'existe...

Heart Pixabay @Alicia3690 grande barrière de corail Australie

La Grande barrière de corail, Venise, Budapest... menacées d'être déclassées par l'Unesco

La Liste du patrimoine mondial de l’Unesco est emblématique. Mais les sites qui y sont classés pour leurs qualités culturelle ou naturelle exceptionnelles sont reconsidérés chaque année. Tourisme de masse à Venise, blanchiments des coraux, démolitions à Budapest... plusieurs sites emblématiques...

Biodiversite nature renard Xeppo

Malgré le report de la COP15 Biodiversité, l’ONU dévoile son projet d’accord mondial pour sauver les écosystèmes

L’ONU a dévoilé de grands objectifs sur lesquels les États doivent s’entendre pour essayer de ralentir l’effondrement en cours de la biodiversité. Un enjeu existentiel qui passe par la réduction des déchets, une maîtrise des pesticides rejetés dans la nature ou encore la protection de vastes aires...

IStock @jokuephotography

[Bonne nouvelle] La pêche électrique officiellement interdite dans toutes les eaux de l’Union européenne

Fin de partie pour la pêche électrique. Ce 1er juillet, elle a été officiellement interdite dans toutes les eaux en Europe. Si elle est prohibée depuis 1998 dans la zone, l'UE avait jusqu'alors accordé des dérogations aux Pays-Bas face à la pression des pêcheurs néerlandais, défenseurs de cette...