Publié le 12 février 2019

ÉNERGIE

[Infographie] Déchets radioactifs : la France doit faire face à des volumes qui s'accroissent rapidement

Le nucléaire continue d’être un sujet clivant en France. Si cette énergie est vantée pour ses faibles émissions de CO2, les critiques sont de plus en plus vives concernant la gestion des déchets. La France a dépassé les 1,5 million de mètres cubes de déchets radioactifs en 2016. Pour les moins radioactifs d’entre eux, ils sont stockés en surface. Les autres sont en attente d’une solution viable.

Usine de retraitement de la hague Orano
L'usine de retraitement de La Hague, dans la Manche, est proche de la saturation.
©Eric Larrayadieu / Orano

Ça déborde ! Selon le dernier inventaire publié par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) en juillet dernier (1), la France a dépassé les 1,5 million de mètres cube de déchets radioactifs, toutes filières confondues, en 2016, soit l’équivalent de 400 piscines olympiques. Dans l’usine de La Hague, dans la Manche, des quantités considérables de combustible usé, représentant l’équivalent de plus de 110 cœurs de réacteurs en volume, attendent d’être stockés ailleurs. La marge d’espace disponible y est inférieure à 7,4 %, selon les estimations d'EDF et Orano  (ex-Areva).

La presqu’île du Cotentin est ainsi devenue l’une des régions les plus nucléarisées de la planète, s’inquiète Greenpeace. "Il n’existe pas de solutions sûres pour gérer les déchets nucléaires, en particulier les plus radioactifs, de façon définitive, alerte Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire à Greenpeace France. Un nucléaire sans solution pour ses déchets c’est comme un avion sans piste d’atterrissage". De son côté, Orano qui gère l'usine de la Hague, on se veut rassurant. "Il n'y a pas de risque de saturation des piscines avant 2030", explique un porte-parole.

Au terme du fonctionnement et du démantèlement des 58 réacteurs du parc nucléaire français, le volume de déchets radioactifs aura été multiplié par trois ou par quatre. Or, dans l’Hexagone comme partout dans le monde, les sites d’entreposage et de stockage arrivent à saturation, souligne un récent rapport de l’ONG (2). L’Andra dispose actuellement de trois sites de stockage, dont un est en cours de fermeture, pour les déchets de très faible activité, et de faible et moyenne activité à vie courte. Ils représentent 90 % du volume de déchets. Pour les 10 % restants qui sont aussi les plus radioactifs, un stockage géologique en profondeur est envisagé.

Les déchets radioactifs en france

Il s'agit du site de stockage de Bure, aux confins de la Meuse et la Moselle. Cigéo y teste depuis le début des années 2000 l’enfouissement de déchets nucléaires de haute activité et à vie longue, dits "ultimes" à 500 mètres de profondeur et s’apprête à déposer cette année sa demande d’autorisation de création. Mais sur le terrain, la situation est de plus en plus tendue depuis l’arrivée en 2015 d’une nouvelle génération de militants anti-nucléaires qui s’opposent à l’enfouissement.

Pour apaiser les tensions, le gouvernement a annoncé un nouveau débat public – national cette fois – dans le cadre de la cinquième édition du Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR). Une première ! Censé débuter en janvier, il a été repoussé au printemps. Trois expertises préalables ont néanmoins été lancées sur la possibilité d’un entreposage à sec, sur l’état des lieux du stockage géologique profond au niveau mondial et sur les intérêts économiques du nucléaire en France.

"La vérité c’est que nous arrivons à une situation critique liée à la saturation des piscines de stockage. Pour autant, opter pour l’enfouissement profond serait une erreur grave car on ne pourrait pas revenir en arrière, ajoute Yannick Rousselet. Ce n'est pas l'avis d'Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État à la transition écologique. Lors d'une visite sur site fin janvier, elle déclarait : "Le stockage géologique en couche profonde est la meilleure solution pour faire face à des déchets qu'il faut stocker, de façon satisfaisante sur une longue période".

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir le dernier inventaire de l'Andra (juillet 2018) 

(2) Voir l'étude de Greenpeace sur "La crise mondiale des déchets nucléaires"


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

50% de nucléaire en 2035 ou 2040 ?

A quel horizon, la part du nucléaire va-t-elle baisser à 50% du mix électrique de la France ? Dimanche, le ministre de la Transition écologique François de Rugy, avait parlé de 2035, confirmant un horizon évoqué en septembre par le Premier ministre. Mais dans un nouveau document...

Déchets nucléaires : à Bure, la mobilisation regagne du terrain

À Bure, aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne, cela fait vingt ans que les opposants luttent contre le projet Cigéo qui prévoit l’enfouissement profond des déchets nucléaires les plus radioactifs de l'Hexagone. Depuis ce lundi, ils reçoivent le renfort de quelques centaines de...

Déchets nucléaires : un rapport parlementaire (trop?) favorable aux industriels

Un rapport publié par l’OPECST, office chargé d’informer le Parlement, préconise le stockage géologique profond, la valorisation et le recyclage des déchets radioactifs. Un rapport très favorable aux grands acteurs industriels du secteur. Les ONG qui militent contre l’utilisation de...

Stockage des déchets nucléaires : le débat s'annonce difficile

Parallèlement au débat sur la transition énergétique, un autre sujet est en train d'émerger : celui de l'enfouissement des déchets nucléaire les plus radioactifs. Cette question fait l'objet d'un débat public du 15 mai au 15 octobre. Sur place, les différentes positions sur ce projet qui...

État d’urgence dans un centre de stockage de déchets nucléaires aux États-Unis

Un effondrement dans un tunnel de stockage de déchets radioactifs a entraîné la mise en état d’urgence du centre nucléaire d’Hanford aux États-Unis. Pour l’heure, aucune fuite radioactive n’a été détectée selon les autorités.

Comment conserver la mémoire des déchets nucléaires ?

Quel que soit l'avenir de la filière nucléaire sur notre planète, les déchets existent, et doivent être surveillés sur le long terme. Patrick Charton, responsable du département développement durable de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), travaille à la...

ÉNERGIE

Energie nucléaire

L’énergie nucléaire fait l’objet de nouveaux débats. Quelle place lui donner dans une perspective de transition énergétique ? A quel coût et avec quels moyens assurer les conditions de sûreté nécessaire? Comment prévenir les risques qui y sont associés ? Les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ont–ils changé la donne ?

Usine de retraitement de la hague Orano

[Infographie] Déchets radioactifs : la France doit faire face à des volumes qui s'accroissent rapidement

Le nucléaire continue d’être un sujet clivant en France. Si cette énergie est vantée pour ses faibles émissions de CO2, les critiques sont de plus en plus vives concernant la gestion des déchets. La France a dépassé les 1,5 million de mètres cubes de déchets radioactifs en 2016. Pour les moins...

Reprise soudures EPR de Fmanville EDF

[Décryptage] Le nouveau nucléaire français ne tient plus qu’à une soudure

Si l’EPR de Flamanville fonctionne en 2021, l’aventure du nucléaire civil tricolore continuera… Sinon, cette épopée s’arrêtera avec la mise à l’arrêt des derniers réacteurs actuels. Le marché posé par le gouvernement est presque aussi simple que cela. Et tout l’enjeu repose sur la capacité d’EDF à...

EPR Flamanville EDF

Pour l'Ademe, le nucléaire existant a un avenir... mais pas les réacteurs nucléaires EPR

Si le nucléaire historique a encore de beaux jours devant lui, et jouera un rôle dans la transition énergétique, l’Ademe alerte sur le lancement d’un programme industriel de construction d'EPR. Selon l'agence, ils ne seraient pas compétitifs par rapport au développement massif des énergies...

Reacteur nucleaire EPR Taishan Chine EDF EDF

La Chine met en service le premier réacteur nucléaire EPR au monde

Pour la première fois au monde, un réacteur nucléaire EPR a été mis en service, dans le sud de la Chine. Pour les promoteurs et constructeurs, c’est la démonstration que cette technologie française de troisième génération "est une promesse d'avenir", malgré des déboires sur d’autres chantiers.