Publié le 29 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

Bientôt un outil standardisé pour mesurer l'impact sur la biodiversité des institutions financières et des entreprises

Face à la dégradation rapide des espèces, des acteurs financiers et des entreprises travaillent sur des outils de mesure standardisés pour évaluer leurs impacts en matière de biodiversité. À l’occasion de la COP14 sur la biodiversité à Sharm-El-Sheikh, CDC Biodiversité et des investisseurs européens ont présenté l’un des outils le plus aboutis à ce jour, le Global Biodiversity Score (GBS).

60% des écosystèmes sont dégradés dans le monde or la biodiversité rend des services essentiels à l'Homme et la planète, évalués à 33 000 milliards de dollars par an
@pixabay

Les derniers chiffres sur l’érosion de la biodiversité sont alarmants : 60% des écosystèmes sont à ce jour dégradés dans le monde. Comme pour le climat, les États se réunissent régulièrement sous l’égide de l’ONU pour élaborer, un cadre mondial de la protection de la biodiversité. À l'occasion de la COP14 qui se déroule en ce moment à Sharm-El-Sheikh, en Égypte, la CDC biodiversité a présenté son outil destiné à évaluer l’empreinte biodiversité des entreprises et des institutions financières, le Global Biodiversity Score (GBS)

L’enjeu est de taille. L’engagement des entreprises et acteurs financiers est indispensable pour ralentir l’érosion de la biodiversité. Leurs activités en sont en partie responsables à travers l'extraction des matières premières, l'utilisation de ressources naturelles, l'artificialisation des sols... Aussi, la mesure de leur empreinte biodiversité est clé. Mais bien plus complexe à réaliser que la mesure de l’empreinte carbone, du fait de la diversité de la faune, de la flore et des sols.

CDC biodiversité travaille depuis trois ans avec le Club B4B+ des "Entreprises pour une biodiversité positive" à un outil de mesure standardisé, spécialement adapté aux entreprises et aux acteurs financiers (1). Elle a le soutien de trois investisseurs socialement responsables européens (ASN Bank, Actiam et Finance in Motion). Ensemble, avec la Caisse des dépôts (dont Novethic est une filiale), ces investisseurs gèrent 300 milliards d’euros d’actifs.

Fixer, évaluer et guider l’atteinte des objectifs biodiversité par les entreprises

Le GBS évalue l’empreinte biodiversité en travaillant à la fois sur les activités de l’entreprise et de sa chaîne de valeur mais aussi de son secteur. Plusieurs types de pressions sur la biodiversité sont analysées : l’utilisation des terres, l’empiétement et la fragmentation des habitats naturels, le changement climatique ou les dépôts aériens azotés. Cela donne lieu à un indicateur de référence, le MSA (pour Abondance spécifique moyenne) créé par l’institut hollandais de l’environnement et validé par l’IPBES, le GIEC de la biodiversité.

À terme, l’idée est de pouvoir établir des notes et des comparaisons entre entreprises pour mieux identifier et donc investir dans les entreprises les plus vertueuses. Le GBS devrait pouvoir être utilisé dès 2020 dans le cadre d’audits de l’impact biodiversité des entreprises et institutions financières comme le prévoit le plan national biodiversité publié en juillet 2018.

Béatrice Héraud @beatriceheraud

(1)    Voir le rapport "Vers une évaluation de l’empreinte biodiversité des entreprise : le Global Biodiversity Score" et celui réalisé avec ASN Bank, Actiam et Finance in motion le décline spécifiquement pour les acteurs financiers


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Total, SNCF, BNP... Des grandes entreprises s'engagent (enfin) sur la biodiversité

Le 10 juillet, 65 entreprises se sont engagées dans l’initiative Act4Nature. Lancée par "Entreprises pour l’environnement" (EpE) et soutenue par 20 partenaires parmi lesquels des réseaux d’entreprises, des ONG, des institutions scientifique et l’Agence française pour la biodiversité, cette...

Le plan du gouvernement pour sauver la biodiversité : des objectifs ambitieux mais lointains

Une centaine de mesures ont été présentées mercredi 4 juillet par le gouvernement pour sauver la biodiversité. Pour l'occasion, 12 ministres et secrétaires d'État étaient réunis dans un comité interministériel. Zéro pollution plastique, zéro artificialisation nette des sols, rémunération...

[LE CHIFFRE] 75 % de la planète est déjà dégradée

La Commission européenne vient de publier son nouvel Atlas de la désertification qui fournit une évaluation de l’état des terres au niveau mondial. Et le constat est bien déprimant puisque les trois quarts de la planète sont d’ores et déjà dégradés. Bruxelles appelle à stopper l’étendue...

Biodiversité : "la compensation doit être plus coûteuse que l’évitement"

Pour Guillaume Sainteny, le texte de loi qui doit être adopté cet après-midi au Sénat ne constitue pas une révolution en matière de lutte contre l'érosion de la biodiversité. Si le maître de...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

[Bonne nouvelle] Les terres et mers australes françaises inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco

Situées à plus de 2 000 kilomètres de tout continent, les Terres et mers australes françaises, dans le sud de l'océan Indien, viennent d’être classées au patrimoine mondial par l'Unesco. De quoi garantir des activités durables sur l’ensemble de cette vaste zone, selon le gouvernement.

Une nouvelle coalition internationale appelle à un New Deal ambitieux sur la biodiversité

En 2020, la COP15 de la Biodiversité qui aura lieu à Pékin pourrait donner lieu à un accord comparable à celui de Paris sur le climat. Pour s’y préparer, plusieurs grandes fédérations d’entreprises viennent de s’allier avec des ONG et think-tank environnementaux au sein d’une coalition appelée...

[Science] Les chimpanzés ne survivent plus que dans des "ghettos forestiers"

Sous la pression de l'urbanisation et de la chasse, les chimpanzés ne survivent plus que dans des ilôts de nature de plus en plus petits, se sont alarmés des primatologues spécialistes de ce plus proche parent des humains.

Comme la planète, la biodiversité a une limite... qui est déjà franchie

Il y a une limite à ne pas franchir pour le climat, et on la connaît. Le seuil fatidique a été fixé à +1,5°C par l'Accord de Paris. C'est cette limite qui permet aux entreprises, investisseurs, Etats d'agir. Or, sur la biodiversité, le seuil n'est pas encore bien défini ralentissant la mise en place...