Publié le 27 avril 2020

ÉNERGIE

Sept milliards d’euros pour sauver Air France, qui doit devenir la compagnie aérienne la plus respectueuse de l'environnement

La France est bien décidée à ne pas laisser mourir Air France qui ne réalise aujourd’hui que 2 à 3 % de son activité normale. Pour l'aider, ce sont sept milliards d’euros, sous forme de prêts directs ou bancaires, qui seront mis à disposition de l’entreprise. En échange le ministre de l’Économie, Bruno le Maire attend de l’entreprise un retour en matière de compétitivité et de transition énergétique.

A320 AIr France
Plus de 95 % des vols d'Air France sont annulés pendant le crise du Coronavirus.
@AirFrance

"Il faut sauver notre compagnie nationale", a lancé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire vendredi 24 avril. C’est pourquoi celui-ci a annoncé un plan de sauvetage qualifié d'"historique", alors que plus 95 % de l’activité de l’entreprise est à l’arrêt. L'enveloppe totale est dotée de sept milliards d'euros sous forme de prêts  qui se décomposeront en quatre milliards de prêts bancaires garantis à 90 % par l'État et trois milliards de prêts directs. 

L’Exécutif précise en revanche que tout plan de nationalisation d’Air France est écarté, sachant que l’État français possède 14 % de la société, tout comme les Pays-Bas. De son côté, le ministre des Finances néerlandais, Wopke Hoekstra, a promis 2 à 4 milliards d'euros d'aide publique pour KLM. Au total, le groupe aérien franco-néerlandais va pouvoir compter sur une enveloppe de 9 à 11 milliards d'euros pour traverser la crise historique du secteur aérien.

Pas de "chèque en blanc"

Il s’agit de sauver "les 350 000 emplois directs et indirects qui vont avec", assure le ministre français, tout en précisant que ce soutien "n'est pas un chèque en blanc". "Nous avons fixé des conditions à Air France. Des conditions de rentabilité, car c'est l'argent des Français donc il faut qu'Air France fasse un effort pour être plus rentable et des conditions écologiques. Air France doit devenir la compagnie aérienne la plus respectueuse de l'environnement de la planète. C'est la condition à laquelle je suis le plus attaché".

Une précision de l’Exécutif qui fait suite aux critiques d’ONG et de parlementaires. Dans le cadre de son projet de loi de finance rectificative qui vise une aide de 110 milliards d’euros pour l’économie, 20 milliards sont destinés aux grandes entreprises françaises. De nombreuses voix se sont élevées pour demander des contreparties aux bénéficiaires. C’est un amendement LREM quoi a été adopté. Celui-ci demande que les entreprises "intègrent pleinement et de manière exemplaire les objectifs de responsabilité sociale, sociétale et environnementale dans leur stratégie, notamment en matière de lutte contre le changement climatique".

50 % de CO2 en moins

Pour l’heure, des ONG critiquent la faiblesse des contreparties demandées à Air France, tandis qu’en interne, on assure que l’entreprise est déjà en pointe sur la transition énergétique. Une ambition confirmée par la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne. "J'ai eu un entretien dès la semaine dernière avec les dirigeants d'Air France pour acter les engagements écologiques qui seront pris par la compagnie. C'est à la fois réduire les émissions de CO2 par passager, réduire de 50 % les émissions de CO2 sur les vols domestiques d'ici 2024", explique-t-elle. "Cela passe par un renouvellement de la flotte pour avoir des avions qui polluent moins, l'utilisation de bio-carburants que je soutiens, et une réflexion en France sur le réseau d'Air France en particulier quand il y a des alternatives ferroviaires de moins de 2h30", a-t-elle précisé.

Reste que le cas d’Air France est loin d’être réglé puisque si Ben Smith salue ce soutien public "indispensable", il estime qu’aucun retour à la normale n’est envisagé avant deux ans. "Cela dépendra de la réouverture des frontières, mais aussi du temps qu'il faudra à nos clients pour revenir dans les avions", explique-t-il. En revanche, l'entreprise compte reprendre dès le 11 mai ses vols intérieurs, en particulier à destination de Brest, Bordeaux et Montpellier. 

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Coradia iLint2018 Alstom

La France sur les rails d'une "révolution de l'hydrogène"

Mettre la France en pointe mondiale de l'hydrogène vert : l'ambition du gouvernement a clairement été affirmée lors du premier Conseil national de l'hydrogène fin février. Avec un plan de financement à 7 milliards d'euros, déjà 27 projets soutenus depuis septembre et des premiers trains à propulsion...

Bill Gates Breakthrough Energy CCO

Bill Gates déroule son plan pour réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre

Il reste optimiste. Mais dans son nouveau livre "Climat : comment éviter un désastre", le fondateur de Microsoft s’inquiète de l’immense marche à franchir pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre à zéro. Pragmatique, Bill Gates propose une feuille de route pour lutter contre le...

Pour la première fois, en 2020, le monde a plus investi dans les énergies vertes que dans les fossiles

Cela pourrait ressembler à un point de bascule. Tandis que les énergies renouvelables ont dépassé les 500 milliards de dollars d’investissements en 2020, ceux dans la production de pétrole et de gaz se sont effondrés à moins de 400 milliards de dollars. C’est la première fois que les premiers...

Transition energetique tirelire traite charte energie recours investisseurs istock

La France appelle l’Union européenne à sortir du Traité sur la charte de l’énergie, un texte à haut risque pour la transition

La France appelle l'Union européenne à envisager une sortie du Traité sur la charte de l'énergie (TCE) d'ici la fin de l'année, si le processus de modernisation du texte n'aboutit pas. L'accord, signé en 1994 par l'Europe et les pays de l'ancien bloc soviétique, donne aux investisseurs la...