Publié le 15 novembre 2018

ÉNERGIE

Il serait périlleux pour la France d’anticiper la fermeture des centrales à charbon et des réacteurs nucléaires, selon RTE

La France pourra fermer ses centrales à charbon d'ici 2022, suivant l'engagement d'Emmanuel Macron, mais à condition de ne pas arrêter de nouveau réacteur nucléaire d'ici cinq ans, a prévenu le gestionnaire du réseau d'électricité (RTE) dans un rapport sur la sécurité d’approvisionnement du pays d’ici 2023.

Centrale à charbon de Saint-Avold en Lorraine.
@DR

Ce constat du gestionnaire français du réseau de transport électrique (RTE) n’est pas lancé au hasard. Il intervient quelques jours avant que le gouvernement ne publie sa programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui doit donner la feuille de la route de la France jusqu’à 2028. La fermeture d’actifs nucléaire et fossile sera au cœur de ce document.

Toutefois, François Brottes, le Président de RTE, filiale autonome d’EDF, prend des précautions face à ceux qui l’accuseraient de lobbying : "Ce sont des hypothèses réalistes, nous n’inventons rien". Comprendre : la PPE doit aussi se soumettre à la réalité physique du réseau énergétique. Il ajoute :  "Ce n'est pas notre rôle, à RTE, de faire la PPE", se contentant d’assumer un rôle "d'éclaireur" pour les décideurs.

Des marges en 2020… pas avant

Selon son rapport sur la sécurité d'approvisionnement 2018-2023, "après l'hiver 2020, des marges de sécurité devraient réapparaître" et permettre de favoriser la transition énergétique. Il s’agit en priorité de fermer progressivement les quatre centrales à charbon de l’Hexagone en plus de l'arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), déjà acté.

RTE émet quelques conditions toutefois, il faudra que la fermeture des deux réacteurs de Fessenheim (Haut-Rhin) et le lancement du réacteur EPR de Flamanville (Manche) se déroulent "hors période hivernale", donc à l'été 2020, afin de laisser le temps au nouveau réacteur nucléaire de monter en puissance pour l’hiver suivant.  Cela implique de "ne fermer aucun autre moyen de production", explique le gestionnaire.

RTE émet d’autres recommandations. D’une part, une accélération du développement des renouvelables, en particulier du photovoltaïque et de l’éolien offshore, pour être en ligne avec la PPE de 2016. D’autre part, la mise en place de trois nouvelles interconnexions avec l'Italie et la Grande-Bretagne. Enfin, la mise en service de la centrale au gaz de Landivisiau dans le Finistère.

Stocks hydrauliques présents

Pour ce qui est de l’hiver 2018-2019, RTE assure qu’il ne devrait pas y avoir de tensions, grâce à une bonne disponibilité des outils de production, en particulier des stocks hydrauliques. Ils compensent la fermeture de la centrale au fioul de Cordemais (Loire-Atlantique) de 700 MW. Le gestionnaire parle quand même d’une période de vigilance entre mi-janvier et mi-février 2019 alors que quatre à cinq des 58 réacteurs français seront indisponibles, contre seulement trois lors de l’hiver prochain.

En cas de froid important, entre 4 et 6°C en dessous des normales saisons, RTE pourrait faire appel à des outils "post-marché" qui sont, dans l’ordre, l’appel à des gestes citoyens (pour quelques centaines de MW), l’interruptibilité chez des industriels volontaires (1 500MW), la baisse de la tension de 5 %, et des délestages programmes dans des cas extrêmes.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

bruxelles tce @Friendsofearth

Traité sur la charte de l'énergie : la cour de justice européenne veut protéger la transition énergétique des États

La Cour de justice de l'Europe a tranché. Non, le mécanisme permettant à un investisseur d'attaquer un État sur sa politique climatique n'est pas applicable. C'est une victoire pour les organisations environnementales. Peu connu, le Traité sur la charte de l'énergie est accusé aujourd'hui de...

Mountain pass mine

Créer une agence internationale des minerais, une solution pour une transition énergétique plus responsable

La création d'une Agence internationale des minerais permettrait de réguler le secteur en imposant des standards environnementaux et sociaux. C'est ce que propose le spécialiste Marc-Antoine Eyl-Mazzega alors que la pression sur les minerais et métaux rares est de plus en plus forte. Encore faut-il...

Plateforme petroliere mer du Nord BP group

Au Royaume-Uni, les ONG défendent la transition juste pour les ouvriers du pétrolier offshore

L’industrie pétrolière et gazière de la mer du Nord est sur le déclin. Une bonne nouvelle pour la lutte contre le changement climatique, mais qui ne doit pas laisser les employés sur le carreau. Alliées aux syndicats, trois ONG font campagne pour que les gouvernements britannique et écossais...

Conference taliban 17 aout Hoshang Hashimi AFP

En s’emparant de Kaboul, les Talibans mettent la main sur l’une des plus grosses réserves de lithium de la planète

La question des droits humains, et en particulier du droit de femmes, se pose de manière aiguë après la prise de pouvoir des Talibans en Afghanistan. Malgré cela, certains pays comme la Chine et la Russie accueillent sans réserve ces nouveaux dirigeants en Asie centrale. Il faut dire que ces...