Publié le 04 octobre 2017

ÉNERGIE

Si votre conduite est trop polluante, la vignette Crit’Air connectée vous dénonce

Ce n’est qu’un projet mais qui pourrait faire grand bruit. L’IFPEN regrette que la vignette Crit’air ne note que les émissions théoriques d’un véhicule, alors que la manière de conduire a une forte influence. Aussi, l’institut développe une vignette connectée qui change d’affichage et de couleur selon votre attitude au volant.

Une conduite aggressive peut multiplier par quatre les émissions polluantes selon l'IFPEN.
Nik Key

Ces dernières années, poussée par les pics de pollution à répétition et le scandale du dieselgate, l’administration française a mis en place des dispositifs pour pénaliser les moteurs thermiques les moins performants sur le plan environnemental. C’est ainsi que la vignette Crit’air a par exemple vu le jour. Elle discrimine les moteurs selon leurs niveaux d’émissions polluantes. Si, cette initiative a rencontré un vrai succès, l’IFPEN (Institut Français du pétrole – Énergie Nouvelle) estime qu’il faut aller plus loin et propose le déploiement d’une vignette Crit’air connectée.

"Les politiques de qualité de l’air sont efficaces mais il faut maintenant changer les comportements liés au transport", interpelle Gaëtan Monier, directeur du centre de résultats transport à l’IFPEN. Selon une étude menée par l’institut sur 7 véhicules et 26 conducteurs sur un même trajet, il a été mesuré que la manière de conduire influe massivement sur les émissions polluantes. Avec un comportement agressif (accélérations et freinages brusques, vitesse irrégulière…), l’IFPEN a enregistré des émissions supplémentaires de CO2 jusqu’à 20 %... et de NOx jusqu’à 400 % !

Noter la performance du conducteur

Aussi, l’institut propose de déployer une nouvelle vignette connectée qui reflèterait ces fluctuations. Au lieu de n’indiquer qu’un chiffre allant de 1 à 4 (du moins polluant au plus polluant) reflétant les caractéristiques du moteur, la vignette afficherait aussi une lettre allant de A à E pour indiquer la qualité de la conduite. "Le but est que la vignette comprenne une composante comportementale. Elle verrait sa couleur évoluer en fonction des performances du conducteur", explique Gilles Corde, responsable du programme logiciels et mobilité connectée.

 

La vignette, par un système bluetooth et/ou RFID, communiquerait aussi avec le smartphone du conducteur pour lui apporter des conseils, ainsi qu’avec l’environnement urbain. L’IFPEN, qui développe ce projet entièrement en interne, entend proposer un prototype à la fin du premier semestre 2018. Une fois la démonstration technique faite, "nous échangerons avec le ministère en charge des transports et avec l’Ademe afin d’envisager un éventuel mode de déploiement. Cela pourrait être à une échelle globale, une échelle locale ou à travers des prescriptions d’acteurs clés comme des assureurs", explique Gilles Corde.

Une application déjà fonctionnelle

L’IFPEN ne part pas de zéro sur le sujet. L’Institut a déjà développé avec l’Ademe l’application "Geco Air" qui permet à chaque conducteur de recevoir des conseils en fonction de son mode de conduite et de réduire sa consommation. "L’application Geco Air est parfaitement fonctionnelle et repose sur le volontariat (plus de 4000 téléchargements). Nous voulons extrapoler ce succès avec la vignette connectée", explique Didier Houssin, président de l’IFPEN. "Il va falloir mûrir ce concept pour en faciliter l’acceptabilité sociale", ajoute-t-il.

Pour l’IFPEN, un tel outil de connectivité est une solution de transition en attendant le plein essor des véhicules non émetteurs de CO2 (l’interdiction des véhicules thermique est prévue pour 2040 en France). Aujourd’hui, le transport représente 55 % de la demande pétrolière en France, dont 25 % pour les véhicules individuels. Selon une étude de l’agence européenne de l’Environnement, les émissions de NOx, d’ozone et de particules fines sont responsables de 500 000 décès par an en Europe, "soit 20 fois plus que les accidents de la route", note l’IFPEN.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Pourquoi les JO de Paris 2024 rouleront Toyota et pas Renault

Alors que les JO de Paris 2024 ont été placés sous le signe de l’excellence environnementale, nous ne verrons pas de véhicules électriques à batterie transporter les officiels et les athlètes sur les sites olympiques. Pourquoi ? Car le partenaire automobile officiel du Comité international...

Assises de la mobilité : le covoiturage et le vélo permettraient de réduire les émissions de CO2 de 60 %

Le gouvernement lance aujourd’hui les assises de la mobilité. C’est parti pour trois mois de concertations qui doivent aboutir sur une nouvelle loi d’orientation des mobilités début 2018. L’objectif est de réduire la part de la voiture individuelle pour faire plus de place aux modes de...

En annonçant la fin des véhicules essences et diesel, la Chine impose au monde la voiture électrique

Le ministère chinois de l'Industrie a annoncé qu'il préparait l'interdiction des véhicules à propulsion thermique dans tout le pays. Si l'échéance n'est pas précisée, elle devrait se situer entre 2030 et 2040. La Chine est le septième pays au monde à prendre cette décision. Mais quand on...

Voiture électrique : La France est-elle prête à abandonner l’essence et le diesel ?

Les constructeurs automobiles assurent que la technologie sera au rendez-vous pour répondre à la promesse de Nicolas Hulot de mettre fin aux véhicules thermiques en 2040. Mais ils appellent l’État à assumer sa part de responsabilité en déployant les infrastructures nécessaires à cette...

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Fret ferroviaire relance

Le gouvernement veut développer les "autoroutes ferroviaires" pour favoriser le fret

Le Premier ministre a posé ce lundi 27 juillet les jalons du plan de relance dédié au fret ferroviaire. Jean Castex a ainsi annoncé le développement de trois autoroutes ferroviaires, la gratuité des péages ou encore la relance du train des primeurs Perpignan-Rungis. 20 000 poids lourds pourraient...

Train la relance ne fait attendre

Le transport ferroviaire, devenu un symbole de la transition écologique, attend toujours son plan de relance

Alors que le train signe un retour en grâce porté par la prise de conscience écologique, l'État n'a toujours pas apporté un plan de soutien au secteur, durement touché par la crise. La nouvelle ministre, Barbara Pompili, a assuré qu'un "grand plan de relance pour le ferroviaire" était en...

Rue de rivoli

[Bonne nouvelle] Certaines coronapistes vont pouvoir être pérennisées pour favoriser la mobilité à vélo

C'est une bonne nouvelle pour ceux qui ont pris goût au vélo à la sortie du confinement et pour les cyclistes en général. Le gouvernement a annoncé le lancement d'un appel à projets pour soutenir les collectivités qui voudraient rendre pérennes leurs coronapistes. Celles-ci ont été installées de...

Velotaf mairie de paris

[Bonne nouvelle] La France triple le budget du plan vélo en raison de son succès pendant le déconfinement

Face au succès du vélo depuis le déconfinement, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a annoncé le triplement du budget du plan vélo passant de 20 à 60 millions d'euros. Elle ambitionne de faire de la France une "nation du vélo". Pour célébrer cette nouvelle dynamique elle...