Publié le 13 août 2020

ENVIRONNEMENT

[La mondialisation dans l'assiette] Le soja décime massivement les forêts brésiliennes

Environ un cinquième du soja importé du Brésil en Europe provient de la déforestation illégale. De par sa teneur en protéines élevée et sa valeur énergétique, le soja est extrêmement plébiscité pour nourrir les volailles et le porc, si bien qu'il se retrouve dans de nombreux produits que nous consommons au quotidien. C'est ainsi le soja qui pèse le plus lourd dans l'empreinte forêt des Français. Toute la semaine, Novethic se penche sur les effets néfastes de nos modes alimentaires. 

Soja culture deforestation
Entre 18 % et 22 % des exportations annuelles du Brésil vers l’UE sont le fruit de la déforestation illégale.
@CC0

Depuis une vingtaine d’années, la culture du soja est celle qui a subi la plus forte croissance au niveau mondial. La superficie qui lui est dédiée dépasse un million de kilomètres carrés, soit l’équivalent des superficies de la France, de l’Allemagne, de la Belgique et des Pays-Bas réunis. Mais sa production menace les forêts et les écosystèmes notamment en Amérique du Sud. Selon les chiffres officiels, la déforestation de l'Amazonie brésilienne a atteint un record au cours du premier semestre 2020 avec une accélération de 25 % par rapport à la même période de 2019.

Des données à mettre en relation avec celles publiées le 16 juillet dans la revue Science. Selon l'étude, "entre 18 % et 22 % - possiblement davantage - des exportations annuelles du Brésil vers l’UE sont le fruit de la déforestation illégale." Ce soja est principalement destiné à l’alimentation animale d’élevages industriels, tant pour les volailles que pour le porc, dont les Européens restent le premier exportateur.

Le soja principal vecteur de déforestation

Depuis plusieurs années, les ONG alertent sur le risque encore méconnu que représente le soja sur la déforestation. "Dans l’esprit de beaucoup de gens, ce sont le bois, le papier et l’huile de palme alimentaire qui sont le plus responsables de déforestation, alors qu’ils ne représentent que 11 % de l’empreinte forêt des Français", expliquait Boris Patentreger, vice-président fondateur d’Envol vert, lors d’une publication sur le sujet en novembre 2018.  

L’ONG a calculé l’empreinte forêt moyenne des Français, c’est-à-dire la mesure de la surface de forêt nécessaire pour subvenir à nos modes de vie et consommations. C’est  le soja qui est le principal vecteur de déforestation représentant 206 mètres carrés sur un total de 352 mètres carrés utilisés, très loin devant le cuir (37 m²), l’huile de palme (33 m²), le papier (24 m²), le café (19 m²), l’hévéa (13 m²), le cacao et le bois pourtant si souvent pointé du doigt (10 m² chacun). 

Du soja "caché" dans notre assiette

Ce sont ainsi 57 kilogrammes de soja "caché" qui sont consommés par Européen chaque année via notre alimentation riche en viande blanche, en œufs ou encore en produits laitiers. Sur le terrain, cela représente une empreinte de 2,8 millions d’hectares principalement au Brésil et en Argentine, deux pays qui présentent un très fort risque de déforestation. Le WWF estime qu’au cours des cinq dernières années, l’équivalent d’un pays comme la Belgique a disparu à cause de la consommation française de soja. 

De nombreuses entreprises, comme Carrefour, Danone, Unilever ou Nestlé, ont pris des objectifs zéro déforestation d’ici 2020. Le gouvernement, de son côté, s’est engagé à mettre fin à la déforestation "importée" via les produits que nous consommons au quotidien, d’ici 2030. Au niveau européen, l'accord de libre-échange entre l'UE et les quatre pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) est quant à lui de plus en plus contesté en raison de l'avancée de la déforestation amazonienne. La France a notamment prévenu qu’elle ne ratifierait pas le texte.  

Concepcion Alvarez, @conce1              


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[La mondialisation dans l’assiette] Le succès du lait d’amande, un massacre pour les abeilles

C'est un véritable plébiscite. Entre les laits de soja, de noisette, de riz, les laits végétaux rencontrent un succès fulgurant. Le lait d'amande est particulièrement apprécié, mais son impact sur la biodiversité est lourd. Alors que plus des trois quarts des amandes sont produites en...

[La mondialisation dans l'assiette] La folie de l'avocat, entre sécheresse, déforestation et crime organisé

C'est un fruit qui rencontre un succès étonnant. L'avocat connaît depuis quelques années un vrai boom. Mais la production de cet or vert a des effets néfastes sur l'environnement. Très consommateur d'eau, sa production intensive dessèche des territoires entiers, dégrade le sol et la...

[La mondialisation dans l’assiette] La tomate industrielle, un concentré de dérives

La tomate industrielle, qui représente un quart du marché mondial de ce fruit rouge, est devenue le symbole des dérives de la mondialisation. Entre des concentrés de tomates frelatés, des sauces "Made in Italy" envoyées depuis la Chine, des migrants sous-payés et des systèmes mafieux...

Le soja, ennemi caché numéro 1 de la forêt

Le gouvernement s’apprête à publier dans les prochains jours sa stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI), afin d’y mettre terme d’ici 2030 conformément au Plan climat français. Pour éclairer le débat, deux ONG, Envol vert et le WWF France, ont calculé...

L’Amazonie, en feu, a connu son pire mois de juin depuis 13 ans

Alors que le Brésil subit de plein fouet le Covid-19, un autre drame se déroule en fond, celui de la destruction de la forêt amazonienne. Jamais, depuis 2007, l'Institut national de recherches spatiales n'avait enregistré autant de foyers d'incendies dans cette réserve de biodiversité. Un...

Coup de frein pour l'accord de libre échange UE-Mercosur après le rejet des députés néerlandais

Les députés néerlandais viennent de s'opposer à l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur. Leur rejet marque un coup de frein à ce traité qui doit être ratifié par chaque membre de l'UE pour entrer en vigueur. Alors que la France s'était finalement opposée à cet...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Seaspiracy

"Seaspiracy", le documentaire à voir sur les insoutenables dessous de la pêche

Surpêche, mythe de la "pêche durable", recours à l’esclavagisme… En une heure et demie, le documentaire Seaspiracy, accessible sur la plateforme de streaming Netflix depuis fin mars, plonge le spectateur dans les secrets les plus sombres et dissimulés de la pêche industrielle. Le réalisateur l'admet...

Animal ville dain HamieHall

Ce que l’Homme a fabriqué pèse désormais plus lourd que tout le vivant sur Terre

L’espèce humaine, qui représente une toute petite partie du vivant, a désormais laissé une trace indélébile sur sa planète, inscrite dans sa lithosphère et son atmosphère. Si la notion est difficile à se représenter, l’étude d’une équipe de l’Institut Weizmann y aide. Ceux-ci ont calculé que la...

Lake balkhash nasa

Surexploité, le lac Balkhach pourrait subir le même sort que la mer d’Aral

Le lac Balkhach, situé au Kazakhstan, va-t-il s'éteindre comme la mer d'Aral ? C'est que ce craignent plusieurs experts alors que ce lac, un des plus grands d'Asie, ne cesse de s'assécher. En cause, un pompage excessif de la Chine sur une rivière en amont du lac. Pekin irrigue ainsi en masse ses...

IStock fond marin GoranStimac

La pêche au chalut libère autant de CO2 que l'ensemble du secteur aérien

Les sédiments marins sont des réservoirs de carbone. Or, la pêche au chalut, qui racle le fond des océans, libère dans les eaux du monde entier des tonnes de CO2 jusqu'alors stockés. Une étude publiée mi-mars dans la revue Nature en a révélé l'ampleur : la pêche au chalut rejette autant, voire plus...