Publié le 24 juin 2017

ÉNERGIE

[LA VIDEO] Les taxis du futur survolent la Seine

Ceci n'est pas de la science-fiction. Des Sea Bubbles, des taxis électriques volant au-dessus de l'eau, devraient bien circuler à Paris d'ici 2 ans. Les premiers tests ont eu lieu la semaine dernière sur la Seine. Un vrai pari écologique pour désengorger la capitale.


SeaBubbles

Ce n’est qu’un prototype mais il est déjà impressionnant. Le premier exemplaire des Sea Bubbles, littéralement Bulles de mer, a passé son premier test sur la Seine mercredi 14 juin à Paris. Cette voiture volante a été inventée par le skipper Alain Thébaut. Objectif : "zéro émission de CO2, zéro bruit et zéro vague".

Les Sea Bubbles sont "propulsées par deux moteurs électriques, situés dans la coque, qui lui permettent de voler sur l’eau en utilisant le phénomène de portance hydrodynamique", explique l'entreprise française. "Le flux d’air au-dessus de l’aile aspire l’engin vers le haut et lui permet donc de se soulever et de rester en l’air."

"C’est silencieux, c’est confortable, c’est ludique", s’est enthousiasmé Anne Hidalgo. La maire de Paris a en effet pu tester ce taxi volant deux jours après les premiers essais. D’ici deux ans, Sea Bubbles espère que plusieurs de ces embarcations volantes circuleront sur la Seine et désengorgeront les rues de la capitale. "Les agglomérations dépendantes des véhicules à énergies fossiles sont étouffées par la pollution de l’air et la pollution sonore", justifie l'entreprise Sea Bubbles.

En septembre, les Parisiens pourront tester quatre prototypes

Concrètement, des docks d’amarrage seront aménagés au bord des quais grâce à des flotteurs immergés. Ils permettront de recharger les embarcations. "Ils seront parfaitement autonomes avec une production d'électricité à partir d'énergies renouvelables".

Les tarifs devraient être équivalent aux taxis classiques soit environ 18 euros par véhicule pour traverser Paris. À partir du 20 septembre le grand public aura d'ailleurs l’occasion de tester, pendant 10 jours, quatre prototypes installés près du musée d’Orsay. L’occasion de se familiariser avec ces taxis du futur. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Greve ratp questions

Chaos dans les transports publics : le pari risqué de l'ouverture à la concurrence

Journées de 13 heures, conflits à gérer, salaires jugés insuffisants... Les salariés des transports en commun en Île-de-France craignent une dégradation de leurs conditions de travail, déjà difficiles, avec l'ouverture à la concurrence. Celle-ci se déroule progressivement, sous le signe d'une...

Galere transports franciliens

Bus, métros, RER... Les difficultés s'accumulent sur le réseau de transport francilien, freinant la décarbonation de la mobilité

Alors que les transports en commun sont la clé de la décarbonation, le réseau francilien est au bord du chaos. Attentes interminables, foule qui se presse aux portes, rames bondées... Le service, réduit pendant la pandémie de Covid-19, n'a pas repris à 100%. Pourtant, les besoins augmentent chaque...

Covoiturage ecov ligne

Plan covoiturage : le gouvernement veut en faire un transport en commun comme les autres

Le covoiturage prend sa place dans l'arsenal de la mobilité durable et partagée. 150 millions d'euros lui sont alloués par le gouvernement pour tripler son usage d'ici 2027. Lignes de covoiturage avec arrêts dédiés, voies réservées, plateformes en ligne... Tous les moyens sont bons pour encourager...

Trafic automobile voitures pollution air istock

L’industrie automobile en route vers l’électrification peine encore à changer de modèle

L’industrie automobile apparaît bien engagée pour passer au véhicule électrique, les annonces en ce sens se multipliant sous l'effet du durcissement des normes. Mais la transition se passe moins facilement qu'il n'y parait car les constructeurs automobiles demeurent encore bien accros au moteur...