Publié le 10 août 2018

ENVIRONNEMENT

La région Nouvelle-Aquitaine boycotte les entreprises responsables de maltraitance animale

La région Nouvelle-Aquitaine a décidé de cesser les financements directs aux entreprises qui maltraitent les animaux. La motion a été votée, à l’initiative des élus écologistes, alors que la loi Alimentation a été vidée de tous les amendements concernant le bien-être animal.

Poules en cage L214
La région Nouvelle Aquitaine, 1ère région agricole d'Europe, ne va plus accorder de financements aux entreprises qui pratiquent l'élevage des poules pondeuses en cage.
@L214

La région Nouvelle-Aquitaine a adopté une motion pour cesser progressivement d’ici la fin de la mandature d’octroyer tout financement direct à des entreprises ou industries qui s’adonneraient à des pratiques de maltraitance animale.

Trois pratiques sont particulièrement visées : le broyage des poussins vivants (50 millions de poussins mâles seraient broyés chaque année en France), la castration à vif et sans anesthésie des porcelets ou encore l'élevage des poules pondeuses dans des cages qui font la taille d’une feuille A4 sous éclairage artificiel.

Aucun amendement favorable aux animaux dans la loi Alimentation

La motion a été déposée en plénière le 26 juin dernier par le groupe Europe Écologie Les Verts, rejoint par le groupe Génération.s, le groupe Radical de Gauche et le groupe Socialiste. "L'adoption de cette motion est un signal politique fort de la première région agricole d’Europe au moment où la loi agriculture passe au Sénat et reviendra bientôt en deuxième lecture à l’Assemblée Nationale", a réagit l’élu vert Nicolas Thierry.

Tous les amendements concernant le bien-être animal ont été rejetés lors de l’examen du texte en première lecture à l’Assemblée le 30 mai dernier. Et les sénateurs qui viennent d’approuver le projet de loi ont suivi la même ligne. L’association L214 déplore ainsi qu’"aucun amendement favorable aux animaux" n’ait été adopté. "La prise en compte de la souffrance animale ne semble (définitivement) pas être une priorité au Sénat", a-t-elle ajouté.  

Concepcion Alvarez @conce1


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Au menu de la loi alimentation : quelques suggestions et beaucoup de réchauffés

Les députés vont adopter le mercredi 30 mai le projet de loi alimentation. Si quelques avancées sont à noter comme l'interdiction du dioxyde de titane ou l'objectif de 50 % de produits bio dans la restauration collective d'ici 2022, l'absence du glyphosate déçoit beaucoup. Le texte va...

Projet de loi alimentation : les associations digèrent mal les promesses non tenues de Macron

Les associations sont unanimes : le projet de loi alimentation manque d'ambition. L'interdiction du glyphosate n'apparaît pas dans le texte. Rien n'oblige la grande distribution à répercuter une hausse des prix sur le revenu des agriculteurs. Quant au bien-être animal, il passe clairement...

Le gouvernement ne compte pas inscrire l'interdiction du glyphosate dans la loi Alimentation

C'était une des promesses d'Emmanuel Macron : interdire sous trois ans le glyphosate en France. Pourtant, cette mesure n'apparaît à aucun moment dans le projet de loi Alimentation en examen actuellement à l'Assemblée nationale. Si Nicolas Hulot y est favorable, le gouvernement s'est...

Loi Alimentation : "Nous sommes arrivés au bout d’un système", Arnaud de Belloy, PDG de Herta

Herta, filiale du groupe Nestlé, est une des marques préférées des Français. Elle est présente dans 8 réfrigérateurs sur 10. Aussi, ses enjeux en termes de responsabilité sont forts : sécurité alimentaire, répartition de la valeur, détournement des consommateurs de la viande… À l’heure de...

Les trois limites de la future loi sur l'agriculture et l'alimentation

Le projet de loi issu des États généraux de l'alimentation est présenté ce 31 janvier en Conseil des ministres. S'il porte de belles ambitions, il risque de se heurter à la réalité. Certes la loi va inverser la construction du prix de vente pour qu'elle tienne compte du coût de production...

La nouvelle loi sur l'alimentation et l'agriculture va coûter 5 milliards aux Français

Selon l'UFC Que Choisir, une des mesures de la nouvelle loi issue des États généraux de l'alimentation va coûter 5 milliards d'euros aux consommateurs. Ce surcoût est dû à la hausse de 10 % du seuil de revente à perte. Il interdit à un distributeur de revendre un produit en dessous du prix...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Accaparement des terres agricoles securite sanitaire depute 01

L'accaparement des terres agricoles, un enjeu de sécurité alimentaire que les députés veulent endiguer

Des surfaces agricoles bétonnées, des exploitations vendues à des investisseurs chinois qui font flamber les prix et favorisent l'agriculture intensive... C'est le constat que dresse un rapport parlementaire sur le foncier agricole. Cela met en péril la sécurité alimentaire de la France et ses...

Pesticide glyphosate palmares

Vaucluse, Réunion, Gironde... Ces départements accros au glyphosate

Dans le Vaucluse, terre viticole, le glyphosate a la cote. C'est le département qui a acheté la plus grande quantité de cet herbicide en 2017 par rapport à sa surface cultivée. Juste devant La Réunion, la Martinique et la Gironde. L'État, qui veut interdire le glyphosate d'ici trois ans, prévoit...

Nicolas Hulot agricultrice emission politique

L'Émission politique : l'agricultrice accusée d'être pro-glyphosate revient sur sa rencontre avec Nicolas Hulot

C’était le 22 novembre dernier. Céline Imart*, agricultrice du Tarn, faisait face à Nicolas Hulot dans l’Émission politique. Entre le glyphosate, la concurrence déloyale, la crise agricole… la productrice a voulu mettre l’ancien ministre de l’Environnement face à ses contradictions. Elle le juge à...

Viande in vitro e cologie pollution

Les États-Unis autorisent la viande in vitro, mais est-elle vraiment moins polluante ?

Les Américains vont pouvoir passer au grill de la viande in vitro. Se pose la question de l'intérêt environnemental de cette viande cultivée en laboratoire issue de cellules animales. Si, contrairement à l'élevage, cette viande dite "propre" émet moins de gaz à effet de serre, elle pourrait être un...