Publié le 18 décembre 2017

ÉNERGIE

Charbon : le groupe indien Adani désormais seul pour développer son projet minier géant près de la grande barrière de Corail

Après avoir officiellement  lancé  la mine Carmichael, située près de la Grande Barrière de corail en Australie en juin 2017, le géant Indien Adani doit revoir son montage économique. Ce projet charbonnier, qui doit devenir l’un des plus gros sites de production au monde, est si controversé que tous les investisseurs ont déserté. Jusqu’à l’État du Queensland, jusqu’alors soutien indéfectible. En cause l’impact environnemental du projet qui l’a rendu inacceptable aux yeux de la population et à son non-sens économique.

Les pressions de la société civile, ici une manifestation contre les projets miniers impactant la grande barrière de corail, en Australie le 31 mai 2016 - ont fini par faire fuir les investisseurs du projet Carmichael, du groupe indien Adani.
takver / Flickr

Le conglomérat indien Adani va finalement développer seul son très controversé projet de mine de charbon géante près de la Grande barrière de corail australienne, après avoir été contraint de rompre le contrat d'un de ses principaux sous-traitants.

La semaine dernière, le gouvernement de l'État australien du Queensland a mis son veto à un prêt d'un milliard de dollars australiens de la Northern Australia Infrastructure Facility (NAIF). Celui-ci devait contribuer au financement du chantier de la voie ferrée de 189 kilomètres entre la mine et le port.

Une décision qui a conduit Adani à annoncer, lundi 18 décembre, qu’il annulait le contrat à deux milliards de dollars australiens avec Downer, le groupe de services miniers qui avait été retenu en juin pour construire et opérer la mine. Le but : maîtriser les coûts. "A la suite du veto de la NAIF la semaine dernière, (...) Adani a décidé de développer et d'opérer la mine sur le modèle du propriétaire-opérateur", a  ainsi annoncé le groupe indien, précisant qu’un accord avait été passé avec Downer.

Un projet géant dénoncé pour son impact environnemental

Le projet Carmichael, qui pèse 21,7 milliards de dollars australiens (14,1 milliards d'euros) est depuis son origine plombé par les problèmes judiciaires et réglementaires ainsi que par l'activisme d'organisations dénonçant son impact environnemental. Il accuse déjà un retard de sept ans.

Les écologistes font valoir que le charbon produit - 60 millions de tonnes de charbon thermique par an à destination de l'Inde - contribuera au réchauffement climatique global qui dégrade la Grande barrière. La matière première devra en outre transiter par un port proche du plus grand récif corallien au monde, accusent-ils.  

Les associations environnementales dénoncent aussi la spoliation des tribus aborigène, la déforestation, l’épuisement des ressources en eau et la déstabilisation de l’économie de la région basée sur l’agriculture.

Adani lâché par les investisseurs et les pouvoirs locaux

De nombreuses grandes banques – dont les françaises BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole- ont également refusé de s'associer au projet, du fait d'une volonté grandissante de sortir des énergies fossiles et notamment du charbon, une énergie qui, en plus d’être fortement controversée, est aussi de moins en moins rentable .

Les autorités locales elles-mêmes ont changé d’attitudes face au projet. La chef du gouvernement du Queensland, Annastacia Palaszczuk, qui avait longtemps appuyé la demande de prêt d'Adani, a opéré un revirement radical lors de sa campagne pour les élections locales en novembre, après avoir réalisé que ce soutien risquait de plomber ses espoirs de garder son poste.

La Grande barrière de corail, déjà menacée par les ruissellements agricoles et la prolifération d'étoiles de mer dévoreuses de coraux, vient de subir deux graves épisodes consécutifs de blanchissement imputés au réchauffement climatique.

La rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Gazprom NIKOLAY DOYCHINOV AFP

Coupures de gaz à la Pologne et la Bulgarie : l'étau se resserre sur l'Union européenne pour accélérer son indépendance énergétique

La pression s'accroît sur l'Union européenne. Alors qu'un sixième train de sanctions est en préparation à Bruxelles, la Russie a mis ses menaces à exécution en suspendant ses livraisons de gaz à la Bulgarie et à la Pologne. Les deux pays avaient refusé de payer en roubles, comme l'exige Moscou...

La centrale à charbon de Saint-Avold pourrait finalement ne pas fermer au 31 mars

À Saint-Avold, en Moselle, c'est l'incompréhension la plus totale. La centrale à charbon, l'une des deux dernières encore en fonctionnement en France, doit officiellement s'arrêter au 31 mars, soit dans deux jours. Mais la pénurie d'électricité nucléaire, et la guerre en Ukraine qui menace...

Methanier Christophe de Margerie a quai a Yamal pour bapteme Total maria chernenkova

Guerre en Ukraine : TotalEnergies renonce au pétrole russe, mais reste présent dans le gaz

Un mois après le début de la guerre en Ukraine, TotalEnergies annonce qu'elle va cesser d'acheter du pétrole et des produits pétroliers à la Russie. La major maintient cependant ses positions dans le gaz et assure que partir serait contre-productif et reviendrait à soutenir davantage les intérêts...

Torchage thailande Love Krittaya CC0

Alors que les prix flambent, les industriels continuent de laisser échapper du gaz qui pourrait être valorisé

Cette semaine, une vidéo montrant le rejet volontaire de centaines de milliers de mètres cube de gaz sur un site français a provoqué l'indignation alors que les prix flambent. Depuis des années, les industriels pétroliers et gaziers sont incités à lutter contre les rejets et les fuites de méthane en...