Publié le 17 octobre 2017

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[INFOGRAPHIE] Rénovation énergétique des bâtiments : où en est la France ?

Au rythme actuel, à peine 500 000 passoires énergétiques auront été rénovées dans le parc privé d’ici 2025 alors que la France en compte plus de 7 millions. Pour atteindre l'objectif de les éradiquer totalement à cette échéance, le gouvernement doit accélérer la cadence et vraiment placer cette question en tête de ses priorités, comme l’avait promis le candidat Emmanuel Macron au printemps dernier.

800px Chantier maison bois pose panneaux facade
50 000 passoires thermiques sont rénovées chaque année dans le privé alors que la loi de transition énergétique en prévoyaient 130 000.

C’était l’une des priorités du candidat Emmanuel Macron : rénover les passoires énergétiques qui sont au nombre de 7,4 millions en France (1), dont 2,6 millions sont occupés par des ménages. Début juillet, dans son plan climat, le ministre de la Transition énergétique, Nicolas Hulot, a rappelé que l’objectif était d'éradiquer la précarité énergétique et de faire disparaître les passoires thermiques d’ici 10 ans. Puis à la rentrée de septembre, le Premier ministre, Édouard Philippe, a réaffirmé que le gouvernement comptait rénover un million de passoires énergétiques durant le quinquennat lors de la présentation de son grand plan d’investissement. Une enveloppe de 9 milliards d’euros y est consacrée.

"Le compte n'y est pas"

Beaucoup de promesses, qui restent pour l’instant peu suivies d’éléments concrets, regrettent les 40 institutions rassemblées au sein de l’initiative Rénovons, lors d’une conférence de presse organisée la semaine dernière. Actuellement, environ 50 000 logements privés occupés par des ménages modestes sont rénovés chaque année, essentiellement via le programme d'aides publiques "Habiter Mieux" de l’Anah (Agence nationale de l'habitat). On est loin des 130 000 visés par la loi de transition énergétique.

"Dans le PLF (projet de loi de finances, NDLR) 2018, on annonce 75 000 logements par an pendant 5 ans via ce dispositif. C'est mieux, mais le compte n'y est pas", pointe Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, pour qui viser les moins favorisés est "déterminant car c'est là qu'on aura le retour sur investissement le plus puissant".

"La lutte contre la pauvreté et le changement climatique sont un seul et même combat", ajoute Laurence Tubiana, cheville ouvrière de l'accord de Paris et présidente de la Fondation européenne pour le climat. "La France, qui veut affirmer son leadership sur le climat, doit être cohérente avec elle-même".

Les membres de Rénovons regrettent le portage politique éclaté sur cette question et appellent le gouvernement à établir une "gouvernance forte". Ils s’inquiètent de la disparition de l’audit gratuit pour les ménages précaires qui permettait justement de les cibler et souhaitent un renforcement du dispositif d’accompagnement pour ces foyers. Par ailleurs, ils ont déposé un recours amiable pour remettre en conformité le décret "décence" issu de la loi de Transition énergétique qui doit imposer un niveau minimum de performance énergétique pour les bailleurs.

Vers un bonus-malus pour les propriétaires

De son côté, le ministère de la Transition énergétique plancherait sur la création d’un "bonus-malus sur le modèle de ce qui existe déjà dans l'automobile", selon un document de travail qu’a pu se procurer Le Parisien. Il s'agirait de taxer plus lourdement le propriétaire d'un logement dont les performances énergétiques sont jugées insuffisantes du fait d'une mauvaise isolation ou d'un système de chauffage obsolète ou polluant. De même, une "obligation de travaux avant toute vente", imposée aux propriétaires, fait partie des pistes évoquées dans le document.

"Rien n'est arrêté", a indiqué le cabinet de Nicolas Hulot, interrogé par l'AFP, en ajoutant "nous sommes dans une logique d'incitation, pas de coercition". Le ministère souhaite ainsi "fixer un horizon de long terme pour tous les propriétaires bailleurs pour qu'ils fassent des travaux dans les logements qu'ils louent". "L'idée, c'est d'accompagner les propriétaires qui souhaitent faire des travaux par des dispositifs d'accompagnement, mais aussi de dire clairement que les propriétaires ont la responsabilité de faire des travaux." Une feuille de route doit être présentée d’ici la fin de l’année après concertation avec tous les acteurs du secteur, y compris les ONG.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Les passoires thermiques désignent les logements étiquetés F ou G sur l’échelle du diagnostic de performance énergétique.


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles