Publié le 10 octobre 2017

ENVIRONNEMENT

Soutenus par Macron, les agriculteurs imposeront leurs prix aux industriels et aux distributeurs

L'Élysée a dressé un premier bilan d'étape des États généraux de l'Alimentation où industriels, distributeurs et producteurs ont pu trouver un terrain d'entente. Désormais, les prix de vente seront construits à partir des coûts de production des agriculteurs, et non l'inverse. Une mesure soutenue par Emmanuel Macron qui veut équilibrer le rapport de force en poussant les agriculteurs à se regrouper pour peser davantage dans les négociations. Le Président "veut en finir avec la guerre des prix", affirme son entourage.

Emmanuel Macron en visite au Salon de l'Agriculture 2017

C’est l’heure du bilan d’étape. Alors que le deuxième chantier des États généraux de l’Alimentation a commencé le 4 octobre, les ministères ont rassemblé les propositions du premier chantier, destiné à mieux redistribuer la valeur entre producteurs, transformateurs et distributeurs. Et quelques mesures concrètes, soutenues par l’État, ont été proposées. Elles seront présentées demain, mercredi 11 octobre par Emmanuel Macron en visite à Rungis (Val-de-Marne).

Tout d'abord, l’idée est d’aider les agriculteurs à se regrouper sous forme de coopératives agricolse afin qu’ils aient plus de poids face aux industriels et aux distributeurs. "On veut les professionnaliser", affirme le ministère de l’Agriculture. Ces producteurs devront définir leur coût de production sur une longue période, environ 5 ans, et proposer un contrat aux parties prenantes. "On inverse la contractualisation. Avant on définissait la rémunération du producteur en fonction du prix de vente. Aujourd’hui, on veut partir du coût de production pour construire le prix de vente", explique cette même source. Le but : renverser le rapport de force.

Emmanuel Macron veut "en finir avec la guerre des prix"

"Emmanuel Macron veut permettre aux agriculteurs de sortir de la dépendance aux aides grâce à un juste prix payé", affirme l'entourage du Président. De fait, en 2016, 30 % des agriculteurs vivaient avec moins de 350 euros par mois.

Pour sortir de cette situation, une autre solution a été présentée : l’encadrement des promotions et l’augmentation du seuil de vente à perte, seuil qui fixe un prix en dessous duquel un distributeur ne peut vendre un produit. L’idée est de réduire la pression qui pèse sur les prix pour permettre aux distributeurs de mieux rémunérer les agriculteurs.

Une mesure très décriée par le président de Leclerc. Selon lui, "sous prétexte d’aider les agriculteurs", on "augmenterait les prix de 5 à 15 % sur des milliers d’articles". Faux, répond le ministère, la hausse ne serait pas aussi importante et ne concernerait que les produits agricoles. "Emmanuel Macron veut en finir avec la guerre des prix bas. Les consommateurs n’ont même plus conscience du prix réel d’un produit", affirme l'Elysée.

Le gouvernement aura recours au name and shame si nécessaire

Mais pour instaurer ces deux mesures, Emmanuel Macron attend des garanties. Pas question de faire peser une hausse des prix sur les ménages sans gage. Le Président va ainsi conditionner le versement de l'enveloppe de 5 milliards dédiés au secteur agricole, à la création de filières interprofessionnelles. Ces filières devront réunir tous les acteurs de la chaîne et formuler des objectifs chiffrés et de réels engagements comme la création d'un label qualité ou les pourcentages de productions bio. Si les objectifs sont satisfaisants, l’État "prendra ses responsabilités" et proposera une réforme législative des relations commerciales.

Mais "il n’y a pas de baguette magique" reconnaît l’exécutif qui se laisse trois ans pour évaluer les effets de sa réforme. Et il n’hésitera pas à dégainer le name and shame s’il s’aperçoit que la hausse des prix ne se répercute pas sur la rémunération des agriculteurs. Une méthode qui consiste à dénoncer publiquement le nom des entreprises réfractaires pour ternir leur réputation.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

États généraux de l’Alimentation : Leclerc veut-il tuer une amorce de consensus ?

Industriels, distributeurs et agriculteurs sont-ils sur le point de trouver un accord pour mieux rémunérer les producteurs ? L'idée, proposée lors des États généraux de l'Alimentation, serait d'augmenter les seuils de prix en dessous desquels les distributeurs ont interdiction de vendre un...

Pourquoi le fipronil a tué dans l’œuf les États généraux de l’alimentation

Le gouvernement misait sur des engagements volontaires pour parvenir à un consensus autour d’une hausse de la rémunération des producteurs lors des États généraux de l’Alimentation. Mais la crise des œufs contaminés au fipronil cristallise le débat. Les distributeurs et industriels se...

Les cinq vœux de Nicolas Hulot pour les États généraux de l'Alimentation

Dans une volonté de concertation interministérielle, le lancement des États généraux de l’alimentation, placés sous la houlette du ministère de l'Agriculture, a donné la parole à cinq ministères. Dans ce cadre, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a appelé à...

États généraux de l’alimentation : "Je ne suis pas là pour désigner des coupables", assure Édouard Philippe

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a ouvert le 20 juillet, les États généraux de l’alimentation, une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Avant de légiférer, le gouvernement mise sur des compromis et la bonne foi des acteurs de la filière pour trouver des solutions à la crise...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Poussins cocoparisienne pixabay

La France mettra fin au broyage des poussins mâles en 2022

Le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, a annoncé que la France mettrait fin d'ici 2022 à la pratique qui consiste à broyer ou gazer des millions de poussins de sexe masculin faute de ponte et de rentabilité. La France avait annoncé en 2019 vouloir y mettre un terme en 2021 mais, en...

Agriculture Dan Meyers on Unsplash

Glyphosate : la justice interdit la mise sur le marché du Roundup 360

Alors que l'Union européenne se penche sur la réautorisation de la licence du glyphosate qui arrive à échéance en 2022, Bayer vient de subir un revers en justice. La Cour administrative d'appel de Lyon a confirmé l'annulation de la mise sur le marché du Roundup 360 Pro, un produit phyto contenant du...

Agriculture PAC Marcin Jozwiak on Unsplash

Agriculture : l’Union européenne s’accorde sur une PAC plus verte qui devra passer le test du Green Deal

La nouvelle Politique agricole commune est désormais sur les rails. Après de longues négociations, les eurodéputés et les 27 États membres se sont accordés sur les modalités du verdissement de la PAC pour les sept ans à venir alors que la dernière version a été sévèrement jugée par la Cour des...

Amazonie deforestation gryffyn m on Unsplash

Le ministre de l’Environnement du Brésil, accusé d’exportation illégale de bois d'Amazonie, démissionne

Mis en cause dans une affaire d'exportation illégale de bois d'Amazonie, le ministre de l'Environnement du Brésil, Ricardo Salles, a présenté sa démission au Président Jaïr Bolsonaro qui l'aura défendu jusqu'au bout. Si les ONG se félicitent de son départ, elles craignent que l'accélération de la...