Publié le 31 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

[J'agis pour la planète] Je tire un trait sur mon rêve de pavillon

Il y a quelques mois, Novethic a créé la polémique en relayant une étude du cabinet BL Evolution (1) qui présentait différentes mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Cet été, nous revenons sur quelques-unes de ces propositions pour comprendre comment elles pourraient changer la donne et dans quelle mesure elles pourraient s’appliquer. Focus aujourd’hui sur la fin des maisons individuelles.

Pavillon maison individuelle pixabay
En France, 42 % des sols artificialisés sont dédiés à l’habitat.
@CC0

Fini les rêves de pavillon dans un monde à 1,5°C ? Presque oui. Le cabinet de conseil B&L (2) estime que pour rester sous ce seuil de réchauffement climatique, il faudra interdire toute construction de nouvelles maisons (habitat léger excepté). "Les constructions neuves sont exclusivement de l’habitat collectif avec une surface par habitant maximal de 30 m², contre 40 m² aujourd’hui. Celui-ci consomme moins au m² et permet d’envisager la mise en place de réseaux de chaleur ou la collecte des ordures ménagères pour la méthanisation", argumentent les experts.  

En France, l'équivalent de la surface d'un département est artificialisé tous les cinq ans. Un mouvement qui s'accélère, souligne la Fabrique écologique, notamment en raison de "l'attrait des Français pour les zones pavillonnaires", mais qui va à l'encontre de l'objectif "zéro artificialisation nette" que s’est fixé le gouvernement dans son plan biodiversité de 2018.

L'habitat individuel, 15 fois plus consommateur d'espace que le collectif

"Ces opérations peu denses prennent la forme de lotissements, impliquant de vastes équipements de desserte (routes, parkings) et le développement en parallèle de surfaces commerciales excentrées", expliquent les auteurs d’une note sur le sujet publiée en début d’année (3). Ces lotissements accueilleraient déjà près du tiers de la population française (entre 15 et 20 millions d'habitants).

Or, "l'habitat individuel est particulièrement gourmand puisqu'il est quinze fois plus consommateur d’espace que le collectif", précise le rapport. Il contribue ainsi à l’étalement urbain et à l'artificialisation des sols. Selon la base de données Corine Land Cover, 42 % des sols artificialisés sont ainsi dédiés à l’habitat. Cela engendre une perte de ressources pour l’usage agricole et pour les espaces naturels, imperméabilise certains sols et accroît de fait la vulnérabilité aux inondations, et a également un impact sur la biodiversité.

Imposer une obligation de densification

Si rien n’est fait pour stopper cette tendance, 280 000 hectares supplémentaires auront été artificialisés d’ici 2030 au titre du seul bâti, soit un peu plus que la superficie du Luxembourg, alerte France stratégie dans une étude (4) publiée le 24 juillet. L’organisme placé sous la tutelle du Premier ministre ne dit pas autre chose que les experts de B&L en suggérant d’imposer une obligation de densification. "La fixation de densités de construction minimales [le nombre de mètres carrés susceptibles d'être construits par mètre carré de sol, ndr] dans les Plans locaux d’urbanisme semble la piste la plus prometteuse", note l’auteur.

France stratégie suggère également d’exclure du dispositif Pinel [incitation fiscale pour l’investissement locatif, ndr] et du prêt à taux zéro les constructions sur des terres non artificialisées. Et à l’inverse d’exonérer de la taxe d’aménagement les projets qui ne changent pas l’emprise au sol du bâti. "Rien d’impossible donc dans l’objectif visé par le plan biodiversité… Mais un passage obligé par la densification de l’habitat et la limitation de l’étalement urbain qui supposent de revoir a minima nos règles d’urbanisme", conclut l’auteur.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir l'infographie publiée par Novethic 

(2) Lire l'étude de B&L Evolution

(3) Lire la note de la Fabrique écologique  

(4) Lire le rapport de France Stratégie


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Artificialisation des sols : en France, on bétonne même quand ce n'est pas nécessaire

L'artificialisation des terres progresse plus vite que la croissance démographique et économique. Autrement dit, en France, même quand il n'y a pas de besoin spécifique, les sols sont bétonnés. À ce rythme d'ici la fin du siècle, 18 % du territoire sera artificialisé, prévient l'Iddri. Une...

[LE CHIFFRE] Artificialisation des sols : l'équivalent de six fois la surface de Paris disparaît chaque année en France

Cette semaine a été agitée par la mise en place d’une éventuelle "taxe béton" sur les nouvelles constructions. La piste avancée par Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, a finalement été invalidée par le gouvernement qui dit vouloir se laisser un temps de...

Les cinq annonces (pas forcément nouvelles) d’Emmanuel Macron pour la biodiversité

Après l'alerte choc des experts de l'ONU sur la biodiversité, Emmanuel Macron a annoncé une série d'actions pour la biodiversité. Artificialisation des sols, lutte contre le gaspillage alimentaire, extension des espaces naturels protégés, incompatibilité de la Montagne d'or avec...

Le gouvernement accusé d’ouvrir la voie à la bétonisation des sites classés

Les calanques de Marseille, les lagons de Nouvelle Calédonie, l'île de Ré, sont-ils en périls ? Plusieurs associations dénoncent un projet de décret qui pourrait ouvrir la voie à la bétonisation des sites classés. Alors que les experts de l'ONU viennent de tirer la sonnette d'alarme sur le...

L'accaparement des terres agricoles, un enjeu de sécurité alimentaire que les députés veulent endiguer

Des surfaces agricoles bétonnées, des exploitations vendues à des investisseurs chinois qui font flamber les prix et favorisent l'agriculture intensive... C'est le constat que dresse un rapport parlementaire sur le foncier agricole. Cela met en péril la sécurité alimentaire de la France et...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Animaux sauvages cirque

[Bonne nouvelle] Paris ne veut plus d'animaux sauvages dans les cirques

Fini les ours, lions, éléphants et autres animaux sauvages dans les cirques de la capitale. La Ville de Paris a décidé de ne plus délivrer d'autorisations, d'ici 2022, aux futurs cirques voulant s'installer avec leurs animaux sauvages. Elle va aider les autres, déjà installés, à transitionner. Au...

Parc national des forets FranckFouquet

[Bonne Nouvelle] Le onzième parc national voit le jour en France et préserve un trésor de biodiversité

Après plus de dix ans de gestation, le 11e parc national, dédié aux forêts de feuillus de plaine, aux confins de la Bourgogne et de la Champagne, est officiellement sorti de terre jeudi 7 novembre, selon un décret paru au Journal officiel.

Europacity projet abandonne

Le gouvernement abandonne Europacity, ce méga-complexe commercial, symbole de l’artificialisation des sols

L'Élysée abandonne officiellement le projet de méga-complexe Europacity, qui devait voir le jour aux portes de Paris en 2027. Le projet, dans les cartons depuis dix ans, était dénoncé par les écologistes pour son impact sur l'artificialisation des sols, mais soutenu par certains élus locaux pour son...

Foret publique pesticide 1

[Bonne nouvelle] Les pesticides dans les forêts publiques, c’est fini

Herbicides, insecticides, fongicides... Plus aucun de ces pesticides ne se trouvera désormais dans les forêts publiques. L'Office national des forêts (ONF) vient d'annoncer leur abandon dans la gestion de ces dernières. Si leur usage était très limité, cette bonne nouvelle fait suite à celle de...