Publié le 13 juillet 2020

ENVIRONNEMENT

Des grands patrons de la tech, dont Xavier Niel, souhaitent un référendum sur la maltraitance animale

Plusieurs grands patrons de la tech, comme Xavier Niel de Free et Marc Simonci de Meetic, soutiennent le lancement, avec plusieurs personnalités, journalistes et associations, comme L214, d'un Référendum d'initiative partagée (RIP) sur la cause animale. Interdiction de l'élevage en cage, interdiction de la chasse à courre... pour faire appliquer leurs six propositions, ils doivent convaincre plus de 4 millions de Français et 185 parlementaires. 

Bien etre animal poulet
Plusieurs grands patrons d’entreprises dont Xavier Niel, patron de Free, Marc Simonci à la tête de Meetic ou encore Jacques-Antoine Granjon de Ventre-privée.com, soutiennent la cause animale.
CC0

C’est une coalition peu commune, réunissant des associations comme L214, connue pour ses vidéos chocs dans les abattoirs et élevages, des journalistes, des personnalités mais aussi des grands patrons… tous mobilisés pour la cause animale. Le 2 juillet, le journaliste Hugo Clément, avec une vingtaine d’associations de défense animale, poste une vidéo dans laquelle il explique vouloir lancer un Référendum d’initiative partagée pour "faire avancer concrètement la cause animale". 

"C’est un outil qui permet aux citoyennes et aux citoyens, s’ils sont suffisamment nombreux et soutenus par des parlementaires, de soumettre une proposition de loi au référendum", explique-t-il. Six propositions ont été émises, allant de l’interdiction de la chasse à courre à la fin de l’élevage en cage en passant par l’arrêt de l’expérimentation animale lorsqu’il existe une méthode de recherche alternative. Pour que ce Référendum ait lieu, les militants doivent convaincre 185 parlementaires et réunir 4 700 000 signatures citoyennes. 

"Je suis Xavier Niel, et je soutiens le référendum pour les animaux"

Plusieurs grands patrons d’entreprises dont Xavier Niel, dirigeant de Free, Marc Simonci à la tête de Meetic ou encore Jacques-Antoine Granjon de Ventre-privée.com ont publié, chacun, une vidéo de quelques secondes avec cette phrase : "Je soutiens le référendum pour les animaux". "Il y a quelques mois, la cause animale ne me touchait pas, et j’en étais presque à m’en moquer", a confié au Monde Xavier Niel qui dit avoir eu un déclic en visionnant les vidéos de L214 sur la maltraitance animale. Marc Simoncini, lui, était déjà engagé dans cette cause.

Le fondateur de Meetic a participé cette année au rachat d’un zoo, celui de Pont-Scorff, pour libérer les animaux. Il avait déjà collaboré avec le journaliste Hugo Clément et fait un don de 250 000 euros. On retrouve d’ailleurs d’autres personnalités ayant participé à ce projet de rachat de zoo soutenir aujourd’hui le Referendum pour les animaux, comme l’acteur Pierre Niney.

Une soixantaine de députés en soutien

"On est parti d’un constat avec Xavier, Marc et Jacques-Antoine qu’il faut que la société civile, les entrepreneurs et les associations s’emparent de ce sujet et le portent jusqu’à son application. Sa force ? Il est "transcitoyen" et de tous les camps politiques", explique Hugo Clément dans La Croix. "Cette initiative est faite pour montrer qu’il y a un vrai décalage entre l’opinion publique et les décisions politiques sur la cause animale", avance-t-il. 

Près d’une semaine après le lancement de l’initiative, plus d’une soixantaine de députés ont répondu à l’appel, de la sénatrice EELV Esther Benbassa, au député Debout La France Nicolas Dupont-Aignant en passant par les députés du jeune neuvième groupe à l’Assemblée Nationale Ecologie Démocratie Solidarité, Matthieu Orphelin et Delphine Batho. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Huile de coco

[La mondialisation dans l'assiette] L'huile de coco, parfois plus impactant sur la biodiversité que l'huile de palme

L'huile de coco, très tendance depuis quelques années dans les pays occidentaux, est perçue comme bonne pour la planète et la santé. Or, une nouvelle étude révèle qu'elle a un impact très néfaste sur la biodiversité, parfois pire que l'huile de palme. Cette dernière est pourtant de plus en plus...

Lait d amande biodiversite impact

[La mondialisation dans l’assiette] Le succès du lait d’amande, un massacre pour les abeilles

C'est un véritable plébiscite. Entre les laits de soja, de noisette, de riz, les laits végétaux rencontrent un succès fulgurant. Le lait d'amande est particulièrement apprécié, mais son impact sur la biodiversité est lourd. Alors que plus des trois quarts des amandes sont produites en Californie,...

Mondialisation dans l assiette tomates

[La mondialisation dans l’assiette] La tomate industrielle, un concentré de dérives

La tomate industrielle, qui représente un quart du marché mondial de ce fruit rouge, est devenue le symbole des dérives de la mondialisation. Entre des concentrés de tomates frelatés, des sauces "Made in Italy" envoyées depuis la Chine, des migrants sous-payés et des systèmes mafieux intenses,...

Champs de betterave Tereos

Le gouvernement veut sauver la filière betterave mais doit autoriser un insecticide dangereux pour les abeilles

Le ministère de l'Agriculture veut autoriser de nouveau l'utilisation de néonicotinoïdes dans la culture de la betterave pour sauver la filière. Cette filière est la première en Europe net emploi 46 000 personnes en France. Mais plusieurs ONG alertent sur un risque pour les abeilles.