Publié le 15 octobre 2014

ÉNERGIE

Production électrique mondiale : le nucléaire deux fois plus faible que les énergies renouvelables

Le nucléaire a cristallisé les débats lors de l’examen du projet de loi sur la transition énergétique à l’Assemblée nationale la semaine dernière. Un sujet sensible pour la France où cette énergie fournit 75 % de l’électricité. Pourtant, si l’on examine la part de l’atome dans le mix électrique mondial, il ne représente que 11 % de la production totale d’électricité. Loin derrière les énergies renouvelables.

Des panneaux solaires installés devant la centrale nucléaire française du Tricastin en septembre 2011.
© Anne-Christine Poujoulat / AFP

Le 7 octobre dernier, Areva a annoncé une baisse de ses investissements sur la période 2015-2016. Objectif ? Redresser sa situation financière. Le groupe nucléaire est confronté à une conjoncture difficile. Depuis l’accident de Fukushima, survenu en 2011, l'activité du secteur reste atone. Selon le cabinet d’études Enerdata, la production d’électricité nucléaire a diminué dans le monde de près de 11% entre 2010 et 2012.

 

Après avoir atteint un pic de 17,6% en 1996, la part de l’atome dans la production mondiale d’électricité, pointe désormais à 10,8% en 2013. C’est ce qu’a souligné en juillet l’édition 2014 du World Nuclear Industry Status Report (Rapport sur la situation de l’industrie nucléaire mondiale), une étude indépendante réalisée par un groupe d’experts et chercheurs.

 

Les énergies renouvelables en pleine croissance

 

 Parallèlement, la part des énergies renouvelables (EnR), elle, ne cesse d’augmenter. Selon le rapport 2014 du réseau mondial d’échange sur les énergies renouvelables (REn21), la capacité installée de production d’électricité renouvelable a crû de 8% entre 2012 et 2013. Dans le même temps, les énergies renouvelables ont couvert 22,1% de la consommation mondiale d’électricité l’an dernier. Deux fois plus, donc, que le nucléaire.

 

Pour autant, le problème des émissions de CO2 de la production d'électricité est loin d’être réglé. Le nucléaire sera-t-il indispensable pour les contenir ? C'est l'argument utilisé par la France pour justifier son mix énergétique. Mas pour Jean-Eudes Moncomble, secrétaire général du Conseil français de l’énergie (CFE), il existe de réelles alternatives à l'atome : "différentes options existent pour réduire les émissions – efficacité énergétique, énergies renouvelables, Captage et Stockage du CO2 (le CSC)...- Ne pas les prendre en compte serait une erreur"

 

Le 100 % d'énergies renouvelables est-il possible?

 

Selon un scénario d’Enerdata, la part de l’atome dans le mix électrique mondial pourrait atteindre 14,7% en 2035. Bien loin des 53% d’EnR que le même scénario envisage à cette même date. L'abandon du nucléaire impliquerait donc d’accroître le recours au CSC, une solution technologique qui n'est pas encore au point. "Sans captage du CO2, on aboutit à des scénarios qui doivent se rapprocher de 100% d’EnR. Je pense que ce serait techniquement plus difficile et plus cher", indique cependant l’économiste Patrick Criqui, directeur de recherche au CNRS, car il faudra s’assurer que ces énergies variables – selon l’ensoleillement, l’intensité du vent – ne déstabilisent pas les réseaux électriques. 

 

C'est pourtant le pari qu'a fait l'Allemagne. Avec, pour l’instant, des difficultés à contenir ses rejets de CO2, qui ont crû de 2% entre 2012 et 2013. C'est en effet grâce au charbon que s'effectue la jonction entre la fin du nucléaire et les énergies renouvelables. Mais "ces émissions vont sans doute baisser cette année", souligne Marc Jedliczka, de l’association négaWatt.

 

La solution selon négaWatt ? Le Power to gas

 

Pour Marc Jedliczka, pas de doute: "On peut produire de l’électricité décarbonée sans nucléaire." Mais alors, quid des risques de déstabilisation des réseaux électriques ? "Avec environ 30% d’EnR dans son mix électrique, l’Allemagne n’a pas de problèmes pour le moment. Il lui faudra de nouveaux outils dans une dizaine d’années. Cela laisse le temps de les développer !", tranche Marc Jedliczka.

 

NégaWatt attend beaucoup du Power to gas, qui fait déjà l’objet d’expérimentations. Le principe: stocker l’électricité renouvelable produite pendant les moments où elle n’est pas nécessaire en la transformant, par procédés chimiques, en gaz (hydrogène ou méthane). Le développement des technologies énergétique incite effectivement à l'optimisme. Pour l’économiste Frédéric Gonand, de l’Université Paris-Dauphine, "la recherche avance bien sur le sujet. Il n’est pas interdit de penser que dans 15 ou 20 ans, on saura stocker l’électricité".

 

 

Carole Lanzi
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Objectif 50 % de nucléaire en 2025 : combien ça coûte et qui paiera ?

Les conséquences financières d’un passage de 75 % à 50 % de nucléaire dans la production d’électricité sont difficiles à évaluer. Analyses et scénarios divergent. Les investissements s’annoncent en tout cas très lourds. Reste à savoir comment les financer.

Arnaud Gossement : "La fiscalité, vrai levier de la transition énergétique"

Ségolène Royal a présenté en conseil des ministres, le 30 juillet, le projet de loi de programmation de la transition énergétique. Arnaud Gossement juge le texte relativement équilibré. Mais cet avocat spécialiste du droit de l'environnement, également membre de la Fabrique écologique,...

Allemagne : privées de leur rente nucléaire, des communes cherchent à rebondir

Effet Fukushima, le gouvernement allemand décide en mars 2011 de débrancher le nucléaire d’ici à 2022. C'est la panique dans les communes hébergeant des centrales atomiques. Mises au pied du mur, elles n’ont d’autre choix que de s’adapter et de trouver des ressources pour regagner leur...

Allemagne : le charbon entache le développement des énergies renouvelables

La transition énergétique allemande, l’Energiewende, semble piégée : les énergies renouvelables progressent… les émissions de CO2 tout autant. Au point que le baromètre du cabinet McKinsey – qui mesure les progrès de la transition énergétique outre-Rhin – en conclut que l’Allemagne ne...

Afrique du Sud : GDF Suez critiqué pour sa participation dans un projet de centrale à charbon

Exploiter une centrale à charbon en Afrique du Sud : c’est le projet de GDF Suez. Dans ce dossier, le géant énergétique s’est associé à une entreprise minière sud-africaine. L’organisation écologiste Earthlife Africa  accuse l’industriel français d’hypocrisie sur la question du charbon....

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Le premier réacteur de Fessenheim, plus vieille centrale nucléaire de France, mis à l’arrêt définitif

Promesse de campagne de François Hollande, la fermeture de la centrale de Fessenheim a débuté samedi 22 février avec la mise à l’arrêt du premier des deux réacteurs. Si les antinucléaires se sont félicités de la fin de vie d’un équipement situé en zone sensible, les tenants du nucléaire dénoncent le...

Accident de Fukushima sky

[2010-2020] Le jour où l’accident nucléaire de Fukushima a forcé à repenser l’énergie mondiale

Le 11 mars 2011, un gigantesque tsunami ravageait la côte est de l’archipel japonais. Quatre des six réacteurs de Fukushima allaient être très gravement endommagés. Et le monde assistera, stupéfait, à trois explosions qui allaient changer la place de l’atome civil sur toute la planète. À l'occasion...

Jean Bernard Levy PDG d EDF EDF

EDF lance un plan d’urgence sur la filière nucléaire à l’heure où se joue l’avenir de l’atome

EDF a présenté, vendredi 13 décembre, un plan destiné à améliorer la filière industrielle nucléaire et va nommer un responsable chargé de son application, en réponse à un rapport accablant sur le chantier de l'EPR de Flamanville remis au gouvernement en octobre dernier. Au-delà de la situation...

Fondation de l EPR de Flamanville en Normandie en 2007 N BMychelleDaniau ConvertImage

[À l’origine] L’EPR, la naissance difficile d’un réacteur nucléaire pensé pour rapprocher la France et l’Allemagne

L’EPR a été pensé comme un grand projet franco-allemand marquant l’alliance des deux pays après la chute du mur de Berlin. Mais l’entente entre Framatome et Siemens sera difficile alors que l’Allemagne va peu à peu s’éloigner de l’atome et que la filière nucléaire française va se déchirer.