Publié le 27 août 2022

ÉNERGIE

Accusé de livrer du carburant aux avions russes, TotalEnergies cède une participation dans un champ gazier russe

Le Monde affirme que TotalEnergies coexploite en Russie un gisement dont le produit, transformé en kérosène, est utilisé par les appareils de l'armée russe engagée en Ukraine. Le géant pétrolier français a été acculée à "faire la lumière" sur ce sujet par le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune. Dans un premier temps, l’énergéticien a démenti formellement ces accusations. Puis l'entreprise française a annoncé céder sa participation dans un champ gazier russe à son partenaire, Novatek. Toutefois, le géant pétrolier français assure que l'accord de cession a été conclu avant les révélations du Monde.

Totalenergies iStock HJBC
Contrairement aux autres groupes pétroliers, TotalEnergies a pris du temps à suspendre ses activités en Russie.
iStock HJBC

Le rôle de TotalEnergies dans la guerre menée par la Russie en Ukraine est trouble. Contrairement à la plupart de ses concurrents, comme BP, Shell, Exxon, Equinor ou Eni, le géant pétrolier français n'a pas immédiatement suspendu ses activités en Russie. Puis, après des révélations du journal Le Monde, l'énergéticien tricolore a annoncé se désengager un peu plus du pays. 

Le groupe a en effet indiqué qu'il cède sa participation de 49% dans le champ de gaz de Termokarstovoye en Russie à son partenaire Novatek. Il assure que l'accord a été conclu le 18 juillet et a été validé jeudi par les autorités russes, "ce qui a permis à TotalEnergies et à Novatek de signer ce 26 août 2022 l’accord définitif de vente de la participation de 49% dans Terneftegaz", souligne le groupe tricolore.

Selon l'énergéticien il n'y aurait donc pas de lien avec les révélations du Monde. Une enquête du quotidien, basée sur plusieurs documents et une enquête de l'ONG Global Witness, révèle que ce champ gazier russe de Termokarstovoïe (exploité par l'entreprise Terneftegaz) a fourni du condensat de gaz à une raffinerie qui a ensuite été transformé en carburant. Puis ce combustible a été utilisé pour alimenter des avions russes engagés dans le conflit en Ukraine, indique Le Monde.

Le partenaire de TotalEnergies interrogé

TotalEnergies a démenti ces informations à plusieurs reprises. "Non, TotalEnergies ne produit pas de kérosène pour l’armée russe", martèle le groupe français qui se réserve la possibilité de "mener une action juridique". Le géant pétrolier français dit avoir demandé des précisions à son partenaire Novatek "sur le devenir des condensats de gaz produits par le champ de Termokarstovoïe en Russie". Selon les éléments de réponse apportés par Novatek, "tous les condensats instables produits par nos filiales et sociétés liées à Novatek, y compris Terneftegas sont traités dans notre usine de stabilisation de condensats de Purovsky", précise TotalEnergies.

La totalité des "produits dont du kérosène sont exclusivement exporté hors de Russie", ajoute Novatek, cité par TotalEnergies. "En conséquence, il est clair que les allégations de certains médias et les appels à enquêter sur les activités de TotalEnergies dans nos sociétés conjointes n’ont absolument aucune base factuelle", dit encore Novatek.

Un "sujet extrêmement sérieux"

Le ministre français délégué aux Transports, Clément Beaune, avait en effet appelé à "faire la lumière" sur les accusations contre TotalEnergies, assurant qu'il s'agissait d'un "sujet extrêmement sérieux, donc il faut bien vérifier que, volontairement ou involontairement, il n'y a pas de détournement soit des sanctions, soit de l'énergie qu'une entreprise française, ou autre, produirait", a déclaré le ministre sur France 2.

Depuis le début du conflit, le rôle de TotalEnergies est sous haute surveillance. Le géant pétrolier a rapidement été encouragé par le gouvernement à suspendre ses activités en Russie mais le groupe français avait tardé à faire des annonces, contrairement à ses concurrents. Sous le feu des critiques, la major avait fini par prendre des mesures comme celle de cesser d'acheter du pétrole et des produits pétroliers à la Russie, sans toutefois se retirer du gaz.  

Si pour certaines entreprises qui proposent des biens et services essentiels aux populations locales, comme Danone ou Veolia, le retrait de Russie n'est pas une évidence, ce n'est pas le cas de TotalEnergies. "Une entreprise ne peut pas avoir d’activité dans un pays qui viole le droit international sinon elle fait un choix politique qui l’expose", affirme Patrick D’Humière, enseignant à CentraleSupélec. "Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable", ordonne en effet l’Objectifs de Développement Durable n°16 que TotalEnergies s'est engagé à respecter. 

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Plateforme Petroliere Murphy Maiasie TechnipFMC

Budget 2023 : pourquoi la fin des crédits à l’export sur les énergies fossiles est décisive

C’est l’une des principales décisions du projet de loi de Finances pour 2023 sur le plan environnemental : la fin des crédits à l’export pour les projets d’énergie fossile à l’étranger sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis l’exploration-production jusqu’au transport et au stockage. Un...

Universite de Cambridge KirstenDrew via unsplash

L’Université de Cambridge ne veut plus être financée par les énergies fossiles

Sous pression de ses étudiants et de ses professeurs, la prestigieuse université de Cambridge au Royaume-Uni envisage de couper les liens avec les entreprises des énergies fossiles. Un vote initié par l’un des comités de direction de l’établissement aura lieu à l’automne pour savoir si la recherche...

Marchison Falls Ouganda EACOP Tilenga CCO

Nouvelle condamnation pour Eacop et Tilenga, les mégaprojets controversés de TotalEnergies en Afrique

Les mégaprojets d’extraction de pétrole (Tilenga) et d'oléoduc immense (Eacop) portés par TotalEnergies en Ouganda et Tanzanie, suscitaient déjà l’ire de la société civile et de certains investisseurs. C’est maintenant au tour du Parlement européen de les condamner pour leurs conséquences sur les...

Station essence istock JBorruel

Avec la crise énergétique, les subventions aux combustibles fossiles ont presque doublé en 2021

Les subventions aux combustibles fossiles, néfastes pour la planète, ont presque doublé en 2021 et devraient encore progresser fortement en 2022. Cela s'explique par la hausse des prix de l'énergie, exacerbée depuis février dernier par la guerre en Ukraine. En réponse, de nombreux gouvernements ont...