Publié le 16 octobre 2018

ÉNERGIE

Les grands industriels pétroliers et gaziers s’engagent à réduire leurs émissions de méthane

C’est un nouveau pas dans la lutte contre le changement climatique. Total, BP, Shell ou encore Exxon s’engagent à limiter leurs fuites de méthane dans l’atmosphère, un gaz au pouvoir réchauffant bien plus important que le CO2. C’est le premier objectif collectif fixé par la Oil and Gas Climate Initiative créée en 2014.

Gaz Installation gaziere iStock
Le secteur des hydrocarbures représente 20 % des émissions mondiales de méthane.
iStock

Les membres de l’Oil and Gas Climate Initiative (OGCI) se fixe un premier seuil visant à limiter les émissions collectives de méthane. L’objectif est de passer de 0,32 % à 0,25 % de méthane émis à partir du gaz vendu d’ici 2025. Cela reviendrait à faire baisser les émissions collectives de méthane de 350 000 tonnes par an contre 75 millions émises chaque année.

L’OGCI réunit les grandes majors pétrolières et gazières, comme Total, BP, Saudi Aramco, mais aussi, depuis peu, Chevron, Exxon et Occidental Petroleum. Elles représentent 30 % de la production pétrolière et gazière mondiale.

20 % des émissions mondiales

"Notre ambition est de nous rapprocher de l’objectif 'zéro émission de méthane' sur l’ensemble de la chaîne de valeur du gaz, conformément aux objectifs fixés dans l’Accord de Paris. Nous avons choisi de nous doter d’une ambition concrète, réalisable et mesurable, afin que le gaz naturel puisse exprimer son plein potentiel dans un avenir à faibles émissions", ont déclaré les dirigeants des membres de l’OGCI.

Une annonce qui vient contrebalancer la décision de l'Agence de protection de l'environnement américaine de proposer un assouplissement des règles encadrant les fuites de méthane. Pourtant, selon un rapport publié fin août, ces mesures ont permis la réparation de 73 000 fuites de méthane au cours des trois dernières années. Alors que les vaches sont souvent pointés du doigt pour leur impact environnemental, l’industrie des hydrocarbures est responsable de 20 % des émissions de méthane mondiales contre 24 % pour l’agriculture.    

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Donald Trump Energie Charbon Coal SaulLoeb AFP

[Bonne Nouvelle] Centrales à charbon : l’excellent bilan CO2 de Donald Trump !

Donald Trump avait promis de relancer l’industrie du charbon aux États-Unis, grande pourvoyeuse d’emplois. Mais face à la concurrence du gaz de schiste et des renouvelables, les incitations n’ont pas suffi et 50 tranches ont déjà fermé leurs portes depuis 2015 et 289 depuis 2010.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail

Les projets d’investissement des compagnies pétrolières et gazières mettent en péril les objectifs climatiques

L’industrie pétrolière et gazière prévoit d’investir près de 5000 milliards de dollars dans les dix ans pour explorer de nouvelles ressources potentielles. Des projets qui sont "aux antipodes" des objectifs climatiques définis par l’Accord de Paris, selon un rapport de l’ONG Global Witness. Selon le...

Extraction gaz Saudi Aramco Arabie Saoudite champs de Shaybah SaudiAramco

Et l’entreprise la plus rentable au monde en 2018 est… le pétrolier Saudi Aramco

111,1 milliards de dollars, tels sont les bénéfices enregistrés par le plus grand pétrolier de la planète en 2018, Saudi Aramco. Soit un tiers de plus que les autres grands pétroliers cumulés ! La plus grande entreprise d’Arabie Saoudite a pour la première fois ouvert ses comptes aux agences de...

Castle Gate Power Plant Utah CC0 David Jolley

Le nombre de centrales à charbon recule partout dans le monde sauf en Chine

C'est une bonne nouvelle en demi-teinte. Selon un tout nouveau rapport, le charbon continue de reculer dans le monde : le nombre de projets a baissé de 60 % depuis 2015 et le nombre de centrales en développement s'est même réduit de 84 % depuis trois ans. Y compris les États-Unis de Donald Trump...