Publié le 13 mai 2019

ÉNERGIE

Les trottinettes électriques vont-elles sauver les villes et la planète ?

Elles font la Une des journaux depuis plusieurs mois, soit pour annoncer le lancement d’un nouveau modèle, l’arrivée d’un énième opérateur, la mise en place de mesures régulant leur usage ou l'expérience d'un crash-test par un assureur. Les trottinettes électriques en plein essor sont souvent vantées pour leur côté écolo, mais sont-elles si vertueuses que cela ?

Selon un sondage, un tiers des utilisateurs de trottinette électrique en libre-service utilisaient la voiture sur des trajets similaires.
@Laurent Tiné/Flickr

Rien qu’à Paris, on recense de 15 000 à 20 000 trottinettes électriques en libre-service que se partagent une dizaine d'opérateurs. Nouveau moyen de déplacement à la mode, elles sont vantées pour leur aspect écologique. Mais si elles n’émettent effectivement aucun polluant en roulant, leur bilan carbone est loin d’être neutre. Ces nouveaux engins posent aussi des questions en termes de précarisation du travail, de sécurité et d’envahissement de l’espace urbain.

1) Leur bilan carbone n’est pas nul

Si les trottinettes électriques n'émettent effectivement aucun gaz polluant en roulant, leur fabrication, elle, génère forcément des gaz à effet de serre. Le gros point noir se situe au niveau de la batterie qui nécessite des matières premières extraites dans des conditions souvent néfastes pour la planète.

Il faut ajouter à cela la pollution engendrée par les véhicules - souvent des camions roulant au diesel - qui collectent les trottinettes ainsi que l’énergie utilisée pour les recharger. A priori, le mix électrique français majoritairement nucléaire ne devrait pas trop gonfler le bilan carbone, mais une polémique sur Twitter a récemment montré que certaines trottinettes étaient rechargées à l'aide de générateurs à essence.

Autre aspect négatif, leur durée de vie limitée. Selon une étude américaine menée dans le Kentucky, celle-ci serait de 28 jours en moyenne. En cause, des trottinettes peu résistantes et victimes de nombreuses incivilités. La startup américaine Lime, présente en France depuis juin 2018, s'est engagée à ce que le bilan carbone de sa flotte devienne 100 % neutre en rachetant des crédits d’énergie renouvelable.

2) Elles améliorent le report modal et l’intermodalité

Selon un sondage Odoxa pour Lime publié début avril, 59 % des clients de la startup indiquent avoir remplacé, au moins partiellement, leur utilisation de véhicules motorisés individuels. Ils sont 47 % à moins utiliser leur scooter ou moto et 12 % à l'avoir totalement remplacé. Un tiers des clients déclarent que la trottinette leur permet de faire des parcours qu'ils faisaient en voiture auparavant. Ils sont même 10 % à affirmer ne plus utiliser leur voiture. Par ailleurs, 23 % disent systématiquement utiliser la trottinette en complément d’un autre mode de transport et 62 % le font de temps en temps. Cela permet de réduire les embouteillages et la congestion dans les transports en commun.

3) Elles sont dangereuses mais leur usage commence à être encadré

Les accidents en trottinettes ont bondi de 23 % en 2017, faisant cinq morts et 284 blessés. Un bilan qui devrait encore s’alourdir avec l’explosion de leur utilisation. Cela a poussé le gouvernement à légiférer. À partir de la rentrée prochaine, la circulation en trottinette électrique sera interdite sur les trottoirs au profit des pistes cyclables. Et comme à vélo, les usagers ne pourront pas avoir d’écouteurs et devront porter un casque s’ils sont âgés de 8 à 12 ans. En complément, de nombreuses applications organisent des campagnes de responsabilisation des conducteurs, recommandent l'utilisation du casque et vont même jusqu’à en offrir à leurs clients.

4) Elles envahissent l’espace public

Outre leur dangerosité, les trottinettes électriques sont fustigées parce qu’elles envahissent nos trottoirs. Ce lundi 13 mai, la Mairie de Paris reçoit les opérateurs de trottinettes pour leur faire signer une charte de bonne conduite. Les signataires (la ville et les opérateurs) devront s'engager à "mettre leurs trottinettes dans des emplacements dûment spécifiés et répertoriés, qui ne gênent en aucun cas la circulation des piétons", au risque de les retrouver à la fourrière. Une centaine d’enlèvements de trottinettes mal garées ont déjà eu lieu dans la capitale. Par ailleurs, la Ville va mettre en place une redevance de 50 à 60 euros par trottinette pour l’occupation de l’espace public. Celle-ci doit servir à financer des zones de stationnement dédiées. 2 500 devraient voir le jour d'ici la fin de l'année. 

5) Elles participent à l’ubérisation du travail

La multiplication des flottes de trottinettes électriques a créé un nouveau métier, celui de "juicer" ou chargeur de trottinettes. Le principe est simple : plus ils rechargent de trottinettes, plus ils gagnent d’argent. Il faut donc être rapides et parfois un peu aventurier pour en récupérer le plus possible avant les autres, dans des endroits parfois insolites, puis les ramener chez soi avant de les redéployer au petit matin. Une trottinette rechargée peut rapporter entre cinq et dix euros. Mais à cela il faut retirer les frais d’électricité et les charges car ces "juicers" sont le plus souvent des auto-entrepreneurs qui trouvent là un moyen d’arrondir leurs fins de mois. À quel prix... 

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Manifestation Anti SUV de Greenpeace en Allemagne DanielMuller Greenpeace

Salon de Francfort : Greenpeace dénonce l'impact de l'automobile sur la planète

Près d'un dixième des émissions mondiales de gaz à effet de serre. C'est, selon l'ONG environnementale Greenpeace, le bilan carbone 2018 de l'industrie automobile, pointée du doigt pour son impact sur l'environnement. Un calcul choc juste avant le lancement du salon automobile de Francfort, en...

Les francais prennent de plus en plus le train

Record de voyageurs en train : le patron de la SNCF y voit une prise de conscience écologique

C'est un succès pour Guillaume Pepy. Le président de la SNCF a annoncé un trafic record de 26 millions de passagers cet été. Pour lui, pas de doute, cette croissance s'explique par une prise de conscience écologique de la part des Français, au détriment de l'avion. Le flygskam, la honte de prendre...

Porte conteneurs Jules Vernes CMA CGM CMCGM

Le troisième transporteur mondial, CMA CGM, s’engage à ne jamais emprunter les voies maritimes de l’Arctique

À la faveur du réchauffement climatique, la fonte des glaces de l'Arctique ouvre de nouvelles voies maritimes plus rapides et plus économes passant, entre autres au nord de la Sibérie. Si les transporteurs se saisissent de cette opportunité, le français CMA CGM s'engage à ne pas y avoir recours. Le...

Tunnel Lyon Turin LGV France Italie NicolasLiponne NurPhoto

La ligne grande vitesse Lyon-Turin fait dérailler la majorité italienne

La ligne à grande vitesse (LGV) entre Lyon et Turin est un vieux projet controversé. Conçu pour traverser les Alpes afin de faciliter les échanges entre les deux pays, le chantier est pharaonique puisqu’il s’agit, entre autres, de forer un tunnel de 57 kilomètres ! Le retard est si considérable que...