Publié le 16 avril 2022

ÉNERGIE

Laura Foglia, The Shift Project : "Avec la ville du quart d’heure, il faut rendre désirable un imaginaire lié à la vie de proximité"

À l’occasion de l’élection présidentielle, Novethic se penche sur ces débats oubliés, ceux qui n’occupent pas le terrain médiatique mais qui sont pourtant vitaux. Zoom aujourd'hui sur la mobilité durable avec Laura Foglia, responsable de projets Mobilité au sein du Shift Project. Le think tank a publié secteur par secteur un plan de transformation de l’économie pour atteindre la neutralité carbone.

Laura Foglia Shift Project Mobilites Ottoiz
Laura Foglia est responsable de projets Mobilité au sein du Shift Project.
@OTTOIZ

Selon vous, la question de mobilité durable ne devrait pas se résumer aux seuls moyens de se déplacer mais il faudrait aussi intégrer le raccourcissement des distances. Par quoi cela passe-t-il ?

Cela passe par la remise en cause du modèle d’urbanisation qui s’est développé après la seconde guerre mondiale, ce qu’on appelle communément "les années voiture". Avec la hausse de la population, la périurbanisation s’est généralisée et beaucoup d’espaces ont été conçus au service de la circulation automobile. Dans le même temps, les lieux d’activités, les centres commerciaux, les zones industrielles, ont été délocalisés à l’extérieur des centres-villes. Aujourd’hui, il est très difficile de revenir en arrière car les habitudes sont ancrées.

Mais une politique de mobilité durable nécessite de réduire les distances car les gains en termes d’émissions de CO2 enregistrés sur les véhicules ont été plus que compensés par l’augmentation des distances. Rien que pour la mobilité quotidienne, nos trajets ont augmenté de 50 % par rapport aux années 80. Et pour la mobilité en général, quotidienne et longue distance, les distances ont été multipliés par 4,7 depuis les années 60. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire du report modal vers des modes de transport moins carbonés, mais il s’agit de ne pas oublier la composante essentielle des distances parcourues.

Que peut-on faire pour recréer de la proximité justement ?

Beaucoup d’actions sont possibles. Par exemple, sur les projets à venir, nous pourrions introduire des moratoires sur les zones commerciales ou d’activités qui se trouvent en dehors des centres-villes, loin des transports en commun existants ou inaccessibles en vélo ou à pied. Par exemple, on pourrait décider de ne pas soutenir une entreprise qui s’implante loin du centre et de tout réseau de transports en commun, en raison du prix du foncier. Or, ce qui se passe bien souvent, c’est que l’entreprise, une fois installée, demande aux autorités publiques la mise en place de solutions de transports. Dans ce cas de figure, c’est le collectif qui se met au service du profit privé. Cette logique doit être inversée.

Pour ce qui est de l’existant, il faut réintroduire des services de proximité, des magasins, des écoles, des possibilités de travailler et miser sur la mixité fonctionnelle des espaces. Il faut pouvoir accéder aux services de base sans avoir recours à sa voiture même dans les zones les moins denses. La ville du quart d’heure, défendue par de nombreuses personnalités, résume assez bien ce principe mais il faut que ce soit un quart d’heure réalisé en mode décarboné, à pied ou en vélo.

Comment rendre ce modèle désirable ?

Aujourd’hui, l’un des points noirs de la mobilité ce sont les SUV (ils sont les deuxièmes contributeurs à la hausse des émissions de CO2 devant les avions ou les navires, ndr). Il faudrait réussir à inverser la tendance en régulant par exemple leur publicité et réfléchir au fait que posséder un SUV n’est pas très raisonnable face aux crises énergétiques qui vont se multiplier. Il devient de plus en plus stratégique de donner envie de se déplacer avec des véhicules plus légers, à vélo ou à pied. Il faut réorienter le désir vers autre chose que faire des kilomètres. Un exemple encourageant nous vient du vélo, qui a été longtemps ringardisé et dévalorisé car la modernité était incarnée par la voiture. Aujourd’hui, il connaît une évolution à contre-courant avec une explosion des ventes. Il faut rendre désirable un imaginaire lié à la vie de proximité.

Propos recueillis par Concepcion Alvarez @conce1

*Guide pour une mobilité quotidienne bas-carbone, publié par The Shift Project et coordonné par Laura Foglia.


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les SUV sont les deuxièmes contributeurs à la hausse des émissions de CO2 devant les avions ou les navires

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) alerte sur l'impact carbone des SUV. Les ventes de ces 4x4 urbains ont explosé depuis 2010 à tel point qu'ils sont les deuxièmes contributeurs à la hausse des émissions de CO2 ces dernières années, derrière le secteur de l'énergie mais devant les...

Plus d'un Français sur quatre a du mal à se déplacer : la précarité mobilité expliquée en une infographie

Plus d'un Français sur quatre rencontre des difficultés à se déplacer. C'est ce que révèle le nouveau baromètre des mobilités du quotidien, publié par Wimoov et la Fondation pour la nature et pour l'Homme. 13,3 millions de Français seraient concernés par cette précarité mobilité en raison...

Mobilité : l’infographie qui casse certains préjugés sur la voiture et le vélo

La voiture reste le mode de transport privilégié des Français selon la dernière enquête de l'Insee. Celle-ci dévoile des enseignements intéressants, à contre-courant de certains préjugés qui voudraient par exemple que la voiture soit l'apanage des plus modestes ou que le vélo soit réservé...

[Infographie] Mobilités du quotidien : les Français "prisonniers" de la voiture malgré une prise de conscience écologique

La révolte des Gilets Jaunes contre la hausse de la taxe carbone sur les carburants a fait apparaître une véritable fracture sur la question des transports. Si la voiture reste le principal mode de déplacement des Français, beaucoup en sont prisonniers, faute d'offres alternatives. C'est...

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Trafic automobile voitures pollution air istock

L’industrie automobile en route vers l’électrification peine encore à changer de modèle

L’industrie automobile apparaît bien engagée pour passer au véhicule électrique, les annonces en ce sens se multipliant sous l'effet du durcissement des normes. Mais la transition se passe moins facilement qu'il n'y parait car les constructeurs automobiles demeurent encore bien accros au moteur...

Sncf alstom

Le secteur ferroviaire s'organise pour rendre le train plus écologique et accessible

Le train est la star de la mobilité écologique. Pourtant, le secteur ferroviaire français doit faire face à plusieurs défis, notamment le vieillissement du réseau. Pour y faire face, l'association Care accompagne des PME sous-traitantes d'Alstom pour qu'elles gagnent en efficacité. À terme, la...

Plan velo france unsplash

Un nouveau plan, doté de 250 millions d’euros, vise à faire de la France "la nation du vélo"

Le plan vélo, dont le succès n'est plus à démontrer, est prolongé. En 2023, ce sont 250 millions d’euros qui vont être débloqués pour soutenir les aides à l’achat de bicyclettes, développer les aménagements cyclables ou encore former les plus jeunes à la pratique. Le dispositif, qui fête son...

Trains gratuits espagne mobilite durable THOMAS COEX AFP

Espagne : des trains gratuits pour encourager la mobilité durable et lutter contre l’inflation

Prendre le train gratuitement, c’est maintenant possible pour des milliers d’Espagnols. Face à l’augmentation des prix du carburant, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures visant à favoriser l’usage des transports publics jusqu’à la fin de l’année 2022. Un dispositif bon pour le porte-monnaie...