Publié le 04 janvier 2019

ÉNERGIE

Sortie du charbon en 2022 : un casse-tête social et technique

En pleines fêtes de Noël, les salariés des centrales à charbon de Gardanne dans les Bouches-du-Rhône et de Saint-Avold en Moselle, apprenaient que leurs usines allaient bientôt tomber entre les mains du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Alors que leur fermeture a été actée pour 2022, ce rachat met en lumière les difficultés sociales et techniques pour tenir un tel objectif.

La centrale à charbon de Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône, doit fermer ses portes en 2022.
@Foudebassans / Wikipédia

En écho aux Gilets jaunes, une autre gronde a émergé en France tout au long du mois de décembre, avec une mobilisation nationale le 13 décembre à Paris. Elle vient des salariés du charbon, dont les usines sont condamnées à la fermeture en 2022, au nom de la transition énergétique.

Il reste aujourd’hui quatre centrales au charbon dans l’Hexagone. Deux sont exploitées par EDF et se trouvent à Cordemais, en Loire-Atlantique, et au Havre, en Seine-Maritime. Les deux autres sont gérées par l’Allemand Uniper (ex-E.on) et sont situées à Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône, et à Saint-Avold, en Moselle.

Ces-dernières font actuellement l’objet de négociations de rachat avec EPH, dont le principal actionnaire est le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Le groupe, créé en 2009, a fait fortune en rachetant des actifs charbonniers proches de la fermeture, à contre-courant de la transition énergétique. En quelques années, il est devenu le deuxième émetteur de gaz à effet de serre en Europe, derrière le géant allemand RWE.

Bombe à retardement

Pour les Amis de la Terre, ce rachat constitue une bombe à retardement. "Lobbying agressif, baisse des coûts de production, pression sur les salariés et les sous-traitants, compensations financières... EPH est le spécialiste des combines pour repousser la date de fermeture de ses actifs et faire un maximum de profit en peu de temps, sans se soucier des salariés ni préparer leur avenir et anticiper leur reconversion", explique Cécile Marchand, chargée de campagne climat au sein de l’ONG.

De son côté, EPH précise qu'il est "tout à fait conscient de l'aspect social" du dossier. "La fermeture des centrales demandera une réorganisation et la définition d'une nouvelle stratégie", souligne le groupe basé à Prague. À partir du 8 janvier, le comité central d'entreprise sera réuni en vue du rachat. Dans le même temps, sera engagé le processus d’autorisations administratives.

Jeu de Monopoly

Sur le terrain, les salariés craignent un démantèlement de leur entreprise. Car, outre les deux centrales à charbon, EPH va aussi récupérer deux unités à gaz qui devraient passer sous le giron de Total. Le pétrolier français a en effet confirmé avoir signé un accord avec EPH pour acquérir ces centrales au 1er janvier 2020.

"Si cela s'avère vrai, la stratégie d'EPH apparaît clairement : ils viennent pour démanteler et faire du business à court terme, s'inquiète Nadir Hadjali, secrétaire général CGT à la centrale de Gardanne. Le syndicat s'oppose à ce jeu de Monopoly où les salariés sont passés en perte et profit." Sur place, une grève a démarré le 7 décembre. Les salariés appellent à un moratoire sur la fermeture des centrales pour préparer la reconversion. Mais ils se sont vu adresser une fin de non-recevoir par le gouvernement. Au total, 5 000 emplois directs et indirects seraient menacés par la fermeture des quatre sites.

La date de 2022 est théorique et très incertaine  

"Ce que le rachat des actifs d’Uniper par EPH met en lumière c’est finalement le risque social qui a toujours pesé sur la fermeture des centrales à charbon, analyse Nicolas Goldberg de Columbus Consulting. Mais il y a aussi le risque sur le réseau qu’EPH ne manquera pas de mettre en avant pour décaler la date de 2022. Car cette date est avant tout théorique et présente beaucoup d’incertitudes".

Dans son dernier bilan énergétique, RTE a conditionné cet objectif à une longue série de critères, parmi lesquels la fermeture des deux réacteurs de Fessenheim (Haut-Rhin), le lancement du réacteur EPR de Flamanville (Manche) "hors période hivernale", donc à l'été 2020, et la mise en service de la centrale au gaz de Landivisiau dans le Finistère.

Tout autant de brèches qui vont permettre à EPH de négocier avec le gouvernement et ainsi rentabiliser son investissement de départ, dont le montant n’a pour l’heure pas été dévoilé … "Le groupe tchèque a vraiment tout à gagner à racheter les deux centrales françaises pourtant vouées à la fermeture", conclut Nicolas Goldberg.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le milliardaire Daniel Kretinsky va racheter deux centrales à charbon en France, dont la fermeture est prévue pour 2022

Le groupe d'énergie allemand Uniper a annoncé qu'il s'apprête à négocier la vente de l'ensemble de ses activités françaises à EPH, une holding dans l'énergie aux mains du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Ce dernier a fait fortune en rachetant des centrales à charbon à travers...

Daniel Kretinsky, la face cachée du désengagement du charbon

Beaucoup d’énergéticiens ne ferment pas leurs centrales à charbon pour favoriser la transition énergétique. Ils les vendent. C’est là que l’on retrouve l’homme d’affaires Tchèque Daniel Kretinsky. L’homme s’est bâti une fortune en profitant de ces entreprises qui voulait en toute hâte...

Le Tchèque EPH, nouvel épouvantail du charbon

La solution est parfois pire que le mal. Alors que le Suédois Vattenfall a décidé de céder ses actifs charbonniers au Tchèque EPH, les élus et associations écologistes dénoncent un fiasco. Ils appellent à fermer les mines et les centrales plutôt qu’à les céder à une entreprise très...

[Infographie] Le charbon, toujours la première source d'électricité dans le monde

On parle de lui comme une énergie du passé et on assure que 40 % des centrales ne seraient même pas rentables à travers le monde. Pourtant, le charbon reste encore le principal moyen de produire de l’électricité et, alors que sa consommation s’est accrue en 2017, elle devrait encore...

108 centrales à charbon menacées de fermeture en Europe

Une étude de l’IEEFA (Institute for energy economics and financial analysis), publiée le 8 mai, révèle que 108 centrales à charbon en Europe, représentant 55 GW, sont potentiellement menacées de fermeture car elles dépassent de plus de 40 % les nouvelles normes de pollution atmosphérique...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Baisse historique du charbon dans la production électrique mondiale en 2019

C'est un premier signal positif de la mutation qu'est entrée d'opérer le secteur énergétique vers un monde bas-carbone. Le charbon est en passe de connaître un recul historique dans la production électrique mondiale en 2019, selon les premières estimations de Carbon Brief. L'Union européenne, les...

Centrale charbon chine Kleineolive

À la veille de la COP25, la Chine pointée du doigt pour son addiction au charbon

Après la sortie officielle des Etats-Unis de l'Accord de Paris, c'est un bien mauvais signal envoyé à la communauté internationale à quelques jours de la COP25. Dans un nouveau rapport du Global Energy Monitor, la Chine est de nouveau pointée du doigt pour sa production électrique au charbon. Après...

Export : la France officialise la fin des aides au charbon, mais préserve le pétrole et le gaz

Dans le projet de loi de Finances 2020, voté par les députés en première lecture mardi 15 novembre, le charbon est désormais officiellement exclu des garanties à l'export, à quelques exceptions près. Il est rejoint par les hydrocarbures non conventionnels et le torchage de routine, qui sont...

Divest invest go fossil free 350 org fossil free

[Génération climat] Les jeunes mettent les énergies fossiles au ban et ça marche !

Ce qui a démarré par la révolte d’une poignée d’étudiants américains est devenu en quelques années un mouvement international baptisé "Go Fossil Free" (Sortir des énergies fossiles). Aujourd’hui, il se targue de réunir plus de 1 100 institutions, pesant 11 500 milliards de dollars, et 58 000...