Publié le 16 octobre 2018

ÉNERGIE

Les grands industriels pétroliers et gaziers s’engagent à réduire leurs émissions de méthane

C’est un nouveau pas dans la lutte contre le changement climatique. Total, BP, Shell ou encore Exxon s’engagent à limiter leurs fuites de méthane dans l’atmosphère, un gaz au pouvoir réchauffant bien plus important que le CO2. C’est le premier objectif collectif fixé par la Oil and Gas Climate Initiative créée en 2014.

Gaz Installation gaziere iStock
Le secteur des hydrocarbures représente 20 % des émissions mondiales de méthane.
iStock

Les membres de l’Oil and Gas Climate Initiative (OGCI) se fixe un premier seuil visant à limiter les émissions collectives de méthane. L’objectif est de passer de 0,32 % à 0,25 % de méthane émis à partir du gaz vendu d’ici 2025. Cela reviendrait à faire baisser les émissions collectives de méthane de 350 000 tonnes par an contre 75 millions émises chaque année.

L’OGCI réunit les grandes majors pétrolières et gazières, comme Total, BP, Saudi Aramco, mais aussi, depuis peu, Chevron, Exxon et Occidental Petroleum. Elles représentent 30 % de la production pétrolière et gazière mondiale.

20 % des émissions mondiales

"Notre ambition est de nous rapprocher de l’objectif 'zéro émission de méthane' sur l’ensemble de la chaîne de valeur du gaz, conformément aux objectifs fixés dans l’Accord de Paris. Nous avons choisi de nous doter d’une ambition concrète, réalisable et mesurable, afin que le gaz naturel puisse exprimer son plein potentiel dans un avenir à faibles émissions", ont déclaré les dirigeants des membres de l’OGCI.

Une annonce qui vient contrebalancer la décision de l'Agence de protection de l'environnement américaine de proposer un assouplissement des règles encadrant les fuites de méthane. Pourtant, selon un rapport publié fin août, ces mesures ont permis la réparation de 73 000 fuites de méthane au cours des trois dernières années. Alors que les vaches sont souvent pointés du doigt pour leur impact environnemental, l’industrie des hydrocarbures est responsable de 20 % des émissions de méthane mondiales contre 24 % pour l’agriculture.    

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

[Coronavirus, le jour d’après] De l’urgence de sevrer la planète des énergies fossiles pour éviter de nouvelles crises

Alors que la baisse du prix du pétrole pourrait inciter certains à freiner la transition énergétique, plusieurs experts rappellent l’urgence de se tourner vers les énergies renouvelables. Outre le risque climatique, il s’agit aussi d’éviter une nouvelle crise planétaire due à des tensions sur l'or...

Baleine franche australe grande baie australienne Dr Haus Wikipedia

Le pétrolier norvégien Equinor renonce à chercher du pétrole dans la Grande Baie australienne, sanctuaire de biodiversité

Après BP et Chevron, le Norvégien Equinor annonce l’abandon de ses projets d’exploration pétrolière dans la Grande baie australienne, au sud du pays, où vivent baleines, requins blancs et cachalots. Le groupe met en avant un manque de rentabilité mais il s’agit aussi de se mettre en cohérence avec...

Charbon vs eolien solaire istock

600 milliards de dollars d’actifs charbon menacés à cause de la compétitivité des énergies renouvelables

Le think tank Carbon Tracker International a comparé les coûts de l'éolien et du photovoltaïque à celui du charbon. Il en conclut qu'il est d'ores et déjà plus rentable d'investir dans nouvelles capacités renouvelables que dans de nouvelles centrales à charbon. Investir dans les énergies...

Instalation photovoltaique Johnson et johnson Sunpower

Plus renouvelable et plus nucléaire, l’énergie mondiale voit ses émissions de CO2 se stabiliser en 2019

Après deux années de hausse, les émissions de CO2 liées à l'usage de l'énergie se sont stabilisées dans le monde en 2019. Une évolution expliquée par le développement des énergies renouvelables dans les économies développées, a indiqué le 11 février l'Agence internationale de l'énergie (AIE).