Publié le 09 octobre 2019

ENVIRONNEMENT

Lubrizol : le cauchemar des agriculteurs se prolonge dix jours après l’incendie

Il y a dix jours, une "marée noire" survolait le ciel de Rouen et ses alentours à la suite de l'incendie de l'usine de produits chimiques Lubrizol. Depuis, les agriculteurs ont interdiction de vendre leurs récoltes et les éleveurs doivent jeter des millions de litres de lait. Les pertes financières sont énormes en attendant le résultat des analyses. Si le ministère de l'Agriculture et l'usine Lubrizol se sont engagés à indemniser les agriculteurs, pour l'instant, ces annonces se font attendre. 

L agriculture en berne incendie usine lubrizol LOU BENOIST AFP
Les agriculteurs attendent toujours la levée des restrictions les concernant.
LouBenoist/AFP

Les agriculteurs toujours à l’arrêt. Dix jours après l’incendie de l’usine Lubrizol à quelques kilomètres de Rouen, les restrictions sont maintenues jusqu’au 11 octobre. C’est ce qu’a annoncé le préfet de Seine-Maritime, Pierre-André Durant lors d’une conférence de presse, qualifiant cette semaine de "décisive" concernant les analyses sur les produits agricoles.

Les maraîchers dont la production n’a pas été cultivée sous serre ne peuvent pas vendre leurs récoltes. Même chose pour les éleveurs qui doivent jeter des millions de litres de lait dans leur fosse à lisier pour respecter les restrictions. "En Seine-Maritime, on estime que ce sont 700 000 litres qui sont jetés par jour. Sur les 16 jours minimum que ça peut durer, ça fait déjà plus de 4 millions d'euros de lait jeté. Donc les indemnités vont être faramineuses", témoigne auprès de l’AFP Aline Catoire, vice-présidente de la chambre d'agriculture du département. Selon les Échos, les pertes liées à l’arrêt de la collecte s’élèveraient à 3 millions d’euros.

 

Lubrizol s'engage à aider les agriculteurs lésés

Au total, selon la Fédération nationale des producteurs de lait, plus de 500 éleveurs sont concernés par ces restrictions sur le lait. Cette dernière a décidé de débloquer un million d’euros pour aider les agriculteurs en septembre mais ne réitérera pas l’opération au mois d’octobre. "Il ne s’agit pas de se substituer aux indemnisations des assurances, ni à la responsabilité de l’État… mais bien d’agir dans l’urgence et de pallier les problèmes de trésorerie pour soulager les éleveurs", a indiqué Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL.

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume s’est engagé le 1er octobre à indemniser totalement les 1 800 agriculteurs affectés par les retombées de suie via le Fond de mutualisation du risque sanitaire et environnemental (FMSE). Pour l’instant, aucune indemnisation n’a été effectuée. D’autant que la ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne a déclaré ce 8 octobre sur les ondes de RMC, "La responsabilité première est celle de l’industriel. On est sur un principe de pollueur-payeur et l’industriel devra indemniser les riverains et les agriculteurs".

Vendredi 4 octobre, Lubrizol a indiqué participer à la "réparation des conséquences de l’incendie". Cela comprend notamment une aide "aux agriculteurs dont les récoltes ont pu être touchées par des suies" via un dispositif opérationnel appelé Lubrizol Solidarité. Pour l’instant, les modalités de mises en œuvre sont encore à l’étude. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Champs de betterave Tereos

Le gouvernement veut sauver la filière betterave mais doit autoriser un insecticide dangereux pour les abeilles

Le ministère de l'Agriculture veut autoriser de nouveau l'utilisation de néonicotinoïdes dans la culture de la betterave pour sauver la filière. Cette filière est la première en Europe net emploi 46 000 personnes en France. Mais plusieurs ONG alertent sur un risque pour les abeilles.

Bien etre animal poulet

Des grands patrons de la tech, dont Xavier Niel, souhaitent un référendum sur la maltraitance animale

Plusieurs grands patrons de la tech, comme Xavier Niel de Free et Marc Simonci de Meetic, soutiennent le lancement, avec plusieurs personnalités, journalistes et associations, comme L214, d'un Référendum d'initiative partagée (RIP) sur la cause animale. Interdiction de l'élevage en cage,...

Anne Hidalgo Audrey Pulvar JOEL SAGET AFP

À Paris, Audrey Pulvar, nommée en charge de l’alimentation durable et l’agriculture, suscite (à tort) la polémique

La maire de Paris fraîchement réélue Anne Hidalgo vient de nommer l'ancienne journaliste et présidente de la Fondation pour la Nature et l'Homme Audrey Pulvar adjointe en charge de l’alimentation durable, de l’agriculture et des circuits-courts. Un portefeuille moqué sur les réseaux sociaux alors...

Semences paysanne vente amateur

La France autorise la vente des semences paysannes mais la Commission européenne s'y oppose

Une nouvelle loi permet désormais de vendre des semences paysannes aux jardiniers amateurs. Jusqu'ici, toutes les semences autorisées à la commercialisation devaient être inscrites au cahier officiel selon des critères répondant surtout à l'agriculture intensive. Cette nouvelle est un "grand pas...