Publié le 05 janvier 2020

ENVIRONNEMENT

[Bonne Nouvelle] Une collecte citoyenne permet de racheter un zoo et libérer les animaux

Le zoo de Pont-Scorff qui compte 560 animaux a été racheté par l’ONG Rewild grâce un financement participatif. L’objectif est d’améliorer les conditions de vie des animaux et éventuellement de les rendre à la nature. Le zoo pourrait aussi accueillir les animaux saisis lors du démantèlement de trafics.

Animal Zoo bretagne Rewild
Le zoo de Pont-Scorff près de Lorient abrite 560 animaux.
@Rewild

Fin 2019, la collecte lancée pour racheter un zoo de Bretagne, libérer ses animaux et le transformer en centre de réhabilitation d'animaux sauvages saisis lors du démantèlement de trafics, a dépassé son objectif, affichant le 22 décembre près de 650 000 euros récoltés. Elle a été soutenue dès le départ par le journaliste Hugo Clément, qui présente une nouvelle émission sur France 2 consacrée aux luttes écolos, puis relayée sur les réseaux sociaux par des personnalités comme l'animateur Stéphane Bern ou le comédien Pierre Niney.

Mais l'initiative a reçu un coup de pouce décisif avec un don de 250 000 euros de l'investisseur Marc Simoncini, fondateur de Meetic, annoncé sur Twitter. "On est très contents, on n'aurait pas parié qu'on aurait ce succès aussi vite", la collecte ayant été lancée à peine quelques jours auparavant avec l'objectif de réunir 600 000 euros, a déclaré à l'AFP Lamya Essemlali, coprésidente de Rewild. Cette ONG est à l'origine du projet de rachat du zoo de Pont-Scorff, près de Lorient, et ses quelques 560 animaux.

"Marc (Simoncini) a donné un bon coup de main, mais on avait déjà depuis le début un bel engouement des petits donateurs", assure-t-elle. "L'urgence, c'est de réaménager les lieux pour que les animaux aient de meilleures conditions. Nous allons aussi mener un check-up de santé de tous les animaux". Rewild, coalition de sept associations, avait signé une promesse de vente pour le zoo et avait jusqu'au 31 mai pour réunir la somme nécessaire.

Centre de réhabilitation

La cagnotte va toutefois rester ouverte en ligne pour lever les fonds nécessaires au fonctionnement du zoo le temps de mettre en place le projet économique prévu (restaurant, visites en réalité virtuelle, centre de formation). "Maintenant, le challenge, ça va être de faire vivre le zoo, l'objectif c'est que les gens continuent à nous soutenir", a souligné Lamya Essemlali, alors que le budget de fonctionnement est estimé par les repreneurs à 100 000 euros par mois et qu'il y aura "raisonnablement 5 à 6 mois sans rentrée d'argent".

Le zoo abrite entre autres des lions, éléphants, girafes, pandas roux ou encore des loups. La situation de chaque animal doit être examinée avec "pour priorité un retour à la nature si possible", selon les promoteurs du projet qui veulent aussi transformer l'établissement en "centre de réhabilitation" pour animaux saisis lors du démantèlement de trafics.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

L’Amazonie, en feu, a connu son pire mois de juin depuis 13 ans

Alors que le Brésil subit de plein fouet le Covid-19, un autre drame se déroule en fond, celui de la destruction de la forêt amazonienne. Jamais, depuis 2007, l'Institut national de recherches spatiales n'avait enregistré autant de foyers d'incendies dans cette réserve de biodiversité. Un phénomène...

Vison elevage fin pays bas

[Bonne nouvelle] Les Pays Bas mettent fin à l’élevage de vison après des cas de Covid-19 chez les animaux

Alors que plusieurs visons d'élevage néerlandais ont été contaminés par le Covid-19, transmettant probablement le virus à deux employés, les Pays-Bas ont décidé de mettre fin à l'industrie de fourrure de vison. Le pays, quatrième producteur au monde, devait y mettre un terme en 2024 mais le Covid-19...

Biodiversite istock cco

Pas de relance économique sans prise en compte de la biodiversité

Alors que la pandémie de Covid-19 bouscule l’agenda politique de la biodiversité, les entreprises ne doivent pas attendre pour agir, estime la coalition internationale Business for Nature. Dans une lettre, celle-ci enjoint les patrons à prendre en compte la nature dans leur plan de relance...

Feux de foret crime environnement

Reconnaître le crime d'écocide, est-ce vraiment la priorité ?

Les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) souhaitent que les Français s’expriment, au cours d'un référendum, sur l'intérêt de légiférer sur le crime d’écocide pour sanctionner les atteintes graves à l'environnement. Si les parlementaires français ont rejeté à deux reprises une...