Publié le 06 juin 2019

ENVIRONNEMENT

Le Machu Picchu menacé par un projet d’aéroport international

La communauté scientifique alerte sur les dégâts que pourrait causer le projet d'aéroport international au pied du Machu Picchu, l'un des joyaux du Pérou déjà visité chaque année par 1,5 million de touristes. Le but est de rapprocher un peu plus les voyageurs qui n'auront plus à faire d'escale. Une pétition a été lancée pour demander au gouvernement d'annuler ou au moins déplacer le site du nouvel aéroport.

Le nouvel aéroport international serait situé tout près du Machu Picchu, dans la Vallée Sacrée.
@CC0

La forteresse inca vieille de 500 ans a déjà failli se retrouver sur la liste des sites inscrits au Patrimoine de l’Unesco en péril. Résistera-t-elle encore longtemps à l’assaut des touristes alors que le gouvernement vient de relancer un projet d’aéroport international au pied du site ?

Le Machu Picchu, joyau du Pérou, et l’une des sept nouvelles merveilles du monde, est parcouru chaque année par 1,5 million de touristes, soit deux fois plus que le seuil recommandé par l’Unesco. Ce chiffre pourrait bientôt passer à cinq millions. Le président du Pérou, Martín Vizcarra, élu en 2018, a ressorti des cartons une proposition de 2012 visant à construire un aéroport international dans la région.

Actuellement, pour visiter le Machu Picchu, les voyageurs étrangers doivent forcément faire escale à Lima, avant d’atterrir dans le petit aérodrome de Cusco, à 70 kilomètres du site. Celui-ci ne dispose que d’une seule piste et ne peut accueillir que des avions de petite et moyenne taille. Le nouvel aéroport sera construit dans la région de Chinchero, entre Cusco et le Machu Picchu, sur un plateau clair de 3 800 mètres d'altitude, afin de pouvoir accueillir de plus gros avions.

Des scientifiques inquiets

La nouvelle a immédiatement déclenché l’inquiétude de la communauté scientifique, alors que les bulldozers sont déjà à l'œuvre. "Il semble ironique et, d’une certaine façon, contradictoire qu’ici, à seulement 20 minutes de la Vallée sacrée, le noyau de la culture inca, ils veuillent construire un aéroport, juste au-dessus de ce que les touristes viennent précisément visiter", note pour le Guardian Pablo Del Valle, anthropologiste basé à Cusco.

Les scientifiques alertent sur la pression touristique qui va s’accroître avec un aéroport qui pourra accueillir entre cinq et huit millions de passagers tous les ans. Une autre crainte est que le bruit et les vibrations produits par les turbines des avions endommagent les ruines. Par ailleurs, l’urbanisation autour du nouvel aéroport risque également de menacer les sites archéologiques de Chinchero, l'une des premières régions conquises par les Incas au XIIIe siècle.

Ils ont adressé une pétition au gouvernement – signée par quelque 10 000 personnes – pour lui demander d'annuler le projet ou de trouver un autre site pour le nouvel aéroport. Le mois dernier, le ministre péruvien des Finances a martelé que "cet aéroport sera construit dès que possible car il est très nécessaire pour la région".  

Concepcion Alvarez@conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Dragons de Komodo, canyon islandais, rocher Uluru... Cinq sites incroyables interdits à cause du tourisme de masse

Ce sont des sites auquel vous n'aurez plus accès. De plus en plus de lieux ferment leurs portes face aux dégradations causées par le tourisme de masse. C'est le cas de l'île de Komodo, prise d'assaut en raison de ses célèbres dragons, d'un canyon islandais rendu célèbre par Justin Bieber...

Amsterdam part en guerre contre le tourisme de masse

Les cinq commandements des acteurs du tourisme durable

Alors que 2017 a été consacré année internationale du Tourisme durable par l'ONU, les acteurs français du secteur tenaient leur université à Clermont-Ferrand. Il en ressort une prise de conscience de la responsabilité du secteur sur le changement climatique et le risque qu'il fait peser...

Tourisme de masse : Venise fera bientôt payer un ticket d'entrée à ses visiteurs

Venise pourra dès l'été prochain faire payer un ticket d'entrée à tous ses visiteurs, une taxe de 2,5 à 10 euros selon la saison devant servir à limiter le tourisme de masse qui asphyxie la ville.

[LE CHIFFRE] Un quart des sites du patrimoine mondial de l’Unesco menacés par le changement climatique

La Grande Barrière de corail, le Machu Picchu, Ibiza ou encore les îles Galapagos, 62 des 241 sites naturels classés au patrimoine mondial de l’Unesco sont menacés par le réchauffement climatique. 17 sont classés comme critiques, principalement en Afrique. En trois ans, le nombre de sites...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Coraux Tahiti

Un récif corallien en bonne santé découvert à Tahiti synonyme d’espoir

Une mission scientifique de l’Unesco a identifié en Polynésie française, l’un des récifs coralliens les plus étendus et sains au monde. Une bonne nouvelle alors que les coraux, qui abritent un quart des espèces marines de la planète, sont menacés par le réchauffement climatique.

Justice pour le vivant action en justice biodiversite

Après le climat, l’État attaqué en justice sur la perte de biodiversité

Cinq ONG ont déposé ce 10 janvier un recours contre l'État pour manquement à ses obligations de protection de la biodiversité. Elles visent la mise sur le marché de pesticides, qui nuisent à l'environnement. La procédure est calquée sur l'Affaire du siècle qui a réussi à faire condamner le...

Rail glyphosate sncf pixabay

La SNCF, plus grande utilisatrice de glyphosate en France, abandonne cet herbicide controversé

Avec 35 à 38 tonnes aspergées sur les rails par an, la SNCF était jusqu'ici la plus grande utilisatrice de glyphosate en France, cet herbicide controversé accusé de provoquer des cancers. D'ici le printemps, le groupe n'utilisera plus de glyphosate et s'engage à consommer un autre produit moins...

Secheresse kenya girafe Getty Images via AFP

L'image terrifiante de six girafes mortes en raison de la sécheresse au Kenya

C'est une photo qui a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux tant elle illustre les conséquences de la sécheresse sur les animaux sauvages. Le photojournaliste Ed Ram a immortalisé l'image de six girafes mortes au Kenya alors qu'elles cherchaient à boire. C'est un des aspects des...