Publié le 18 décembre 2017

ÉNERGIE

Charbon : le groupe indien Adani désormais seul pour développer son projet minier géant près de la grande barrière de Corail

Après avoir officiellement  lancé  la mine Carmichael, située près de la Grande Barrière de corail en Australie en juin 2017, le géant Indien Adani doit revoir son montage économique. Ce projet charbonnier, qui doit devenir l’un des plus gros sites de production au monde, est si controversé que tous les investisseurs ont déserté. Jusqu’à l’État du Queensland, jusqu’alors soutien indéfectible. En cause l’impact environnemental du projet qui l’a rendu inacceptable aux yeux de la population et à son non-sens économique.

Les pressions de la société civile, ici une manifestation contre les projets miniers impactant la grande barrière de corail, en Australie le 31 mai 2016 - ont fini par faire fuir les investisseurs du projet Carmichael, du groupe indien Adani.
takver / Flickr

Le conglomérat indien Adani va finalement développer seul son très controversé projet de mine de charbon géante près de la Grande barrière de corail australienne, après avoir été contraint de rompre le contrat d'un de ses principaux sous-traitants.

La semaine dernière, le gouvernement de l'État australien du Queensland a mis son veto à un prêt d'un milliard de dollars australiens de la Northern Australia Infrastructure Facility (NAIF). Celui-ci devait contribuer au financement du chantier de la voie ferrée de 189 kilomètres entre la mine et le port.

Une décision qui a conduit Adani à annoncer, lundi 18 décembre, qu’il annulait le contrat à deux milliards de dollars australiens avec Downer, le groupe de services miniers qui avait été retenu en juin pour construire et opérer la mine. Le but : maîtriser les coûts. "A la suite du veto de la NAIF la semaine dernière, (...) Adani a décidé de développer et d'opérer la mine sur le modèle du propriétaire-opérateur", a  ainsi annoncé le groupe indien, précisant qu’un accord avait été passé avec Downer.

Un projet géant dénoncé pour son impact environnemental

Le projet Carmichael, qui pèse 21,7 milliards de dollars australiens (14,1 milliards d'euros) est depuis son origine plombé par les problèmes judiciaires et réglementaires ainsi que par l'activisme d'organisations dénonçant son impact environnemental. Il accuse déjà un retard de sept ans.

Les écologistes font valoir que le charbon produit - 60 millions de tonnes de charbon thermique par an à destination de l'Inde - contribuera au réchauffement climatique global qui dégrade la Grande barrière. La matière première devra en outre transiter par un port proche du plus grand récif corallien au monde, accusent-ils.  

Les associations environnementales dénoncent aussi la spoliation des tribus aborigène, la déforestation, l’épuisement des ressources en eau et la déstabilisation de l’économie de la région basée sur l’agriculture.

Adani lâché par les investisseurs et les pouvoirs locaux

De nombreuses grandes banques – dont les françaises BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole- ont également refusé de s'associer au projet, du fait d'une volonté grandissante de sortir des énergies fossiles et notamment du charbon, une énergie qui, en plus d’être fortement controversée, est aussi de moins en moins rentable .

Les autorités locales elles-mêmes ont changé d’attitudes face au projet. La chef du gouvernement du Queensland, Annastacia Palaszczuk, qui avait longtemps appuyé la demande de prêt d'Adani, a opéré un revirement radical lors de sa campagne pour les élections locales en novembre, après avoir réalisé que ce soutien risquait de plomber ses espoirs de garder son poste.

La Grande barrière de corail, déjà menacée par les ruissellements agricoles et la prolifération d'étoiles de mer dévoreuses de coraux, vient de subir deux graves épisodes consécutifs de blanchissement imputés au réchauffement climatique.

La rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...